SOS Animales Sagunto, le sanctuaire des chiens.

xxx

Il était le premier parmi les refuges que nous allions visiter. N’ayant eu aucune information précise sur Sagunto, la surprise était totale.

L’émotion aussi…

Situé en campagne espagnole, caché derrière les champs d’orangers, fondu dans un brouillard de terre ocre, nous entendions déjà les centaines de chiens aboyer. Ce n’étaient pas des aboiements de plaintes ou de détresse mais plutôt de bienvenue et de curiosité.

1

C’est Vincent qui nous a accueillies. Vincent est l’un des bénévoles engagé, courageux au grand cœur qui s’occupe, promène, joue, accompagne et prépare les chiens à leur destin quel qu’il soit.

2

Il nous a présenté le refuge en attendant l’arrivée de Carmen.

Des palettes de bois et matériaux de récupération forment les fondations principales et structurent le refuges en plusieurs parties où les chiens sont placés selon leur âge, leur caractère, leur entente, et autres critères de séparation.

3 4 5 6 7

Cachée derrière l’aspect brimbalant et légèrement oblique de l’architecture déconstructiviste façon western, nous avons rencontré l’âme du sanctuaire, débordante d’amour, de générosité, d’intelligence, d’humour et de force: Carmen.

Carmen et Vincent nous ont présenté les différentes parties du refuge comme le carré VIP, où vivent les plus vieux et les plus faibles, c’est là où l’on grimpe sur les toits, où l’on monte sur les tables, c’est là aussi où certains s’amusent à sauter sur les lits , c’est l’endroit d’où certains n’auraient plus envie de repartir.

89101112

L’heure du repas. Carmen achète pour ses chiens les meilleures des croquettes afin qu’ils aient tous une bonne digestion, un beau poil, de belles selles, une très bonne santé. Et ça se voit!!!

1314

Lʼinstant déjeuner se passe dans un calme absolu… Les gamelles sont vides, on peu parler “os” à présent.

15

A côté, on attend patiemment son tour…

16

A chaque étape de la visite, Carmen nous racontait les histoires touchantes et tristes sur ses pensionnaires à poils. Elle connaît le parcours de tous. Chaque jour, elle prend le temps de faire un câlin à chacun d’eux, de leur donner de l’amour, de la confiance et de l’espoir, elle les écoute et leur murmure des mots à l’oreille que seuls eux comprennent. “ This Magic Moment” … ( Lou Reed)

17

18

Nous quittions un carré pour entrer dans un autre.
Ce n’est ni un box, ni une prison, ni une cage, c’est un grand« carré » de terre avec des collines en arrière décor et un espace intérieur dans lequel les chiens peuvent se reposer, boire et manger. Ils ont l’espace pour courir, se défouler, jouer au cow boy … un air d’Ennio Morricone au loin dans les rocheuses.
1920212223
Certains auraient pu participer au casting de « Le BON, La BRUTE et Le TRUAND ».
24252627
Le dernier Carré abrite des box fermés pour les cas compliqués. Encore une fois, pour chacun, une histoire différente mais pour tous, un passé très difficile avec beaucoup de souffrance et de misère. Ils ne sont pas oubliés dans leur box, ils sont sortis tous les jours et ont eux aussi un petit peu d’attention et une petite dose d’amour, en attendant une miraculeuse adoption, en attendant un autre lendemain.
2829
Loin de l’image carcérale habituelle, Carmen et ses bénévoles ont organisé positivement ce beau refuge où règne un air de paix, un air où « refuge » retrouve son sens, où les chiens sont à l’abri de toutes violence et maltraitance humaine, à l’abri de l’abandon, de la faim et de la misère.
3031323334
Les chiens de Carmen sourient…
35363738
Les chiens de Carmen sont beaux et fiers…
394041
Les chiens de Carmen ont retrouvé leur dignité…
424344
Les chiens de Carmen auront connu l’amour des humains …
4546
Et en ont des tonnes à offrir …
4748
Nous sommes reparties, les larmes coulaient à flot.
Touchées à la fois par toutes ces rencontres magnifiques aussi bien humaines que canines, tous ces regards échangés, ces regards qui ont souffert et qui ont pardonné, ces regards qui espèrent tellement encore. Nous savions que ces loulous étaient entre les meilleures des mains.
Nous pleurions pour tous les autres qui vivent l’enfer …
49
Carmen a crée l’un des plus beaux refuges où chacun offre autant d’énergie et d’amour qu’il puisse donner chaque jour, mais cela ne remplacera jamais le bonheur d’un foyer.
Merci à Carmen et ses bénévoles.
Tullia & Vanessa // Action Invisible

Rencontre avec Carmen, celle qui murmure à l’oreille des chiens.

51
Sharon

Bonjour Carmen, peux-tu nous raconter quand et comment est né le refuge de Sagunto?

Sos Animales Sagunto est né le 4 Février 2010, le jour où j’ai déménagé pour une ancienne ferme de lapins qu’une amie m’a louée à un prix très bas. J’avais lu la nouvelle qu’à Cuenca 30 galgos devaient être euthanasiés et je n’y ai pas trop réfléchi. J’ai demandé de l’aide à une grande association d’ici, Cuencaanimal, et je me suis lancée dans l’aventure.

Comment fonctionne le refuge aujourd’hui? A quoi ressemble le quotidien au refuge pour les chiens et les humains?
Voyons voir si je l’explique bien, nous fonctionnons à base de sacrifices et de dévouements d’une douzaine de grands êtres humains qui donnent corps et âme au service de nos animaux. Nous avons habituellement entre 120 et 150 chiens. Parfois moins, parfois plus …. Chaque jour, plusieurs personnes viennent pour aider à nettoyer et nourrir les chiens, les caresser, jouer avec eux et font en sorte que nos chiens sentent qu’il y a des humains qui les aiment, ce qui est important. Et moi, je vis pratiquement ici, avec eux, je suis une référence humaine permanente qui leur procure la sécurité.
Votre association parait très active dans la vie citoyenne de Sagunto. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces activités?
J’ai toujours pensé qu’il est important que les gens sachent que nous existons et ce que nous faisons. Au final, c’est un problème social dont nous devons tous être conscients. Nous avons un groupe de merveilleux collègues et de grands communicateurs qui consacrent leur temps à aller dans les écoles pour donner des conférences sur nous et notre activité, et sur la situation des animaux en Espagne. Nous voulons que les enfants sachent dès le début comment sont les choses et comment elles devraient être. Nous tenons aussi un stand de ventes artisanales et de choses que les gens nous donnent sur les marchés de rue où l’on nous permet de participer. Nous ne nous soucions pas si ces marchés sont plus ou moins loin ou s’il fait plus ou moins froid. Le principal est d’amasser de l’argent pour eux et de nous faire connaître.
Quelle est la situation pour les chiens et les animaux dans la région de Sagunto? Pourquoi y’a-t-il autant de podencos dans votre refuge?
Rocho
Rocho

Ici c’est une zone de chasseurs. Je crois me souvenir que l’Association des chasseurs de Sagunto est l’une des plus importantes d’Espagne, avec plus de 500 personnes inscrites et avec une licence pour assassiner des animaux sans défense. Cela signifie que le nombre de podencos, qui semblent êtres les meilleurs chiens de chasse pour ce type de terrain, est très élevé. Et la raison pour laquelle j’ai tant de podencos avec moi est le résultat des pratiques habituelles des chasseurs. Ils font reproduire les femelles encore et encore, surtout si elles sont de bonnes chasseuses. Une fois que les chiots sont en âge de résister à une journée de chasse, ils les essaient et abandonnent directement ceux qui ne montrent aucun talent. Peu importe, car il en a d’autres… Nous trouvons souvent ces petits dans des situations extrêmes de malnutrition, de déshydratation, morts de peur…. C’est pour cela qu’il y a tant d’amis podencos avec nous. Une autre raison est qu’il y a beaucoup de chiens qui se perdent pendant une journée de chasse et ne savent pas trouver le chemin du retour à la voiture ou à la maison. Ils redeviennent sauvages dans les collines et bien sûr, si ce sont des femelles, elles tombent enceintes et donnent naissance en liberté. Beaucoup d’entre elles, avec leur grande intelligence, viennent mettre bas près de nous quand elles sentent le moment venu. Cela fait froid dans le dos de réaliser le degré d’intelligence de ces animaux.

