Les Galgos: invisibles aux yeux de la loi // LN Verdier

559572_10152993395900498_4419086100152410363_nLes chiens de chasse en Espagne et les lévriers en particulier n’ont pas accès au statut d’animaux de compagnie. Ils sont considérés comme animaux de travail et assimilés en quelque sorte au matériel agricole.
Plus terrible sera le cas du Galgo car sa vie ne dépendra que d’une chose : son aptitude à rapporter de l’argent à son galguero ou …. à ses trafiquants.

 

500.000, ils sont 500.000 Galgos sur le territoire espagnol  pour 180.000 galgueros http://www.club-caza.com/articulos/109feg.asp

 

Mais combien sont-ils chaque année à mourir de mort lente ou tragique parce que devenus inaptes à rapporter de l’argent?
50.000 selon la FAPAhttp://www.fapam.org/ un chiffre repris par la presse écrite et visuelle http://www.youtube.com/watch?v=WXTbM3D_5NA

 

Difficile de donner des chiffres officiels lorsque l’on sait que TOUT est fait précisément pour masquer ces chiffres honteux:
– des éleveurs clandestins non répertoriés
– pas de contrôle des naissances
– pas d’identification
– pas de registre tenu par les perreras où la grosse majorité d’entre eux y seront euthanasiés massivement et anonymement
– ajoutés à tous ceux-là, ceux qui périront écrasés sur les routes, jetés au fond d’un puit, mort d’inanition dans une cave obscure, pendus au fond d’une forêt ou même sur les façades ou à l’intérieur de batiments désaffectés, jetés dans les containers poubelles ou encore
empoisonnés etc …

 

La vie du Galgo, un long fleuve pas si tranquille que ça
Le petit galgo ouvrira les yeux sur la vie dans le grand programme de l’élevage intensif, des élevages clandestins, non répertoriés donc non suivis sanitairement parlant, en un mot ABSOLUMENT non contrôlés
Exemple d’élevages:
Ils seront ainsi des milliers à naître dans toute l’Espagne pour être en premier testés, il est important de déterminer le galguito qui aura le plus d’aptitude à devenir un « bon galgo ». C’est ainsi qu’ils passeront des épreuves,certains auront une deuxième chance comme ceux qui seront enfermés dans une cage avec un chat ou un lapin et sans rien à manger jusqu’à ce qu’ils fassent le choix de devenir ENFIN de bons galgos qui après avoir dévoré le chat ou le lapin auront désormais du mordant pour les lièvres

 

Sachant qu’un galgo qui ne court pas après une proie ne sera jamais un gagnant plusieurs milliers mourront avant même d’être « balancés » sur le marché noir de l’ouverture de la chasse. Ils seront soit tout simplement éliminés, soit entreront dans le circuit de l’élevage intensif comme reproducteurs, soit seront revendus pour certains pour entraîner les chiens de combat
Sa première course pour cette galga, son avenir est en jeu!
 Les autres sont fins prêts pour la levée du rideau et commencer une carrière de champions, une carrière qui ne souffrira aucune faiblesse, aucune fracture, aucune maladie car dans le cas contraire ce sera l’élimination pure et simple ou pire encore l’oubli au fin fond d’un endroit sordide où il ne seront nourris qu’occasionnellement ou bien si l’affront fait à leur maître est impardonnable ce sera la corde au cou pour payer et payer cher l’affront subi. Le galguero lavera ainsi son honneur bafoué publiquement au cours d’une course, certains de ces pauvres galgos seront traînés jusqu’à être totalement écorchés vifs, le message à passer étant « je vais t’apprendre à courir plus vite! »

 

Petit galguito enfin dans la cour des grands va pouvoir faire valoir sa musculature d’athlète, son engoument à courir derrière un lièvre ou un leurre lors de courses clandestines, fier de pouvoir faire voir à son maître ce qu’il vaut ….  et c’est peut-être là que son destin va basculer pour lui car il y a ceux qui ont déjà payé pour être de mauvais galgos mais il y a ceux également qui vont payer pour être de trop bons galgos car en Espagne, que tu sois bon ou mauvais galgo, ton destin s’appellera souffrance, maltraitance, torture, exploitation, élimination…..

