« Les vérités de la chasse octobre 2020 » // Plataformanac.org

// Les chasseurs appellent cela un sport, mais dans le sport, la mort est un accident et jamais le but ultime du jeu. Ils prétendent défendre la nature, mais ils la condamnent avec des clôtures, ils relâchent des espèces dans des endroits où elles n’ont jamais vécu, ils les nourrissent artificiellement pour qu’elles fréquentent les endroits où ils les abattront plus tard, ils éliminent leurs prédateurs et ils polluent l’environnement avec le plomb de leurs armes de chasse. Ils se présentent comme des défenseurs de l’environnement rural, mais ils arrivent, pour la plupart, des villes, au volant de leurs SUV, et condamnent leurs gens à dépendre d’activités économiques saisonnières dans lesquelles la relation entre le maître et le domestique nous rappelle des pratiques d’un autre temps.

Ils prétendent aimer leurs chiens, mais les abandonnent ou les éliminent dès qu’ils sont inutiles, en plus de les exposer aux risques de la chasse. Ils se disent persécutés, mais ce sont eux qui portent des armes.

Ils se défendent en disant que le chasseur existe depuis que l’être humain existe; mais il en va de même avec le cannibalisme ou la xénophobie, mais ce n’est pas pour cela que ces pratiques doivent être tolérées par la société contemporaine.

La vérité de la chasse c’est que c’est un commerce où tout s’achète et se vend avec des billets de cinq cents euros. Ce sont les oiseaux qu’ils lâchent pour être abattus immédiatement dans des tirs à la volée. Ce sont des rehalas, avec des dizaines d’animaux attachés à une remorque, circulant à la vitesse déterminée par son conducteur, ou entassés dans des cages dans lesquelles il est impossible de bouger. C’est un gars qui torture un renard mourant, parce qu’il s’en trouve le droit. Ce sont les lévriers pendus par centaines chaque année ou jetés sans honte aucune du haut d’une falaise; Ils ne valent même pas la peine qu’on gaspille des balles pour eux. C’est un homme qui noie un jeune sanglier blessé dans un fossé. Ce sont les chiens tombés dans un ravin, lors d’un combat à mort avec un cerf …

La vérité de la chasse c’est ce que l’on voit : torture, mort, sang, destruction, commerce, esprits malades ou manipulés, maltraitance, machisme, absence d’empathie envers des êtres qui vivent avec nous sur la planète …

Pas l’univers idyllique, rempli de mensonges intéressés, dépeint par ceux qui la pratiquent.

NON A LA CHASSE »

Lien vers l’article original : https://www.plataformanac.org/las-verdades-de-la-caza-octubre-2020/

Lien vers la vidéo Youtube : https://bit.ly/3jpIrWN

« Sauvetage de 36 chiens entassés et dans un état lamentable à Mérida » // Province de Badajoz // Canal Extramadura.es // 4.10.2020

Chiens trouvés et sauvés à Mérida – Freedog Badajoz

La plateforme Anac a alerté les autorités de la situation des chiens. Certains étaient morts. Une collecte de fonds solidaire a été organisée pour payer leurs soins.

L’organisme ‘Freedog Badajoz’ qui se consacre à l’éducation canine a organisé une activité solidaire pour collecter des fonds qui serviront à payer les soins des 36 chiens retrouvés en très mauvais état dans une habitation de Mérida. 

Les chiens étaient entassés sur quelques mètres carrés dans le quartier de La Corchera. Ce sont les voisins qui ont alerté de la situation en voyant des animaux dans la rue avec des symptômes évidents de malnutrition et une forte odeur qui émanait de la maison.

Les premiers à accéder à l’habitation étaient des membres de la plateforme ANAC. Ils y ont trouvé les 36 chiens, mais aussi des animaux morts. Ils ont immédiatement informé les autorités locales de la situation et ont dénoncé les faits.

Les chiens sont actuellement au refuge «Hocicos de colores» à Aceuchal.

L’activité solidaire aura lieu le 18 octobre à 11h30 dans les arènes de Badajoz. //