Recevez-vous de l’aide internationale pour faire vivre le refuge et faire adopter les chiens?
Oui bien sûr. Sans votre aide, je n’aurais pas pu arriver jusqu’ici. Je reçois constamment des colis avec des médicaments et mes chiens sont diffusés dans plusieurs pays européens afin de leur trouver un foyer. En ce moment, je pense qu’ils sont plus de trente à vivre en Belgique, Hollande, Allemagne, Russie, Italie et, bien sûr, en France.
Ce qui nous a frappé en visitant votre refuge, c’est le bien-être de la plupart des chiens dont vous vous occupez. On ne voit pas un si bel équilibre dans les autres refuges. Comment l’expliquez-vous?
Ron
Ron

C’est facile. Comme je vous l’ai dit, cela se fait avec amour, avec beaucoup d’amour et beaucoup de compréhension et beaucoup de dévouement. Nos amis poilus se sentent aimés et appréciés, ont leur propre identité, car il y a des humains qui se soucient de chacun d’entre eux à tout moment. Par exemple, moi le matin je n’ai pas l’habitude de me promener dans le refuge car il y a les collègues qui viennent pour les corvées de nettoyage, de jeux et de distraction, qui amusent et éclairent la journée des chiens. L’après-midi, je vais dans tous les chenils et j’y passe au moins une demi-heure à leur donner de l’amour, et à leur demander aussi. J’ai besoin qu’ils me lèchent le visage, qu’ils viennent à moi pour me demander une caresse. S’ils ne me reconnaissent pas, je n’ai pas d’identité.

La philosophie de ce refuge est celle là, un havre de paix et d’équilibre pour ceux qui ont tant souffert avant d’arriver ici. Le mot Refuge prend ici son exacte et complète signification.
Je dois dire aussi que l’alimentation est importante. Je sais que je suis un peu extrême, mais je ne veux pas donner comme nourriture à mes chiens ce que je ne voudrais pas manger moi-même. Je leur donne un aliment fabriqué en Belgique (Dinapet) qui, en plus de ne pas être cuit, de sorte qu’il conserve toutes ses propriétés, est fait avec des matières premières que peuvent consommer les humains. Ni cancérigènes, ni chimiques…. C’est un effort économique important, mais vous voyez; cela vaut la peine.
Comment voyez-vous l’avenir pour votre refuge, et de manière générale, pour les chiens de votre région, de votre pays?
La vérité est que j’ai du mal à être optimiste. Avec le changement politique qui a eu lieu, nous avions nourri de grands espoirs mais j’ai l’impression que cela va être plus long que nous le voudrions. Je suis très confiante dans le travail de mes collègues et d’autres personnes qui sont également engagés à essayer d’éduquer la société. Je veux croire que ceux qui viennent après, les enfants qui ont actuellement 10 ou 12 ans, verront les choses beaucoup plus clairement que les générations précédentes, mais nous ne pouvons pas baisser notre garde. Nous devons continuer à expliquer que les animaux sont des ÊTRES et non des choses, comme notre loi le dit actuellement. Nous devons nous battre pour leur donner une identité vivante et leur reconnaître des sentiments. Telle est la priorité absolue.
Vous avez dû connaître des centaines de chiens… mais peut-être quelques uns vous ont touchée plus particulièrement. Pourriez-vous partager avec nous une de vos plus belles rencontres?
Vip
Vip

Oh, ça c’est difficile. Ils sont si nombreux ! Et tous ont une histoire triste qu’ils me racontent au fur et à mesure que je les connais. J’aime que quand ils arrivent au refuge, ils restent avec moi, dans ce qu’on appelle la zone VIP, afin que je puisse les connaître et leur apprendre à cohabiter au refuge. Et tous me racontent des histoires tristes d’abandon, de douleur, de mauvais traitements …. Il y a plusieurs années, dans l’ancien refuge, une personne m’a appelée pour me demander de « voler » une chienne qui était enfermée sans nourriture ni eau dans une maison en ruines. J’y suis allée et j’ai trouvé une sharpey qui avait plus que la peau, beaucoup de peau et les os. Il n’y avait pas de chair ni de poils ni d’yeux. Je l’ai enveloppé dans une serviette et quand j’étais en train de sortir j’ai remarqué un mouvement derrière. Quand je me suis retournée, j’ai vu un sharpey miniature, un petit chiot qui ne pesait même pas deux kilos et qui sortait la tête d’un tas de chiffons. Je l’ai pris aussi, bien sûr. Double vol, hahahaha! Lindita était une chienne qui, pendant le peu de temps qu’elle a été avec moi (sa perte est quelque chose dont je ne veux même pas me rappeler) était mon âme sœur. Cette mère-courage qui avait miraculeusement gardé en vie son chiot m’a donné plus d’amour, plus de compréhension et d’appréciation que je ne peux dire. Son fils a été adopté par une collègue vétérinaire qui s’est chargée de corriger le problème qu’il avait aux pattes avant. A cause de la mauvaise alimentation elles étaient déformées. Maintenant, c’est un grand et beau chien.

Et il y a une autre histoire triste avec une fin heureuse que je veux partager avec vous. Il y a quelques mois, un homme est venu, brisé par la vie, pour laisser ici deux chiens, Dandy et Neus, qui appartenaient à son fils. Ce garçon, 26 ans, est en état de mort cérébrale dans un hôpital à proximité. Il a eu une chute du taux de sucre sanguin qui a tué littéralement son cerveau… Cet homme me racontait que ces chiens, en particulier la chienne Neus, étaient les meilleurs infirmiers de son fils. Ils l’avertissaient quand il y avait un changement de sucre dans le sang, et concrètement le jour où il a eu l’accident, ils ont presque fait un trou dans la porte pour essayer de prévenir quelqu’un de ce qu’il se passait. Eh bien, j’ai eu plusieurs possibilités d’adoptants pour Dandy, “plus racé” que Neus, mais j’étais réticente à les séparer. Ils font tout ensemble. Et la providence ou la chance, ou le karma ou quoi que ce soit a provoqué un miracle. Il y a deux jours, ils ont été adoptés par une famille. Ils vont vivre ensemble, de se sentir importants et aimés à nouveau. La vie va leur payer tout le bien qu’ils ont fait à leur premier propriétaire.
Et aujourd’hui, y’a-t-il un chien que vous aimeriez vous adopter plus particulièrement? Pouvez-vous nous parler de lui?
Moises
Moises

Oh, c’est vraiment difficile ! Je veux que tous aient une famille, que tous connaissent le véritable amour d’un être humain et se sentent appréciés comme ils le méritent. J’ai une affection particulière pour Moïses, un grand timide qui a été sauvé d’un trou d’eau dont il ne pouvait pas sortir. Il est affectueux et avec un immense désir de faire confiance à l’homme, mais il a besoin de beaucoup de patience et de dévouement que, malheureusement, je n’ai pas le temps de lui offrir. Il est avec nous depuis plus d’un an, personne n’a demandé pour lui et il continue d’être timide avec les étrangers. Et Rocho, qui a été adopté puis ramené en raison d’une exécution d’hypothèque. Un animal qui n’a jamais vécu en appartement et s’est comporté dès le départ comme si il y avait toujours vécu. Les adoptants pleuraient sincèrement quand ils l’ont ramené. Et mes papis, Ron, Vip, Sharon …. Eutychius, Willow …. Je suis très triste de voir leur vie se finir et qu’ils doivent partager avec beaucoup d’autres les caresses et continuer de se battre pour obtenir un lit confortable ou une place au soleil.

Si des personnes qui lisent cet article ont envie de vous soutenir, comment peuvent-ils vous aider?
Surtout en diffusant mes poilus, pour qu’ils trouvent le plus tôt possible un foyer dans lequel ils prouvent à quel point ils sont loyaux, intelligents et affectueux. La diffusion est le seul moyen que nous avons pour trouver une famille pour eux, donc plus de gens découvriront leurs photos et liront dans leurs yeux tout l’amour qu’ils ont à donner, mieux ce sera.
Nous avons besoin de tout, bien sûr. Je suppose qu’à travers les photos, on peux voir que ce refuge est fait avec amour, surtout avec l’amour, et avec des matériaux recyclés. Ici presque rien n’a été acheté, en partie parce qu’il n’y a jamais d’argent … des lits en plastique, des seaux pour l’eau, des produits de nettoyage, des médicaments pour la leishmaniose, pour les parasites…. des contributions financières (qui peuvent être faites directement aux cliniques vétérinaires spécifiques) pour pouvoir offrir des traitements spécialement à l’un de nos chiens qui en a besoin, et à ceux à qui nous pouvons l’offrir … Mais surtout, je le répète, DIFFUSER, que tout le monde sache que nous existons, que nous sommes ici espérant cette famille spéciale pour chacun de nos amis spéciaux.
Merci beaucoup Carmen….

Comment aider le refuge de Sagunto?