 

Les rabatteurs … le galgo qui court ne le sait pas encore mais c’est sans compter sur ceux qui le convoitent, le jalousent, soupèsent ce qu’il peut valoir au marché noir car le galgo se trafique!
Les rabatteurs alimentant les trafics de galgos surveillent les courses, relèvent les galgos faisant les meilleurs scores, suivent le galguero quand ce dernier rentre chez lui et organisent ce qui sera le vol du galgo en apposant un signe sur la maison sachant que ce sera un autre groupe qui organisera le vol (source: Guardia Civil voir dossier TRAFIC DE GALGOS) et ainsi pauvre galgo si tu n’as pas eu la « chance » d’avoir pour maître un galguero qui t’enferme dans un bunker avec porte blindée, aucune lumière ni aération, tu sera effectivement volé pour alimenter un vaste réseau de trafic.

 

Vols de 3 Galgos :
 Le galguero dira sur la vidéo qu’on lui a pris les 3 meilleurs et on lui a laissé le « mauvais » car il faut savoir que financièrement plus le galgo rapporte de l’argent, plus sa côte augmente sachant que dans ce cas un exemplaire peut se revendre au marché noir quelques 12000 euros, une somme qui peut aller jusqu’à 30000 euros selon d’autres sources: http://www.laopiniondezamora.es/secciones/noticia.jsp?pRef=2008110400_5_312172__Comarcas-Once-detenidos-operacion-contra-robo-galgos-desarrollada-pueblos

 

Le destin du galgo que ce dernier soit « mauvais galgo » ou « champion » sera un chemin  de souffrance, de malheurs, il sera jalousé, convoité, volé, la puce arrachée au couteau, maltraité … le galgo est une marchandise jeté comme un vulgaire déchet dès lors où ne servira plus à rien, jeté ou éliminé de manière atroce.

 

Le trafic de galgos est un trafic qui rapporte et qui rapporte gros, il suffit pour s’en convaincre de consulter les deux dossiers consacrés aux deux dernières affaires de trafic pour s’en convaincre dès lors où l’on voit que l’enquête de la Guardia Civil aboutira à une perquisition qui permettra de  soustraire non seulement des galgos mais également de la cocaine, détention d’armes illicites probablement revendues pour les participants de chasse illégales, de grosses sommes en argent liquide et autres effets…

 

Le dossier Galgo est comme un énorme iceberg dont la partie visible serait celle de la maltraitance et une mort tragique en bout de ligne c’est-à-dire autour de ses 4 ou 5 ans de bons et loyaux services mais l’autre partie, celle qui est occultée jusque par le gouvernement espagnol lui-même c’est celle d’une mafia qui s’appelle TRAFIC-CORRUPTION-COMPLICITE-RECEL

 

Au bout du compte ce seront chaque année, en fin de période de chasse, quelques  50000 galgos qui mouront de manière atroce: 10% chaque année du chiffre total de galgos sur le territoire espagnol.

 

L’Espagne c’est l’Europe et comme le dit une protectrice des animaux d’Espagne (voir témoignages), la solution n’est pas de fermer sa frontière à ces animaux qui ont une chance sur 50000 de vivre enfin avec un statut d’animal de compagnie, la solution c’est de faire pression sur le gouvernement espagnol pour qu’enfin il prenne les mesures pour que cessent ces horreurs

 

 

Source: http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-les-galgos-invisibles-aux-yeux-de-la-loi-125470210.html
Publicités

Les GALGOS, les meilleurs gardiens de l’esprit // LaVanguardi

img_jfita_20151126-184813_imagenes_lv_getty_gettyimages-181932798-kFVE--992x558@LaVanguardia-Web
 
Cinq lévriers espagnols sont les protagonistes d’une thérapie pionnière qui a pour but d’améliorer l’estime de soi, la confiance, l’autonomie et la qualité de vie des patients souffrant de maladie mentale, au sein du Centre socio-sanitaire Hermanas Hospitalarias de Palencia.
 
