« La lutte contre les galgueros en Argentine » // Diariopets.com // 3 juin 2016

  • Article traduit de l’espagnol par Angélique: http://diariopets.com/la-lucha-contra-los-galgueros-en-argentina/

maltrato-animal-1

// Les galgos sont des chiens tranquilles, casaniers et de bons compagnons pour les enfants. Se sont aussi de grands coureurs, très rapides, ce qui fait qu’ils sont recherchés par les chasseurs qui parient de manière illégale sur eux dans les courses. Ceux qui sont sans scrupules les abandonnent, les pendent quand ils ne leurs sont plus utiles pour les courses ou la chasse. Dans cet article nous expliquons la lutte contre la maltraitance des galgos en Argentine.

1Quand s’est créé ce projet? et qu’elle en à été la motivation?

Alerta galgos s’est créé  il y a 2 ans, nous appartenons à une ONG de la province de Buenos Aires qui a dû, aux vues des menaces reçues  en lien avec cette activité, créer une branche parallèle qui nous permette de travailler de manière moins exposée. Alerta est né de la nécessité de concrétiser la gestion des plaintes  pour cette cause, et avec d’autres organisations nationales nous souhaitons en finir avec les courses de galgos dans le pays. C’est un travail conjoint, sans la participation de chaque voisin qui dénonce, de chaque protecteur, d’un village, qui font que l’information nous arrive, cela n’aurait pas été possible.  Ainsi nous faisons remonter l’information directement jusqu’aux autorités, (policières, juridiques ou politique de chaque lieu).

Pourriez-vous nous expliquer l’origine du sport des chiens de course en Argentine?

En premier lieu il faut clarifier le fait que les courses de chiens ne sont pas considérées comme un sport. Vous pouvez le vérifier au ministère des sports de la nation. C’est une activité ayant lieu dans les villages de manière clandestine, donc illégale.

2

Actuellement quels types d’événements se font avec des galgos, et quels sont les secteurs de la société qui y adhèrent ou  s’y opposent?

Les galgos s’utilisent pour la chasse d’autres animaux et dans les courses. S’y oppose clairement tout citoyen sensible et avec des valeurs pour le droit à la vie, et le respect des animaux. Y adhèrent une partie minime de personnes qui le voit comme une tradition. Ils ne comprennent pas les conséquences de leurs actes. Il y a un groupe minuscule qui manipule ce secteur et l’amène à l’illégalité, la clandestinité, les paris, dans un but lucratif dont bénéficient les organisateurs.

Comment est-ce de lutter contre les courses? Vous préconisez la paix en faveur des animaux, avez-vous souffert d’agressions par les personnes en lien avec les activités galgueras?

3

La lutte est permanente, rendez-vous compte que les galgueros font cette activité qui contient tant de délits et contraventions, dans l’ombre. Beaucoup d’actions se font à distance, d’où notre besoin d’être organisés et de regrouper toute l’information nécessaire pour intervenir rapidement.  Il ne suffit pas de les attraper sur la route en train de déplacer les chiens dans des caisses ou en train de vendre des produits toxiques. Nous n’arrêtons pas jusqu’à ce que les animaux soient repris, les responsables identifiés, et menés en justice. Cela crée des précédents ce qui permet qu’ils soient pris en compte au moment de travailler sur un projet de loi se référent à ce délit. Nous n’avons pas souffert d’agressions physiques, mais nous avons reçu des menaces, des campagnes diffamatoires pour nous discréditer. La publication de nos photos ou de nos adresses personnelles arrivant jusqu’à des galgueros nous menaçant de nous reprendre les chiens que la justice nous a confiés en dépôt légalement après les leur avoir pris. Quelques cas connus, certaines femmes d’autres associations ont été agressées physiquement et certaines personnes connues ont été menacées car ils se prononçaient contre les courses.

4

Quels secteurs de la société vous appuient, et qu’elle est la position de l’état dans  cette situation?

Nous avons un grand appui de la société, des médias nationaux, de la communauté artistique, des associations nationales et internationales.

Le citoyen commun qui ne veut plus cela pour son pays en 2016.

L’état actuel s’est déjà prononcé en compagne au travers d’une publicité qui dit d’en finir avec les charrettes tirées par les chevaux, ainsi qu’avec les courses de galgos. De jour en jour il y a plus de gens qui se prononcent dans ce sens.

6

Les activités galgueras ont-elles été interdites dans certaines provinces? Lesquelles et comment y êtes-vous parvenues?

Il y a plusieurs localités que se sont prononcées contre ce type d’abus, au travers d’ordonnances municipales qui interdisent les courses de chiens. Dans certaines provinces les contrevenants peuvent avoir 30 jours de prison et une amende de 6000 pesos.

Quel rôle ont les partenaires du projet et quel type de manifestations font-ils ?

Chaque membre d’ Alerta Galgo a un rôle spécifique. Les avocats travaillent sur les dénonciations, une autre équipe travaille à présenter des projets, faire des démarches administratives, des audiences, et il y a une équipe d’activistes qui s’occupe de sauver et récupérer les animaux, de les assister. Une autre équipe s’occupe de la diffusion, et organise des rassemblements nationaux comme celui du 21 octobre dans lequel participeront 14 provinces, celle du 26 février ou celle du 10 août, toutes en faveur du droit des animaux.

Etes-vous optimiste dans l’idée qu’un jour ce type d’activité prendra fin?

7

Nous sommes réalistes, nous sommes dans un pays où nous ne voulons pas de maltraitance envers les humains ou les animaux. Aujourd’hui le projet de loi avec sanction du sénat national est entre les mains de députés et c’est l’un des thèmes de la commission de la législation pénale. Nous sommes convaincus que très bientôt il sera traité et approuvé, et je suis sûre qu’aucun politique n’osera se prononcer publiquement contre la défense des animaux.

Quel message donneriez-vous au public en général sur votre activité et sur le respect des animaux?

Simplement qu’ils essaient d’aider un seul animal sans tenir compte de l’espèce, ils y trouveront une reconnaissance et une fidélité qu’ils ne trouveront jamais chez l’humain. Qu’ils comprennent que nous ne sommes pas des fanatiques, qu’ils comprennent que:

LA DOULEUR, LA MORT, LA SOUFFRANCE, LA MALTRAITANCE, L’EXPLOITATION, L’ABUS OU LA TORTURE, NE SE MODERENT PAS, QU’ILS S’INTERDISENT! //

  • Retrouvez Alerta Galgo sur Facebook: https://www.facebook.com/Alerta.Galgo.Argentina/?fref=ts
Publicités