  • 56Si vous souhaitez aider financièrement le refuge de Carmen, vous pouvez faire un don par Paypal via leur site web: http://www.sos-sagunto.org/ Vous pouvez également les contacter par email pour demander leur coordonnées bancaires ou leur envoyer un colis, toujours via leur page web.
  • Vous pouvez également les soutenir en leur offrant 1€ par mois grâce au site de microdonation TEAMING! Le principe est simple, il suffit de vous inscire sur le site, de rejoindre le groupe SOS Animales Sagunto (https://www.teaming.net/sosanimales…), et Teaming prélèvera chaque mois 1€ de votre compte, qui sera reversé au refuge.
  • Sachez que le refuge possède une antenne en Belgique grâce à Katrien, amie de longue date de Carmen, et son groupe de bénévoles. N’hésitez pas à suivre leur page Facebook, vous pouvez également les contacter si vous avez des dons à remettre au refuge: https://www.facebook.com/SOS-Animal… et http://www.sos-sagunto.be/
  • Et bien sûr, rendez-vous tous sur la page Facebook de SOS Animales Sagunto pour les soutenir et diffuser leurs loulous! https://www.facebook.com/SOS-Animal…

Nous sommes plus de 2000 personnes sur la page d’Action Invisible : l’union fait la force et à nous tous, nous pouvons aider CONCRETEMENT Carmen, ses bénévoles et les chiens du refuge.

57

Publicités

Asia, une très belle rencontre…. // Témoignage d’un adoptant

ebf567be-9674-4162-8fb2-c8150d8bc24eCela fait un peu plus de deux ans que nous avons adopté Asia avec ma compagne Virginie, et pour être sincère, je ne pensais pas que la transformation serait aussi importante. Ca n’a pourtant pas été simple.

Virginie est entrée en relation avec une jeune femme membre de l’Association Terre de Lévriers parce que nous avons déjà un Lévrier Whippet nommé Baïkal qui à force de rester seul toute la journée, à cause de nos emplois du temps de travail respectifs, pleurait et se morfondait dans notre salon. Nous en avons eu la preuve, un jour en laissant une caméra tourner durant notre absence. Le résultat de la vidéo nous bouleversa profondément car Baïkal, ne cessait de pleurer, de tourner en rond, il sautait du canapé au moindre bruit qu’il entendait car il pensait que c’était nous et sa déception à chaque fois était bouleversante. Nous avons donc eu l’idée d’adopter une levrette pourlui tenir compagnie et l’aider à aller mieux.

En surfant sur Facebook, Virginie est tombée sur une annonce d’adoption pour une petite podenca nommée Asia, son histoire décrite sur la page facebook était aussi triste que son regard sur les photos. Je dirais même que son regard était perdu, comme si elle ne comprenait pas ce qui se passait, pourquoi on l’avait retirée du refuge ou elle avait grandit.

d8061d36-9260-44c8-9065-cd8886b93616Lorsque nous sommes allés la rencontrer la première fois c’était en Belgique. La bénévole de l’association, nous raconta le parcours de cette pauvre chienne. Asia avait déjà été adoptée par une famille mais celle-ci n’a pas su l’apprivoiser. Selon Virginie, sans doute parce que cette famille n’avait pas l’habitude avec cette race de chien.

En effet, lorsque j’ai rencontré Virginie, ma compagne, j’ai également fait la connaissance de cette race de chien peu commune que sont les lévriers. Au début j’ai eu un peu de mal car cette race est différente des autres, ils ont dans le regard, toute la souffrance du monde et Virginie m’expliqua qu’effectivement cette race était la plus maltraité, comme si, tous le savaient. Au fur et à mesure du temps je me suis profondément attaché à Baïkal, je trouve ce chien tellement attentionné, câlin, fidèle, joueur, adorable, parfois très bête mais ça je pense qu’il le fait exprès pour ce donner un genre car quand il s’agit de voler ou de faire des bêtises, il n’est pas si bête que ça au contraire !!! Je dirais qu’il est intelligent pour ce qui l’arrange. Ce qui me fait plus rire avec Baikal, c’est lorsque je le vois chasser : il n’est pas vraiment douer car il renvient toujours bredouille ! C’est comme ça, c’est Baikal, fidèle à lui même, lorsque le lapin va à droite, lui il va à gauche, j’explose de rire à chaque fois.

Je suis certain aujourd’hui que l’arrivée d’Asia lui a fait beaucoup de bien.

5b83adc2-f087-48ed-90b1-3490878e0f36Cette première rencontre avec Asia fut assez difficile pour car je ne comprenais pas pourquoi elle ne voulait pas que je l’approche. La bénévole m’expliqua qu’elle avait sans doute eu un passé difficile avec ses geôliers en Espagne dans son refuge. Je ne me suis senti bien, car je ne comprenais pas que Virginie veuille adopter un animal qui ne voudrais jamais que je l’approche. Je n’aimais pas du tout cela. Dans mon enfance et avec Baïkal j’ai toujours câliné naturellement mes animaux et jamais aucun d’entre eux n’avait eu de réticence envers moi.

A partir de cette première rencontre, Virginie pris la décision de présenter Baikal à Asia. Je n’ai pas assisté à cette rencontre car je ne l’avais pas souhaité mais apparemment cela s’était très bien déroulé; Asia s’est sentie tout de suite à l’aise avec lui, et Baïkal lui, n’a pas été réfractaire. En fait, nous nous étions mis d’accord que la décision d’adopter Asia dépendrait de l’attitude de Baïkal. Il ne fallait pas qu’il y ait de réticence de sa part, mais heureusement ce fut pas le cas, et selon Virginie une très jolie rencontre a eu lieu ce jour là. On peut dire que la rencontre entre Baikal et Asia s’est faite « naturellement ». Ils ont tout de suite « accroché », contrairement à moi.

5399c7f8-e80f-4ce8-8f06-4ff81732ee97Enfin, la bénévole et son compagnon nous ont amené Asia quelques semaines plus tard, et lorsqu’elle est arrivée à l’appartement, ça se passa très bien avec Virginie puisqu’elle était habituée à la présence de femmes autour d’elle. Je compris très vite que ça allait être très compliqué pour moi.

Asia semblait plus confiante en présence de Virginie que de ma présence. Virginie me rassura en me disant d’être patient mais pour être tout à fait franc, la patience n’était pas l’une de mes qualités (fils unique, j’ai toujours tout eu tout de suite lorsque j’étais plus jeune) et je ne pouvais pas concevoir de faire cet effort, surtout pour un animal.

Les premiers temps ont été durs !!!! Asia avait conservé cette nature sauvage et craintive qui la suivait depuis le refuge où elle avait été trouvée, ce qui la rendait totalement lunatique dans ses réactions : agressive si je souhaitais lui donner une caresse, elle mangeait dans son coin, elle était partagée entre l’inconnu et la curiosité de se retrouver avec nous. Cette adaptation a eu des répercussions à la fois sur notre mode de vie : pour ma part, ayant eu un chien adorable comme Baïkal, toujours gentil et plein de tendresse, je ne comprenais pas pourquoi Asia était aussi tendue en ma présence. Seule Virginie pouvait l’approcher, la caresser, l’embrasser.

Nous avons donc vécu dans une ambiance bizarre de cassure pendant quelques mois. Mais j’ai fini par comprendre qu’un élément essentiel saurait changer la donne : le temps et l’écoute. J’ai donc changé de stratégie, et je me suis mis à beaucoup lui parler; lorsque je le faisais je me mettais à sa hauteur afin de ne pas lui faire peur. J’ai suivis à lettre les conseils de Virginie qui avait l’habitude de cette race, elle connait par cœur leur caractère et leur attitude. Asia est une chienne très intelligente qui comprend tout ce qu’on lui dit mais j’ai compris qu’il fallait que je fasse autant d’effort qu’elle pour qu’elle comprenne que je ne lui voulais pas de mal. Chaque mot, chaque geste étaient important pour la rassurer et lui donner confiance en moi.

b5d66a28-74a0-4bc9-aed0-df196822a778Nous pensons à tort nous les hommes, que nous pouvons dompter la Nature pour qu’elle s’adapte à notre volonté. C’est tout le contraire. Asia en est la preuve.

Cette chienne a vécu le pire – il n’y a qu’à voir ces photos sur Internet de refuges situés Espagne, où les chiens sont traités comme des moins que rien – et j’ai du faire un travail sur moi même pour apprendre d’elle.

Petit à petit, c’est elle qui venait vers moi. Je pouvais lui donner sa gamelle, lui donner de l’attention, l’écouter, la caresser, lui parler, la promener, et finalement, l’embrasser et jouer.

Cette chienne qui au départ était si distante, mais très intelligente, a compris au fil des mois qui passaient, que mes intentions envers elle n’étaient que positives et qu’elle pouvait me faire confiance.

Aujourd’hui, je joue le soir avec elle et Baïkal. Ils sont adorables et très complices.

J’ai aujourd’hui plaisir à le dire : Asia m’a donné la possibilité d’évoluer en tant qu’homme, d’évoluer au sein de notre couple avec Virginie et d’envisager mon futur rôle de Père. L’Amour que l’on donne à un animal et le même que l’on pourra donner à un enfant, avec les responsabilité qui incombent.