Une thérapie d’intervention assistée baptisée « Galgoterapia » et qui a été reconnue et récompensée par le Prix Enfermería en Desarrollo aujourd’hui à Madrid.
 
Emilio Negro et Salvador Tocino, les promoteurs de cette initiative, ont non seulement inventé le mot galgoterapia, mais aussi l’application d’une thérapie assistée avec des lévriers à un centre sociosanitario qui apporte des bénéfices remarquables aux personnes souffrant de maladie mentale grave et prolongée, aux personnes en situation de handicap intellectuel et aux enfants avec autisme.
 
Le projet a commencé fin 2011 sous l’acronyme Idefix, qui en plus d’être le nom du chien d’Asterix voulait résumer en un seul mot les objectifs ambitieux de cette thérapie : intégrer, développer une habileté, élever l’estime de soi, fournir de l’affection, enquêter sur de nouvelles thérapies et exprimer des émotions.
 
Quatre ans après, ses responsables peuvent assurer que tous ces objectifs ont été atteints, puisqu’ils ont pu mesurer, en utilisant des échelles objectives comme l’anxiété, l’estime de soi, les relations sociales ou l’autothérapie, et ont vérifié que les personnes qui participent à cette thérapie ont fait des progrès et se sent sentis mieux.
 
Julita, Anuska, Carmen ou Javi font partie de ce groupe de quinze patients de ce centre socio-sanitaire et qui ont inclus dans leur routine quotidienne le soin de Camarón, Cris, Bigota, Peregrina et Coja, des Galgos retirés du monde de la chasse et reconvertis en « thérapeutes canins ».
 
Chaque jour, les patients leur donnent à manger, les brossent, nettoient leur tanière, les promènent, jouent avec eux, et surtout les gâtent! Les patients se voient apportés en échange toutes les sensations que leur transmettent ces animaux, comme une respiration lente et un rythme cardiaque régulier.
 
Ces bénéfices sont favorisés grâce aux conditions physiques et psychiques de ces Lévriers très minces, avec peu de peau, dociles et maniables, qui n’aboient pas, qui sont très loyaux et qui aiment le contact avec les personnes. « Et qui ont de plus une très bonne hauteur pour travailler debout, dans une chaise roulante, avec des personnes assises ou dans un lit. Même avec un handicap physique, ou avec des difficultés de mobilité, ils peuvent accéder avec facilité au chien », explique Emilio Negro, directeur d’Infirmerie du Centre.
 
« Et de plus Camarón est champion d’Espagne de beauté », dit Julita qui ne cesse pas de brosser et de caresser Cris tandis qu’elle lui offre des milliers de flatteries.
Source: http://www.lavanguardia.com/vida/20151126/30406948601/galgos-guardianes-mente.html

Le propriétaire de TATA condamné à payer 360€ pour abandon d’animal

tata

lavozdelanzarote.com // 26 novembre 2015

Le maître de la chienne Tata a été condamné ce jeudi pour un délit d’abandon d’animal domestique. José Luis Álvarez Rodríguez, qui a 48 ans et est citoyen de Lanzarote, a comparu ce jeudi au Tribunal et a accepté un accord en conformité avec les peines que le Ministère public demandait. Ainsi, la sentence a déjà été rendue, qui établit que ce chasseur devra payer une amende de 360 euros et restera interdit durant 6 mois pour la possession d’animaux et l’exercice de n’importe quelle profession relative à la détention d’animaux. De plus, Tata cessera d’être officiellement sous sa garde.

Cette chienne est arrivée jeudi dernier à l’asso de protection animale The Kennel Club avec de graves blessures; sa vie était en danger. Tata, à qui The Kennel le Club a donné le nom d’Angelique, avait le crâne fracturé à trois points distincts et le visage gonflé et meurtri. Elle souffrait de très graves blessures aux yeux. Cette pauvre podenca restera aveugle.

En ce qui concerne l’état grave dans lequel elle a été trouvée, il n’a pas pu être prouvé que l’accusé en était responsable et qu’il a causé ces lésions. Pour ce motif, seul le délit d’abandon lui a été imputé et le délit de mauvais traitement animal n’a pas été retenu. Le récit que le Ministère public a énoncé des faits que José Luis Álvarez a reconnu montre bien que le maître de Tata a manqué aux « plus élémentaires » des obligations concernant les soins dont a besoin un animal; et qui « a permis que la chienne a été livrée à son sort entre les 16 et le 19 novembre ». De fait, Tata ou Angelique a été trouvée errant sur une route de Arrecife, gravement blessée.

Le cas de cette podenca a déclenché un mouvement de solidarité de milliers de personnes, qui ont signé une pétition dans SosVox en demandant que le Ministère public enquête pour déterminer ce qui lui est arrivé. Tata a bénéficié d’un soutien international à travers une campagne de collecte de fonds initiée par The Kennel le Club pour le traitement médical de la chienne et qui a rénuit plus de 3.000 euros.

De plus, la médiatisation de Tata a soulevé l’indignation des chasseurs de l’île, qui au travers de la Nouvelle Société de Chasseurs de Lanzarote ont traité de « sauvage et méprisable » le traitement qu’elle a subi.

Source: http://www.lavozdelanzarote.com/articulo/sucesos/dueno-tata-condendo-delito-abandono-animal-domestico/20151126100328102791.html

C’est le début de l’enfer pour les chiens de chasse // Daniel Cabezas // lamarea.com

Captura-de-pantalla-2014-01-09-a-las-01.51.47

La saison de la chasse démarre en octobre. Les chiens utilisés par les chasseurs sont les plus touchés.

Comme chaque année, octobre arrive et on peut contempler, de nouveau, le même tableau classique sur une infinité de zones rurales en Espagne : des milliers de chasseurs se lancent dans les campagnes pour la saison de la chasse au gibier. Perdrix, lièvres, lapins, pigeons et faisans, parmi d’autres espèces réglementées par le Decret Royal 1085/1989 seront leur objectif principal.
Une activité bien lucrative pour de nombreuses petites villes espagnoles, pour lesquelles l’argent versé par les chasseurs en échange de la possibilité d’arpenter les terrains de chasse représente, très souvent, leur principale source de revenus.

Quelques mètres devant les chasseurs impatients, marchent leurs chiens. Galgos, podencos, pointers, spaniels… Beaucoup d’entre eux sont restés enfermés pendant des mois dans des petites cages d’à peine quelques mètres carrés, et très peu d’entre eux ont la chance de pouvoir partager le foyer de leurs maîtres. Certains d’entre eux, les moins fortunés, finiront la saison morts ou abandonnés. Seul un petit groupe finira dans les fourrières ou les refuges, peut-être seront-ils adoptés et pourront-ils avoir la chance de vivre loin de ceux qui furent leurs maîtres.

De l’instinct à la maltraitance
“Tous les chiens, en certaine mesure, ont un instinct chasseur. Dès leur plus jeune âge ils sont sensibles au mouvement, c’est pour ça qu’ils courent après une balle, les cyclistes ou les jambes qui bougent“, nous explique Mónica Saavedra, éducatrice canin et comportementaliste. La maltraitance à laquelle ils sont soumis, sous certaines circonstances, est quelque chose de bien différent. « L’enfermement, l’isolement, la privation de nourriture et d’interaction sociale, ainsi que la maltraitance physique sont perçues par le chien de façon très semblable à celle que nous pourrions ressentir nous-mêmes. Eux aussi peuvent ressentir la douleur physique et psychologique. Le simple fait de réaliser un exercice d’empathie en essayant d’imaginer ce que nous pourrions ressentir enfermés dans un cachot, surpeuplé, avec des blessures, sans jamais voir un rayon de soleil, sans nourriture, et nous aurons une idée de ce que peut ressentir un chien dans de pareilles circonstances. »