J’ai également appris que rien n’est acquis, que la patience a ses vertus et que la confiance se gagne au fur et à mesure du temps qui passe, autant dans nos relations humaines qu’avec les animaux. Asia est une chienne qui à faillit être euthanasiée et rien que de penser que nous avons sauvé une vie me remplit de bonheur.

Voilà, je remercie Asia, pour sa patience et le travaille très positif qu’elle a effectué et qu’elle continue de faire aujourd’hui.

Franck, Maitre de Melle Asia et Baikal.

unnamed

L’éthique animale au regard des religions monothéistes – Seconde partie: Le Christianisme

  • Par Frédérique Moutsi, Master en sciences des religions et de la laïcité // pour ACTION INVISIBLE
Adam and Eve in the Garden of Eden Lucas Cranach, 1530
Adam and Eve in the Garden of Eden
Lucas Cranach, 1530

Dans l’article précédent, nous avons mis en lumière l’existence de l’éthique animale dans la tradition judaïque. Cet article-ci est consacré au rapport que le christianisme entretient avec les animaux.

Rappelons que le christianisme est issu du judaïsme. En effet, Jésus était juif et son message était destiné à son peuple. D’ailleurs, le terme chrétien n’a jamais été utilisé par Jésus. Cette appellation est ultérieure à sa mort et servira à cimenter la rupture entre le judaïsme et le christianisme.

De plus, l’avènement de Jésus et l’interprétation qui a été faite de son message ne peuvent se comprendre sans prendre en considération le contexte impérialiste romain hellénisé de la Palestine à cette époque. C’est de cette façon que la philosophie grecque a pénétré les cercles d’intellectuels juifs et que le judaïsme s’est ramifié davantage.

Actuellement, le christianisme est la religion la plus pratiquée dans le monde. Il sera donc difficile de rendre état de toutes les conceptions différentes qui existent concernant le rapport entre l’homme et l’animal. De plus, outre les différentes doxaï dominantes, n’oublions pas qu’une religion se vit également en terme d’individualité et qu’au sein d’un même courant se trouve encore une multiplicité d’interprétations.

Face à cette diversité, nous aborderons la question de manière globale en se référant aux écrits majeurs de la tradition chrétienne et en nous excusant déjà d’exclure toute une série de singularité qu’une approche globale ne peut s’autoriser à prendre en compte.

Selon Théodore Monod et Elisabeth de Fontenay, le christianisme est considéré comme la religion la plus anthropocentrique des trois religions monothéistes. De cette religion découlerait toute la démesure de l’homme à l’égard de la nature. Comment le christianisme qui puise son origine dans le judaïsme a-t-il pu tant s’éloigner en terme d’éthique animale ? Pour y répondre, nous avons ciblé différents points qui rendront compte de ce grand écart.

stained-glass30Nous commencerons par reprendre le passage de la Genèse 1, 26-31 afin d’introduire un changement majeur du rôle et de la place de l’homme dans le réel. Ce bouleversement est dû à la traduction de La Septante1 qui servira ensuite à la Vulgate et aux bibles que nous pouvons lire actuellement. Aussi, l’anthropocentrisme exacerbé du christianisme est la conséquence d’une traduction trop approximative des verbes hébreux râoâh et kâbash par “dominer” et “soumettre” ne permettant pas de saisir la subtilité et la profondeur que contiennent ces derniers.

Ensuite, nous sélectionnerons les passages clés des œuvres de deux illustres théologiens afin de comprendre au mieux leur conception : Saint Augustin, Père de l’Eglise et le docteur de l’Eglise, Thomas d’Aquin. L’impact que ces derniers ont eu sur le rapport entre l’homme et le vivant est déterminant pour saisir la manière dont l’Occident considère encore actuellement l’animal. Saint Augustin, antérieur à Thomas d’Aquin aura une influence sur ce dernier et en 1879, le pape Léon XIII, dans l’encyclique Aeterni Patris a déclaré que les écrits de Thomas d’Aquin exprimaient de manière adéquate la doctrine de l’Église.

Saint Augustin (354-430) est né à dans la province africaine au municipe de Thagaste. Il est l’un des quatre Pères de l’Eglise occidentale. Il sera très influencé par le néoplatonisme. La théorie de Plotin à propos de l’âme et du péché originel lié au libre arbitre influencera Saint Augustin sur sa manière de concevoir l’animal.

Thomas d’Aquin (1124-1274), quant à lui, est né en Italie du sud et fait partie de l’ordre dominicain. Sa pensée est fortement imprégnée d’aristotélisme. La conception de l’animal du système aristotélicien et sa vision tripartite de l’âme (âme végétative, âme sensitive, âme intellective propre à l’homme) influera la conception thomasienne de l’animal.

Par la suite, nous les confronterons à une série de théologiens chrétiens de différentes époques en marge de la pensée dominante et qui méritent toute notre attention afin de briser le mythe d’un christianisme froid à l’égard du monde qui l’entoure.

Nous terminerons cet article par une série de passages du Nouveau Testament (N.T.) confrontés à l’Ancien Testament ( A.T.) afin de mettre en évidence les corrélations qui existent entre les deux corpi. Dès lors, nous pourrons faire un lien entre les préceptes de l’A.T. et du N.T. afin de réintégrer l’éthique animale et le concept de tsâar baâlei ‘haïm au sein du christianisme. Pour ce faire, nous reprendrons les passages bibliques les plus cités pour justifier l’abolition des anciens préceptes de l’A.T. et nous nous autoriserons modestement à argumenter en faveur d’une herméneutique “subversive”. Nous montrerons également comment Paul en voulant fondre le christianisme dans les structures pagano-romaines, a rompu avec le judaïsme dont Jésus est issu.

Cet article se basera également sur trois auteurs contemporains particulièrement actifs dans la cause animale. Il s’agit d’Elisabeth de Fontenay, philosophe et essayiste française ; Théodore Monod, protestant, scientifique naturaliste français ; Eugen Drewermann, catholique, théologien et psychanalyste jungien allemand en rupture de ban avec l’Eglise catholique.

cranach-eden

Une des premières différences fondamentales entre le judaïsme et le christianisme est l’interprétation du passage de la Genèse 1, 26-31 que nous vous retranscrivons pour mémoire : « Dieu dit : “Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il soumette les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toute la terre et toutes les petites bêtes qui remuent sur la terre. Dieu créa l’Homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa. Dieu les bénit et leur dit : “Soyez féconds et prolifiques, remplissez la terre et dominez-la. Soumettez les poissons de mer, les oiseaux du ciel et toutes bêtes qui remuent sur la terre!” Dieu dit : “Voici, je vous donne toute herbe qui porte sa semence sur toute la surface de la terre et tout arbre dont le fruit porte sa semence ; ce sera votre nourriture. À toute bête de la terre, à tout oiseau du ciel, à tout ce qui remue sur la terre et qui a souffle de vie, je donne pour nourriture toute herbe mûrissante.” Il en fut ainsi. Dieu vit tout ce qu’il avait fait. Voilà, c’était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : sixième jour. ».

Contrairement à la tradition judaïque, ce passage de la Genèse, traduit comme ci-dessus dans la plupart des bibles chrétiennes, nous offre une lecture manifestement anthropocentrique. Les verbes “dominer” et “soumettre” sont explicites et justifient les dérives de l’humanité à l’égard des animaux et de la nature dans sa globalité. Pourtant, cette interprétation est rétrospective. En effet, la maltraitance de masse liée aux expérimentations, aux élevages et à l’abattage industriels sont assez récents dans l’histoire de l’humanité. Dans l’Antiquité, Grecs, Romains, Hébreux tuaient les animaux sur un autel et cet acte de mise à mort était considéré comme un sacrifice. Il est difficile de concevoir que les traducteurs grecs d’abord et puis latins de ce passage aient pu imaginer un jour que soit infligé un tel traitement de barbarie. La désensibilisation à l’égard du vivant provient de la vision mécaniste du réel apparue vers le 17e siècle dont Descartes est le précurseur. Il créera le concept de l’animal-machine qui sera renforcé par Malbranche ensuite. Bien qu’on attribue la paternité de ce concept à Descartes, on peut déjà en retrouver l’ébauche chez Saint Augustin et Thomas d’Aquin.

les-animaux

Ainsi, Saint Augustin dans Contre Julien2 tente de prouver que les animaux sont dépourvus de souffrance lors de l’enfantement. L’importance que le Père de l’Eglise accorde à ce point se justifie par le fait que les douleurs liées à l’enfantement sont une punition que Dieu donne suite au péché originel (Genèse 3, 16). De cette manière, il pense que les animaux sont exempts du péché originel car ces derniers sont dépourvus de libre arbitre. Voici les paroles du théologien : « (…) c’est pourquoi, à t’entendre, les souffrances occasionnées par la maternité sont si peu le châtiment du péché, que les animaux eux-mêmes éprouvent des angoisses et des douleurs pareilles au moment où ils mettent bas, quoiqu’ils soient innocents de toute faute. Pourtant, ces animaux ne t’ont pas dit si les cris qu’ils poussent alors sont des cris de joie ou des lamentations. Lorsque les poules vont faire leurs œufs, elles semblent animées plutôt par l’allégresse que par le chagrin ; et quand elles les ont faits, elles poussent des cris semblables à ceux qu’elles poussent lorsqu’elles sont épouvantées ; mais au moment où elles pondent, elles gardent le plus profond silence ; ainsi en est-il des colombes et de tous les autres oiseaux : c’est là un fait incontestable et qu’on voit se réaliser tous les jours. Hé quoi ! Les animaux ne sauraient nous dire ce qui se passe en eux, et un homme prétendrait le savoir pertinemment? Et il voudrait, malgré leur silence, interpréter leurs mouvements et leurs cris à l’heure de l’enfantement ? Qui sait si ces mouvements et ces cris, loin de trahir le sentiment de la douleur, ne sont pas, au contraire, l’expression d’un sentiment de plaisir ? Mais à quoi bon vouloir, en pareille matière, sonder les secrets de la nature, puisque notre cause n’en dépend pas ? Evidemment, si des animaux muets ne souffrent pas quand ils mettent bas; ton raisonnement est de nulle valeur ; s’ils souffrent, c’est le vrai châtiment de l’image de Dieu que de se voir ravalée jusqu’à partager la condition des bêtes ; or, ce châtiment infligé à l’image de Dieu serait souverainement injuste, s’il n’avait pour cause le péché. »3. De cette manière, soit les animaux ne souffrent pas et la souffrance de l’enfantement est bien une des conséquences du péché originel, soit les animaux souffrent aussi et c’est également une conséquence du péché originel vu que Dieu nous aurait alors réduit à l’état de bête. Comme dirait Elisabeth de Fontenay : « On a honte pour ce grand philosophe, de devoir s’arrêter sur l’inanité d’une telle argumentation »4. De plus, l’analyse de Saint Augustin s’oppose clairement à un passage de l’Epitre aux Romains 8, 22 : « (…) nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière gémit et souffre les douleurs de l’enfantement. »

En tant que Père de l’Eglise et fin connaisseur des textes bibliques, il est étonnant que le philosophe s’évertue à refuser la douleur de l’enfantement aux animaux. Il semblerait que depuis longtemps, les textes religieux soient utilisés de manière arbitraire selon les auteurs pour servir leur idéologie en occultant, délibérément ou non, d’autres parties du texte qui pourraient bien remettre en cause leur doctrine théologique. Toutefois, Saint Augustin concède aux animaux la présence d’une âme, mais cette dernière se réduit à un principe vital. Voici ce qu’il nous explique à propos d’un ver dans De la grandeur de l’âme, XXXI, 62-63 : « Ce ver est connu; jamais néanmoins je n’y avais observé ce que je vais dire. L’un de ces jeunes gens, retournant le stylet que par hasard il avait alors à la main, frappa l’animal au milieu du corps. Les deux parties rompues coururent dans des directions contraires; les pieds se mouvaient aussi vite et aussi fort que s’il y avait eu des animaux distincts. Tout étonnés de cette espèce de prodige, et désireux d’en savoir la cause, les jeunes gens nous apportèrent avec vivacité ces deux bouts vivants : Alype et moi nous étions assis à la même place. Assez étonnés à notre tour, nous regardions ces mêmes bouts courir en tout sens sur la table; l’un d’eux frappé encore d’un coup de stylet se tordait douloureusement à l’endroit de la blessure; mais l’autre ne sentait rien et poursuivait ailleurs sa course. Nous voulûmes savoir enfin quelle était la force de ce ver, et après en avoir de nouveau rompu les parties en un grand nombre de parties nouvelles, nous les vîmes toutes se mouvoir également; et si nous ne les avions rompues nous-mêmes, si nous n’avions vu encore les blessures toutes fraîches, nous aurions cru que c’étaient autant de vers nés chacun séparément et possédant chacun une vie propre. ». Saint Augustin, en somme, distingue l’anima propre au vivant (hommes, animaux et plantes) qui ne sert en quelque sorte que de moteur et l’animus propre à l’homme, l’esprit vivifiant, l’ “âme qui sait” « éclose d’un souffle créateur »5.

Ainsi, l’animal est inférieur à l’homme qui lui-même est inférieur à Dieu. Au sommet de la hiérarchie se trouve la perfection de Dieu et tout en bas, se trouve ce qu’il y a de moins parfait (animaux, plantes). L’homme peut espérer atteindre un haut degré de perfection, et donc communier avec Dieu pour quelques rares moments d’extase, et ce, en ayant une conduite morale pour purifier son âme de pécheur et par des moyens obliques notamment l’intelligence. Il ne peut cependant y parvenir sans avoir reçu la grâce divine. Par conséquent, l’animal, cet être d’imperfection au plus bas de l’échelle, sans intelligence, sans raison et sans libre arbitre ne peut être touché par la grâce ni accéder à Dieu. On comprendra aisément que dans ce système théologique, l’animal n’a pas de choix, ne peut pécher et n’a pas à être sauvé. D’ailleurs, lorsque Saint Augustin commente la question paulinienne « Dieu s’inquiète-t-il des bœufs ? »6, il dit : «  Le Christ lui-même montre que s’abstenir de tuer les animaux ou de détruire les plantes est le comble de la superstition, car, jugeant qu’il n’existe pas de droit commun entre nous et les bêtes ou les arbres, il envoie les démons dans un troupeau de pourceaux et en les maudissant et dessèche l’arbre sur lequel il n’a pas trouvé de fruit. »7. De cette façon, Saint Augustin crée un clivage irréductible entre l’homme et la création et ouvre la voie sur la vision anthropocentrique du réel pouvant cautionner l’hybris du 20e et du 21e siècle.

IStFrancoisdassisevers11811226iconebyzantine1Thomas d’Aquin, quant à lui, très proche dans son rapport aux animaux de Saint Augustin, fait de ceux-ci de simples représentants de l’espèce et non des individus. Selon lui, les animaux ne peuvent être sujet de droit car ce ne sont pas des êtres moraux capables d’intention, de raison, de délibération. Tout comme Saint Augustin, Thomas d’Aquin pense que l’âme est irrationnelle chez l’animal : « La notion d’“anima viva” qu’on trouve dans la Vulgate est tantôt “rationalis” chez l’homme et tantôt “irrationalis” chez l’animal. »8. Comme précédemment expliqué dans l’article sur le judaïsme, pour les juifs, les animaux ont une âme différente de celle des hommes mais sont estimables, sensibles et possèdent une intelligence. Ils ont une place au paradis (voir Esaïe, 11, 6-9). Par contre, Thomas d’Aquin, avec son principe d’âme rationnelle aspirant à l’éternité et d’âme irrationnelle sans désir d’éternité, ferme définitivement la porte du paradis aux animaux. En effet, il pense que l’âme des animaux ne subsiste pas après décomposition du corps : « En effet, dans les animaux ne se trouve aucun désir d’éternité mais ils sont éternels comme espèce, dans la mesure où se trouve en eux un désir de reproduction grâce à laquelle l’espèce continue d’exister. »9. L’animal est totalement déconsidéré. D’ailleurs, Thomas d’Aquin écrit en parlant de l’âme des animaux : « (…) et idem apparet in motibus horologiorum et omnium ingeniorum humanorum quae arte fiunt »10 : « la même chose apparaît dans les mouvements des horloges et tous les moteurs mis en place par l’art de l’homme ». L’animal est comparable à une horloge, à des artefacts humains, ce qui nous renvoie incontestablement à Descartes et son concept de l’animal-machine.

Saint Augustin et Thomas d’Aquin sont des figures majeures dans l’histoire du christianisme et leurs écrits ont une autorité incontestable parmi les croyants. Drewermann nous dit que toutes les pratiques de l’ère industrielle « sont rendues possibles par un principe tiré de la foi chrétienne : seul l’être humain possède une vie immortelle, et les animaux ne sont qu’un matériel utilisable au profit de l’homme comme seigneur de la création dans le temps et l’éternité »11.

Marcel Gauchet soutient également que le christianisme est la religion qui permet la sortie de la religion en tant que structurante de la société. Par un déplacement du religieux qui devient de plus en plus transcendant, le monde des hommes complètement séparé du royaume de Dieu devient perfectible, contrôlable et désacralisé : « … Avec le dépli complet de l’extériorité divine, s’accomplit jusqu’au bout la transformation du mode de pensée et du statut de l’intelligible entamée dès les primes apparitions de l’écart du fondement (…) [et] émerge sur fond d’inaccessible absolu divin l’opposition constituante de la réalité nue et du moi pur. D’un côté donc la plus haute affirmation concevable de la grandeur de Dieu et, de l’autre, l’autonomie de la raison »12.