Javier Moreno, porte-parole d’ Igualdad Animal, va même plus loin. “Nous pensons que la chasse doit être abolie. En Espagne le lobby des chasseurs est très puissant, il n’y a qu’à voir la nouvelle loi de chasse à Castilla La Mancha, où les terrains sont pratiquement devenus des terrains de chasse privés pour les chasseurs, qui permet de tuer les animaux comme les chiens « sauvages » et qui permet même aux moins de 14 ans d’obtenir un permis de chasse”, nous signale-t’il. « Il n’y a rien de plus démagogique que d’écouter un chasseur dire qu’il aime les animaux, quelqu’un qui s’amuse et dont le passetemps consiste à tirer sur des animaux pour les afficher ensuite comme des trophées. »

Le drame des galgos
Irene Blánquez connaît de première main cette maltraitance. C’est la directrice de Febrero, el miedo de los galgos, un documentaire qui reflète la maltraitance systématique que souffre cette race aux mains des galgueros. “Dans les zones rurales où l’on chasse le lièvre, c’est normal de voir comment on entraîne les galgos. Certains galgueros attachent leurs chiens à leurs véhicules à moteur et les obligent à courir attachés, à une vitesse entre 20 et 25 km par journée. Il s’agit non seulement d’une pratique cruelle, mais aussi bien évidement très dangereuse pour l’animal. Le galgo ne peut pas s’arrêter de courir, ni freiner, ni prévenir s’il se casse une patte, ou bien s’il n’a plus de forces pour courir et que la corde commence à l’étrangler. Il s’agit, une fois de plus, de la preuve du manque d’empathie du galguero envers ses chiens.”

Lorsque la saison de chasse se termine, en février, c’est l’abandon massif. « Les raisons de cette mise à l’écart sont diverses », nous raconte Irene. « Le chien ne court pas assez, il n’a pas l’esprit chasseur, il est peut-être blessé, ou bien il est « sale ». Ce terme, « sale » est employé chez les galgueros lorsque le chien ne course pas le lièvre en ligne droite. Lorsque le galgo apprend qu’en prenant un raccourci il attrapera le lièvre avant (c’est-à-dire lorsqu’il se montre intelligent) il est disqualifié et cesse d’être un chien désirable. Souvent ceci est un affront tel pour le galguero que son chien est puni pour cela. » Et de là, nous avons cette image classique et déchirante des chiens pendus qui est encore habituelle dans certaines régions d’Espagne.

Tous les experts et les organisations spécialisées dans le droit des animaux tombent d’accord sur un point : quelque chose est en train de changer. « Le rejet social face à ces activités ne cesse de croître » nous indique Javier Moreno. « Un exemple de ceci sont les polémiques soulevées sur les réseaux sociaux concernant la chasse. Il y a encore une grande labeur de pédagogie à faire et il faut avancer en matière législative pour que ce fléau disparaisse de notre société. C’est compliqué, car malheureusement cette Espagne de La Escopeta Nacional retracée par Berlanga est toujours très présente et complètement incrustée dans la sphère politique et le monde des affaires. »
« Je ne comprends pas que quelqu’un puisse tuer un être vivant par simple esprit sportif, si l’on peut toutefois parler de sport, ou par simple plaisir » nous dit Mónica Saavedra. « Mais je veux penser qu’il y a certains chasseurs qui, même s’ils n’ont aucun respect envers la vie d’autres animaux, respectent et traitent correctement leurs chiens, leurs compagnons de travail. Malheureusement j’ai bien peur qu’il ne s’agisse d’une minorité. »

Article original: http://www.lamarea.com/2015/10/11/arranca-infierno-los-perros-caza/
Traduit de l’espagnol par Fabienne.

Pourquoi des associations se consacrent-elles à la défense des lévriers ? // Afinity PetCare

Pourquoi des associations se consacrent-elles à la défense des lévriers ?