Pourtant, cette conception du réel en général et de l’animal en particulier n’est pas intrinsèquement chrétienne, sinon nous ne pourrions trouver une pensée dissidente au sein même du christianisme. En effet, des théologiens chrétiens se sont prononcés en faveur de la cause animale. Dans les premiers siècles de l’Eglise, il y a une théologie de l’apocatastase du grec apokatastasis qui rend l’idée d’un rétablissement de toutes les créatures sans exception. Ceci vient notamment de Marc 8, 12 : «  Elie vient d’abord et rétablit tout (…) ». Irénée de Lyon, éminent théologien d’Asie mineure, Père de l’Eglise du IIe siècle P.C.N. nous dit qu’à la fin des temps, « se produirait le rétablissement de la création dans son état originel » et que « ce rétablissement concerne aussi les animaux destinés au même titre que les hommes et les anges à retrouver l’état édénique »13. Maxime le Confesseur, disciple de Denys Pseudo-l’Aréopagite donnera toute son ampleur à l’apocatastase au 7e siècle.

D’autres théologiens chrétiens nous sont cités par Théodore Monod : Le moine Nestorien Isaac de Ninive qui « Lorsqu’il pense à eux [les animaux], lorsqu’il les voit, ses yeux versent des larmes »14 ; Saint François d’Assise qui dans son sermon aux oiseaux de Bevagna s’exalte : « Oiseaux mes frères, vous devez beaucoup louer et aimer votre créateur. Il vous a donné des plumes pour vous vêtir, des ailes pour voler… Il a fait de vous ses plus nobles créatures. » ; Richard Ocerton qui envisageait même une vie après la mort pour les moustiques, les puces et les crapauds. »15. Sans oublier, pour ne citer qu’eux, nos contemporains Théodore Monod et Eugen Drewermann.

3678_xl

Cette liste d’exemples n’est pas exhaustive mais elle témoigne de la diversité de la théologie chrétienne et l’on peut se questionner dès lors sur les causes qui justifient la mise en valeur des idées de l’un au détriment de l’autre. Ce qui nous semble évident du reste c’est que ces théologiens tout au long de l’histoire du christianisme se sont positionnés en faveur des animaux et il faudrait qu’ils puissent regagner leurs lettres de noblesse afin d’être lus de manière plus large par les différentes communautés chrétiennes.

L’éthique animale fort présente dans la pensée juive n’est pas une préoccupation majeure de la pensée chrétienne dominante, l’homme et son salut étant au cœur de cette dernière. L’influence de la philosophie grecque est conséquente dans la théologie chrétienne. D’ailleurs, l’intégration de Paul de Tarse dans cet article est fondamentale afin de rendre le tout intelligible.

300px-StJohnsAshfield_StainedGlass_GoodShepherd_PortraitPour cela, il faut remonter au début du christianisme, aux alentours de 50 P.C.N. lorsque Paul (ou de son nom juif Saül) de Tarse, juif pharisien très zélé, citoyen romain hellénisé, part de sa propre initiative traquer les disciples de Jésus. Arrivant à Damas, ce jeune pharisien16 fait une rencontre non moins surprenante que celle de Jésus ressuscité (Nous vous invitons à lire le récit de cette spectaculaire conversion Actes de Apôtres 9, 3-19). Paul passe alors d’une persécution violente à l’endroit des disciples de Jésus au plus vif prosélytisme de la parole de l’Evangile. En effet, il se présentera comme celui dont le rôle est d’étendre la Bonne Nouvelle aux païens, aux non juifs. Cette prétention à l’universalité du message christique provient sans doute des structures impérialistes et universelles de Rome. Ainsi, le christianisme acquiert avec Paul sa dimension universelle. Paul parviendra à une « synthèse entre l’hellénisme et le judaïsme, sur le mode d’un moyen platonisme judaïsant et selon une dimension messianique gnostique »17. Paul rencontra à ses débuts de grandes difficultés à s’imposer. En effet, il fit l’objet d’une vive opposition de la part des disciples de Jésus dont Pierre et Jacques tous deux attachés au judaïsme traditionnel et au Temple. D’abord, Paul présenta Jésus comme le fils de Dieu non plus comme titre royal propre à toute l’histoire du judaïsme mais bien comme une caractéristique intrinsèque de Jésus. Rejeté par ses coreligionnaires, il est celui qui rompt définitivement avec le judaïsme allant jusqu’à pousser les croyants « à la défection vis-à-vis de Moïse » et les enjoindre de « ne plus circoncire leurs enfants et de ne plus suivre les coutumes »18. Cette histoire de circoncision sera une brèche pour légitimer progressivement l’abandon de la Loi pour les chrétiens convertis. C’est ainsi que Paul dans son épître aux Romains (2 : 25-29) nous dit de la circoncision : « Sans doute la circoncision est utile si tu pratiques la Loi, mais si tu transgresses la Loi, avec ta circoncision, tu n’es plus qu’un incirconcis. Et lui, qui physiquement incirconcis, accomplit la Loi, te jugera, toi qui avec la lettre de la Loi et la circoncision, transgresses la Loi. En effet, ce n’est pas ce qui se voit qui fait le Juif, ni la marque visible dans la chair qui fait la circoncision, mais ce qui est caché qui fait le Juif, et la circoncision est celle du cœur, celle de l’Esprit et non de la lettre. Voilà l’homme qui reçoit sa louange non des hommes mais de Dieu”. Ce passage, considéré comme révolutionnaire, l’est beaucoup moins qu’il n’y paraît. En effet, le thème de la circoncision du cœur n’est ni nouveau ni propre au N.T. On le trouve de manière récurrente dans l’A.T. (Jérémie 4 : 4 ; Deutéronome 10 : 16 ; 30 : 6…).

Enfin, précisons que les juifs convertis au christianisme n’étaient pas concernés par ces réformes et qu’à l’heure actuelle, la circoncision est encore d’actualité chez les coptes d’Egypte et d’Ethiopie, les chrétiens du Liban et du Moyen-Orient ainsi que certains groupes fondamentalistes évangéliques américains qui invoquent clairement des raisons religieuses à cette pratique.

Le message de Paul pourtant considéré comme capital dans le christianisme va à l’encontre du message des autres Evangiles. En effet, dans Matthieu 5, 17-19, Jésus nous dit : « N’allez pas croire que je suis venu abroger la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abroger mais accomplir. Car, en vérité je vous le déclare, avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur le i ne passera de la Loi, que tout ne soit arrivé. Dès lors celui qui transgressera un seul de ses plus petits commandements et enseignera aux hommes à faire de même sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. ». Paul transforme la parole du Christ : « Il ne refuse pas seulement la primauté de la loi juive : il y voit un “ministère de la mort, gravé en lettres sur des pierres”, qui doit céder le pas à un “ministère de l’Esprit” enveloppé de gloire (2 Corinthiens, 3, 7-8) »19. Finalement, Paul tente d’assouplir la Loi juive trop contraignante (613 commandements) en bon prosélyte notamment en regard de la circoncision qui était hautement critiquée par les païens. Force est de constater que Paul a favorisé l’adhésion au christianisme par une déjudaïsation du message christique et un habile discours hellénique propice à s’intégrer dans les structures psychiques religieuses pagano-romaines hellénisées.

Même si ce qui vient d’être explicité n’est pas directement lié aux animaux, cela nous permet cependant de souligner deux ruptures fondamentales d’avec le judaïsme et de comprendre comment petit à petit, les chrétiens se sont éloignés des prescriptions et de l’éthique judaïques en toute bonne conscience.

agneau de dieu

En ce qui concerne les interdits alimentaires très chers aux juifs, il semblerait que certains passages soient fréquemment repris par les chrétiens afin de justifier l’abolition de ces interdits. Le passage de Matthieu 15 : 10-15 concerne le pur et l’impur : « Puis, appelant la foule, il leur dit : “ Ecoutez et comprenez ! Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui rend l’homme impur ; mais ce qui sort de la bouche, voilà ce qui rend l’homme impur”. Alors les disciples s’approchèrent et lui dirent : “Sais-tu qu’en entendant cette parole, les Pharisiens ont été scandalisés ?” Il répondit : “Tout plant que n’a pas planté mon Père céleste sera arraché. Laissez-les : ce sont des aveugles qui guident des aveugles. Or, si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou !” … Ne savez-vous pas que tout ce qui pénètre dans la bouche passe dans le ventre, puis est rejeté dans la fosse ? Mais ce qui sort de la bouche provient du cœur, et c’est cela qui rend l’homme impur. Du cœur, en effet proviennent intentions mauvaises, meurtres, adultères, inconduites, vols, faux témoignages, injures. C’est là ce qui rend l’homme impur ; mais manger sans s’être lavé les mains ne rend pas l’homme impur”».