Histoire

Les lévriers ne sont pas comme les autres chiens. Tout dans leur structure physique rappelle la rapidité et l’agilité : un corps svelte et élégant, un cou long et puissant, un poitrail large, une musculature puissante et une tête allongée et étroite. Leur vue est plus perçante que celle des autres races et quand ils se déplacent, la différence est encore plus évidente : leurs pas sont légers et quand ils courent, ils atteignent 65 kilomètres heures en quelques secondes. Aucun chien ne peut les dépasser. Leur corps – conçus pour atteindre une telle vitesse – justifie l’objectif pour lequel les lévriers ont été sélectionnés : chasser des proies en courant, aidés de leur vue pour se guider pendant la poursuite. À la fonction initiale de la race s’est ajouté, plus récemment, l’utilisation des lévriers pour les courses : au cours des années ’20, les courses de lévriers sont devenues à la mode et de nos jours, elles continuent à être une activité suscitant la curiosité, les passions et les paris dans de nombreux pays comme les États-Unis, l’Angleterre, l’Irlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ce sont généralement les lévriers anglais ou Greyhounds, lévriers les plus rapides, qui sont utilisés pour ce sport.

Course

Lors des courses, jusqu’à huit lévriers concourent sur un circuit à la poursuite d’un lièvre mécanique. Le premier qui arrive est le vainqueur. Les chiens s’entraînent quasiment deux ans avant de commencer à concourir et leur carrière sportive se termine généralement à 3 ans et demi. Dans les cas exceptionnels, un lévrier peut concourir jusqu’à ses 5 ou 6 ans. Il y a longtemps, quand leur carrière se terminait, en raison de l’âge, d’une lésion corporelle ou du fait de ne pas gagner…leur vie se terminait aussi ! Le fait d’euthanasier des animaux sains qui cessent tout simplement de “générer de l’argent” a soulevé des polémiques dans le monde entier et dans de nombreux pays, des associations se sont créées pour défendre les lévriers. Ces associations ont pour objectif d’éviter le mauvais traitement des animaux, de sensibiliser le public et de faire la promotion de l’adoption des lévriers qui ne servent plus à la course. Malgré tout, des milliers de lévriers sont euthanasiés chaque année. En plus de ce qui se passe à la fin de leur carrière, les conditions de vie et de bien-être des lévriers lorsqu’ils font partie du monde de la course ont suscité de l’inquiétude. Des cas de négligence et de maltraitance ont été dénoncés à plusieurs reprises, dont l’administration de médicaments pour améliorer leurs performances sportives.

Les lévriers utilisés pour chasser ont souvent un destin similaire aux lévriers de course et on estime qu’en Espagne, des dizaines de milliers de lévriers sont abandonnés ou sacrifiés lorsque la saison de chasse se termine ou quand une lésion les empêche de courir après une proie. L’Estrémadure et Castilla-La Manche sont les communautés autonomes où la fin de la saison de chasse a le plus grand impact sur l’abandon des chiens et ce sont également les communautés où le lévrier, en particulier le lévrier espagnol, est très utilisé pour chasser.

Animal de compagnie

Les lévriers possèdent des caractéristiques de l’animal de compagnie idéal pour de nombreux propriétaires. Ce sont des chiens au tempérament tranquille, qui n’ont généralement pas tendance à se montrer agressifs envers les personnes et les autres chiens. Cependant, ils sont très excités pendant les courses et peuvent avoir une forte tendance à poursuivre des chats et autres animaux de compagnie de petite taille. De plus, dans certains cas, ils peuvent avoir des problèmes liés à la peur pouvant résulter d’une socialisation inadéquate ou d’expériences traumatisantes. Ce sont généralement des animaux sains : on compte très peu de maladies héréditaires chez cette race. Et même si certains lévriers peuvent avoir des lésions chroniques liées à leur usage précédent, ces lésions ne posent généralement pas de problème pour mener une vie de chien de compagnie.