Est-ce que dans ce passage Jésus abolit réellement les interdits alimentaires ou bien souhaite-t-il tout simplement souligner l’importance de l’adéquation qu’il doit y avoir entre les paroles, l’apparence et les actes. Nous pensons que c’est l’hypocrisie que Jésus condamne et non la Loi. Le judaïsme est avant tout une religion de la praxis, faire le bien, agir conformément à Loi facilite l’intégration de l’agir moral, ainsi que la distinction du juste de l’injuste, du bien et du mal…

ADAM-AND-EVE-facebookPar ailleurs, le passage des Actes 10 : 9-33 est aussi employé pour justifier l’abandon des interdits alimentaires. Mais dans ce cas-ci, on frise la malhonnêteté intellectuelle. En effet, ce passage est souvent repris du verset 9-16 alors que le sens de ce chapitre ne se comprend qu’à la fin. : « … Pierre était monté sur la terrasse de la maison pour prier ; il était à peu près midi. Mais la faim le prit et il voulut manger. On lui préparait un repas quand une extase le surprit. Il contemple le ciel ouvert : Il en descendait un objet indéfinissable, une sorte de toile immense, qui, par quatre points, venait se poser sur la terre. Et, à l’intérieur, il y avait tous les animaux quadrupèdes, et ceux qui rampent sur la terre, et ceux qui volent dans le ciel. Une voix s’adressa à lui : “Allez, Pierre ! Tue et mange.” – “Jamais, Seigneur, répondit Pierre. Car de ma vie je n’ai rien mangé d’immonde ni d’impur.” Et de nouveau une voix s’adressa à lui, pour la seconde fois : “Ce que Dieu a rendu pur, tu ne vas pas, toi, le déclarer immonde !” Cela se produisit trois fois, et l’objet fut aussitôt enlevé dans le ciel. » Si l’on s’arrête à ces versets, on peut comprendre le sens abolitionniste. Mais continuons le chapitre : « (17- 33) Pierre essayait en vain de s’expliquer à lui-même ce que pouvait bien signifier la vision qu’il venait d’avoir, quand justement les envoyés de Corneille … se présentèrent au portail… Pierre était toujours préoccupé de sa vision, mais l’Esprit lui dit : “Voici deux hommes qui te cherchent. Descends donc tout de suite et prends la route avec eux sans te faire aucun scrupule : car c’est moi qui les envoie.”» (Pierre décide de partir avec eux pour rejoindre le centurion Corneille, homme juste et bon qui craint Dieu. Ils arrivèrent le surlendemain à Césarée chez Corneille). « … Au moment où Pierre arriva, Corneille vint à sa rencontre et tomba à ses pieds pour lui rendre hommage. “Lève-toi !” lui dit Pierre, et il l’aida à se relever. “Moi aussi, je ne suis qu’un homme.” Et, tout en conversant avec lui, il entra. Découvrant alors une nombreuse assistance, il déclara : “ Comme vous le savez, c’est un crime pour un Juif que d’avoir des relations suivies ou même quelque contact avec un étranger Mais, à moi, Dieu vient de me faire comprendre qu’il ne fallait pas déclarer immonde ou impur aucun homme. Voilà pourquoi c’est sans aucune réticence que je suis venu quand tu m’as fait demander…”». Une fois qu’on lit tout le chapitre, il est clair qu’il s’agit d’une vision symbolique que Pierre ne comprendra qu’une fois arrivé chez Corneille. Il le dit lui-même qu’il n’a pas encore compris ce message. Il ne le prend pas tel quel. L’interprétation du message divin de Pierre ne concerne nullement les animaux et les interdits alimentaires mais les hommes. Il s’agit tout simplement de remettre à jour un commandement divin majeur : « Aime ton prochain comme toi-même » présent déjà dans Lévitique 19 : 18 que Jésus ne fera que rappeler tout au long de son ministère (Romains 13 : 8 ; 13 : 10 ; Galates 5 : 14). Ou encore rappeler tous les commandements à l’égard des étrangers (Lévitique, Deutéronome, Exode). Jésus a voulu restaurer le message de respect à l’égard des non juifs que les juifs radicaux de l’époque méprisaient. Enfin, dans le N.T., comme le dit Elisabeth de Fontenay, les animaux sont en quelque sorte niés de leur existence concrète et ne représentent plus qu’une réalité symbolique20. Par conséquent, si, dans le N.T., les animaux ne sont que symboles, peut-on prétendre à juste titre qu’il s’agit bien d’animaux dans leur réalité matérielle uniquement pour ce passage-là ?

L’abolition de la circoncision, des interdits alimentaires ainsi que la réforme théologique de la divinisation du Christ rompent définitivement avec le judaïsme qui restera toujours attaché à sa tradition ancestrale. agneau

Une première rupture avec le judaïsme s’est faite à partir d’un choix sémantique renversant le rapport de l’homme au réel, à savoir Genèse 1, 26-31. En effet, de protecteur et garant de la nature, l’homme passe au statut de maître dominateur de celle-ci.

Le contexte philosophique dans lequel le christianisme s’est vu mettre par écrit est sans doute signifiant pour comprendre ce changement : influence de Platon, Plotin, Aristote, empire romain… C’est pourquoi Saint Augustin intégrera la logique néoplatonicienne au christianisme creusant davantage le clivage entre le judaïsme et le christianisme tout en renforçant l’interprétation chrétienne de la Genèse 1, 26-31 issue de La Septante. Des siècles plus tard, Thomas d’Aquin marqué par Aristote scellera définitivement le sort des animaux en les cloisonnant dans une représentation dénuée de sensibilité, de raison et d’intelligence. Leur âme est mortelle et n’a pas de place au paradis.

Enfin, Paul citoyen romain hellénisé en voulant répandre la bonne nouvelle aux non juifs a métamorphosé la parole de Jésus qui s’adressait originellement aux juifs en vue d’accomplir la Loi et non de l’abolir. Il en résulte un Jésus divinisé (influence du moyen platonisme et du gnosticisme) et une volonté de remettre la Loi en question en faveur de l’Esprit. Bien sûr Paul est plus ambigu qu’il n’y paraît et présente dans ses écrits de nombreux paradoxes.

Le corpus de textes relatifs à Jésus est beaucoup plus conséquent que ce que nous connaissons du

N.T. En effet, il y a bien les textes canonisés mais il y a également toute une série de textes apocryphes qui ne sont pas reconnus officiellement par les autorités religieuses et peu connus du grand public. Pourtant, de nombreux textes bien antérieurs aux Evangiles existent alors que presque tous les récits évangéliques ont été composés après la révolte juive contre Rome en 66. Soit bien après la mort de Jésus. Il serait intéressant de confronter ces sources et de comprendre ce qui rend légitimes certains auteurs plutôt que d’autres.

L’Eglise occidentale a progressivement abandonné la plupart des prescriptions de l’A.T. alors que certaines communautés orientales ont conservé certains interdits et prescriptions alimentaires ainsi que la pratique de la circoncision. Plus on s’éloigne du lieu d’où est née la religion, plus des dispositions facilitant la pratique sont prises.

Comme nous avons essayé de le démontrer dans cet article, le christianisme est issu du judaïsme et Jésus dans Matthieu 5, 17-19 nous dit que la Loi est capitale. Même si la réforme théologique amorcée par Paul ne doit pas forcément être remise en question, l’A.T. ne devrait pas être considéré comme caduc. Le N.T. devrait s’inscrire dans la continuité de l’A.T. De cette façon, l’éthique animale judaïque pourrait faire de même et peut-être se voir appuyée par le message d’amour présent dans le N.T. en s’élargissant aux animaux et à la nature.

Nous pouvons donc en déduire que le christianisme s’est progressivement débarrassé de tout ce qui était spécifiquement juif dans un souci de vocation universelle si bien qu’il a fini par s’éloigner radicalement du message éthique du judaïsme à l’égard de la création.

 

L’herméneutique d’une religion évolue forcément en fonction des changements que subit une société donnée. Face à l’avancée technologique, la consommation de masse et l’économie libérale totalement débridée, les textes doivent être réinterprétés. Deux choix s’ouvrent devant nous : la relecture doit-elle valoriser le système dans lequel nous sommes ou bien doit-elle dénoncer les dérives morales en gardant un message éthique fort assurant ainsi une ligne de conduite respectueuse de la nature. Aussi, pourquoi la mort de Jésus qui, symboliquement, est appelé l’agneau, ne pourrait-elle pas être perçue comme l’ultime mise à mort, l’ultime sacrifice et qu’en cela, nous comprenions que les animaux doivent être, eux aussi, épargnés du trépas. Le Christ ne serait-il pas venu pour passer un message inédit ? Quelle image aurions-nous d’un Christ égorgeant un agneau, une poule ou un bœuf dans son immense bonté ? Le Christ comme l’Ultime Sacrifié sauvant ainsi toutes les créatures vivantes.