Adoption

Ces dernières années, les courses de lévriers ont perdu de leur popularité et cette “activité” est petit à petit remplacée pas des systèmes de paris plus lucratifs. En Espagne, le lévrier continue néanmoins à être très utilisé pour la chasse et dans certains cas, des abus ont lieu dans ce milieu. C’est pourquoi chaque année, de nombreux lévriers sont prêts à être placés dans des familles prêtes à les aimer et à s’en occuper.
Si cela vous intéresse d’adopter un lévrier retraité ou abandonné, contactez l’une des associations qui se chargent de trouver un nouveau foyer et une nouvelle vie pour ces chiens.

Article original: http://www.affinity-petcare.com/fr/pourquoi-des-associations-se-consacrent-elles-a-la-defense-des-levriers

Ce ne sont pas des galgos, ce sont des podencos, et ce sont aussi d’excellents compagnons d’appartement // Melisa Tuya

pod2

« Nous sommes en pleine saison de rebus de chasse, une époque terrible pour grand nombre d’animaux. Leurs conditions physiques ne sont plus très bonnes, ils ont vieilli, le chasseur commence aussi à souffrir de la crise et ne peut plus entretenir tous ses animaux… ils sont abandonnés ou euthanasiés de n’importe quelle façon.

Lorsque je raconte ça, presque tout le monde pense aux galgos, cette belle race que nous aimons tant. Mais il n’y a pas que les galgos, toutes les races de chasse sont concernées par cette maltraitance, et dans notre pays cela concerne tout particulièrement les podencos, et leurs variantes, les croisés.

Nous devons travailler pour que les podencos puissent gagner en visibilité et en bonne réputation, comme animaux de compagnie, tout comme leurs cousins.

Voici un texte, déjà édité : Le podenco comme animal de compagnie, du groupe Facebook « Difusiones de galgos y podencos en España » dont je vous recommande vivement la visite si vous aimez les animaux de compagnie.

Nous sommes plus qu’habitués à voir des nouvelles ou à lire des textes ayant trait aux podencos, mais c’est toujours dans le même sens et les mêmes termes : la chasse.

Le podenco comme mascotte, comme animal de compagnie, de nos jours, c’est très rare. Nous ne voyons pas les gens dans la rue en train de promener un podenco, comme nous pouvons en voir avec des galgos. La comparaison est inévitable. Pourtant il y a très longtemps il était très apprécié en tant qu’animal de compagnie. De par sa taille moyenne, son envergure légère et son poil presque toujours ras.

Le podenco peut très bien vivre en maison ou en appartement, car il s’adapte très bien à son entourage. Ses besoins sont les mêmes que ceux de n’importe quel autre chien: nourriture, vétérinaire, coussin, laisses, harnais… du temps et plein d’amour.

Le podenco est une excellente mascotte, méconnue de presque tous. Il est affectueux, intelligent, obéissant et s’entend généralement bien avec tous les autres chiens, même les chats et autres mascottes. Il est très gentil avec les enfants, il est joueur et même amusant. Les podencos aboient peu, ils sont silencieux et très intuitifs. Leur poil ras tombe très peu, c’est un poil propre. Ils sont soigneux de leur hygiène, se lavent et ne salissent presque rien,
Ils aiment courir mais ils n’ont pas besoin de passer leurs journées à faire de l’exercice, ils peuvent sortir trois fois par jour comme tous les autres chiens, le fait de passer un temps à jouer et à courir est largement suffisant. Ils deviennent plus tranquilles et affectueux après leur étape de chiot. Ce sont des chiens qui vivent longtemps, car ils sont forts et ont une bonne santé. Et, pourquoi ne pas le dire, ils sont beaux, sveltes, peut-être pas aussi grands et maigres comme les galgos, mais très bien proportionnés. Ce sont des athlètes ! Leurs traits sont harmonieux, on dirait des sphinx. »

Traduit de l’espagnol par Faby. Source:http://blogs.20minutos.es/animalesenadopcion/2013/03/11/no-son-galgos-son-podencos-y-tambien-son-buenos-companeros-en-un-piso/#