Ne serait-ce pas la plus belle réinterprétation du message biblique ? Le plus haut niveau de conscience du lecteur biblique ? //

1 Première traduction grecque de l’A.T. par des savants hébreux. Pour plus de détails je vous renvoie à l’ouvrage collectif de Decharneux, Chopineau, Nobilio, Balzano et D’Helt, Bibles, une introduction critique, Bruxelles/Fernelmont, E.M.E, coll. Divin et Sacré, 2010.

2 Le pélagianisme est une doctrine chrétienne apparue au 4e siècle P.C.N. et développée par Pélage et Julien d’Eclane. Il insiste sur l’importance du libre arbitre et affirme que l’homme n’a pas à se racheter du péché originel. L’homme peut se préserver du péché par sa seule conduite.

3 Saint Augustin, Premières polémiques contre Julien, Paris, Desclée de Brower, coll. Bibliothèque Augustinienne, 1974, Livre VI, 105-106.

4 Elisabeth de Fontenay, op.cit., p.268.

5 Saint Augustin, Le Libre Arbitre, VIII, 18.

6 1 Corinthiens 9, 9-10

7 Saint Augustin, Les Mœurs de l’Eglise catholique et les mœurs des Manichéens, Paris, Desclée de Brower, 1949, II, XVII, 54 cité par Elisabeth de Fontenay in Le silence des bêtes, p.248.

8 Théodore Monod, Révérence à la vie, Paris, Grasset, 1999, p.94.

9 Eugen Drewermann, De l’immortalité des animaux, Paris, Editions du Cerf, 1992, p.30.

10 Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique, Paris, Editions du Cerf, 1984-1986, question XIII, art.2

11 Eugen Drewermann, Ibidem, p. 24.

12 Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985, p.103.

13 Elisabeth de Fontenay, Le silence des bêtes, Paris, Fayard, 1998, p.252.

14 Théodore Monod, op.cit, p.96.

15 Ibidem, p.97.

16 Un des partis juifs présents Judée durant la période du second temple entre le 1er siècle A.C.N et le 1er P.C.N.

17 Lambros Couloubaritsis, Histoire de la philosophie ancienne et médiévale, Paris, Grasset, coll. Le Collège de Philosophie, 1998, p.585.

18 Actes 21, 21.

19 Reza Aslan, Le Zélote, Paris, Les Arènes, 2014, p.252.

20 Elisabeth de Fontenay, op.cit., p.244.

« Karen Caws, symbole de la lutte contre la maltraitance animale » // lanzadigital.com // 05-03-16

KarenCawssmbolodelal_63095_2805

// Très liée à la nature depuis toute petite, depuis qu’elle a fait ses premiers pas sur l’île de Wight entre des poules, des lapins, des veaux et une chatte qui avait fêté ses vingt ans, elle est arrivée à Puertollano à la fin des années 80, alors que son rêve était d’apprendre les langues et de connaître réellement une société espagnole qui l’avait conquise grâce au bleu des hivers de la Mancha. Elle y a aidé, grâce à son infatiguable dévouement, les mouvements de lutte contre la maltraitance animale, et elle apparaît aujourd’hui dans le réseau associatif de la ville comme l’un des piliers fondamentaux de l’association de Protection des Animaux et des Plantes « Huellas ».

Karen Caws est aujourd’hui l’un des principaux bastions de la ville minière, dans la défense des droits des animaux, et l’une des personnes les plus impliquées dans la sensibilisation. Elle a la conviction « qu’un voyage de 1000 kilomètres commence forcément par une étape » et « qu’un seul geste », peut contribuer à changer les choses.

A la veille de la journée de la Femme Travailleuse, Karen Caws parle de son arrivée à Puertollano, en tant que professeur au Fray Andres Institut « en 1988 après avoir étudié les langues modernes en Angleterre. » Dès le début, Puertollano l’a fascinée, bien que la ville industrielle avait peu à voir avec l’île où elle a grandi, « à la campagne, dans une maison où nous étions presque autosuffisants» comme petite-fille de grands-parents paysans et fille d’un ingénieur naval très écologiste.

Après avoir travaillé au Fray Andrés Institut, Karen a décidé de s’installer à Puertollano. Elle a commencé par donner un certain nombre de cours extra-scolaire et elle a ensuite passé un diplôme de maîtrise en linguistique appliquée après avoir mis de côté les études qu’elle avait commencé du langage des signes, pour finalement décider d’ouvrir une Académie dans la rue Velázquez, qui aura dix-sept ans cette année. Comme enseignante professionnelle, Karen commente qu’elle «n’avait jamais noté qu’en tant que femme elle doive faire davantage d’efforts dans le développement de sa carrière, peut-être parce qu’elle a été bien accueillie par le milieu, qui est généralement plutôt traditionaliste» et admet que «tout d’abord, être une femme a généré plus de confiance pour l’enseignement auprès enfants ». En tant qu’autonome, elle ajoute que «je devais travailler un peu comme les hommes ». Ses élèves et leurs familles ont été ses premiers amis espagnols dans cette ville dans laquelle elle a décidé de s’intégrer totalement », mais elle a, « au fil du temps, eu également des amis anglais ou américains. » L’étape qui a marqué le retour aux sources s’est faite dans la région, en 2000, à Villamayor de Calatrava, à vingt kilomètres de la ville, où elle a bâti sa maison sans eau courante ni électricité, avec un générateur et les incontestés neuf chiens et cinq chats, et où elle a créé son propre morceau d’«île».

Manifestant son immense attrait pour la nature, qui pour elle maintient «sain, physiquement et mentalement», et qui explique que «où je vois les oiseaux qui arrivent, le passage des saisons et les changements quotidiens dans la végétation, je m’accomplis en tant que personne », Karen Caws était la candidate idéale pour la création de la société de Protection des Animaux et des Plantes Huellas de Puertollano en 2011, organisme qui l’a faite devenir un personnage public, alors qu’elle n’avait toujours été que simple bénévole en face du refuge canine. Bien que jeune elle ait déjà été impliquée dans des campagnes de bénévolat pour la Croix-Rouge et divers organismes de solidarité, Karen a été surprise d’avouer que ce fut en Espagne qu’elle a développé son rôle en tant que militante pour la défense des droits des animaux. Donc, elle avait toujours été fan de « tout ce qui touche à la nature», mais jusqu’à son arrivée à Huellas, elle ne faisait partie d’aucune organisation similaire.

Venant d’un pays dans lequel elle admet que dans «les années soixante-dix, stériliser les chats était normal » et où les « grands refuges de chiens peuvent avoir un certain nombre d’animaux semblable à ce qui peut contenir Puertollano », Karen souligne que « les cas de maltraitance et les abandons à répétitions sont ce qui me choquent le plus. Elle raconte qu’avant, elle allait «au théâtre, au cinéma, je sociabilisais avec tout le monde, mais je n’en pouvais plus de cette réalité, et surtout de l’indifférence des citoyens pour ce type de cas. » Elle parle de l’abandon des galgos, des podencos, de la saturation des refuges, du manque de bénévoles et des cas récents d’abus, elle estime qu’ « ils ont toujours existé, mais maintenant à travers les réseaux sociaux, ils sont plus visibles. »

Elle souligne que « Huellas » est un projet à long terme, parce qu’un changement radical est nécessaire »; et elle se demande donc combien de temps elle va voir la force de continuer, « parce qu’il y a des moments où nous sommes à bout, il y a énormément de travail pour les quelques personnes que nous sommes, totalement engagées », et elle souligne l’importance du fait qu’il est important que l’association devienne un organisme plus solide.

La revendication de Karen Caws pour la Journée Internationale de la Femme est que «toute personne doit se battre avec enthousiasme et passion dans la création, que vous devez lutter pour vos rêves, parce que tout objectif peut être atteint »; et  elle incite à la réflexion sur l’importance de sensibiliser les enfants à l’école et l’importance des groupes tels que la nouvelle plate-forme Puertollano Environnement, qu’il faut « réunir les personnes désireuses de lutter contre la maltraitance des animaux et envoyer un message clair à ceux qui maltraitent: nous ne vous laisserons pas continuer ». Après avoir assisté à un rassemblement dans la ville pour la même raison avec environ 200 personnes, Karen pense qu ‘ «il y a de l’espoir» et rêve du jour « pour lequel l’auberge canine ne sera plus qu’un simple lieu de passage pour les animaux errants, stérilisés, pucés, et plus une maison où les chiens abandonnés vivent tout au long de leur vie ». //