Portrait du Galgo

1Martin Usborne – tirée du livre « Where Hunting Dogs Rest »

Presque exclusivement considéré comme un chien de chasse en Espagne où ses performances d’athlètes lui valent bien malgré lui d’être utilisé pour les fameuses « Carreras en campo » (avec les dérives que l’on connaît), le Galgo est pourtant particulièrement apprécié par les adoptants d’Europe de l’Ouest pour ses incroyables facultés d’adaptation à la vie en maison. Car en effet, le Galgo est LE parfait chien de canapé…

 

HISTOIRE

2
Pièce de monnaie romaine

Le Galgo est un lévrier du type asiatique. Son ancêtre est le lévrier Celte, appelé le Vertragus – qui signifie littéralement « Pied rapide » – dont les origines remontent au 4ème ou 5ème siècle avant JC.

Décrit par Lucullus Flavias Arrianus, historien grec, dans son livre sur la chasse « Kynegetikon », le Vertragus est très proche physiquement du Galgo, il était d’ailleurs déjà utilisé pour une forme de divertissement à mi-chemin entre la chasse et le spectacle. Les Romains qui occupaient les régions celtes étaient de grands amateurs de ces lévriers.

Avec les Celtes, le Vertragus se répand partout en Europe pour donner différentes races de lévriers, ainsi naîtra le Galgo.

3
José Villegas Cordero – Alabardero en el cuerpo de guardia con dos galgos

En Espagne, le Galgo n’a pas toujours été le chien mal-aimé d’aujourd’hui. Au Moyen-Age, il était même très estimé et réservé aux nobles, aux riches. Seules les classes supérieures de la population d’alors avaient le droit d’en posséder un et de chasser avec, et ce jusqu’au 17ème siècle. Ce précieux faire-valoir et ami des puissants a d’ailleurs été magnifié dans de nombreuses œuvres littéraires et picturales.

Mais tout change à partir du 18ème siècle lorsque les lois sur la chasse s’assouplissent. Le peuple a alors le droit d’en posséder et même de l’utiliser pour la chasse. Le Galgo devient donc très populaire, d’autant plus ces chasses qui se pratiquent sans fusil sont très économiques.

 

PORTRAIT

Ce que le Galgo aime par dessus tout,c’est bien le confort. L’image d’Épinal qui lui est associée le montre se prélassant, gracieux au possible, sur un canapé moelleux, des heures durant. Si ce cliché n’est pas loin de la vérité, il oublie une autre facette du lévrier espagnol : celle des parties de jeux sauvages et déjantées et des moments de folie. Là, le Galgo se révèle foufou et gentiment brutal.

4

Bien entendu, il existe des tempéraments calmes, d’autres excités, mais le Galgo adulte est en général assez placide en dehors de ses « moments de folie ». C’est un animal plutôt discret, réservé (surtout envers les étrangers), qui paraît sérieux au premier abord, mais qui est capable dans l’intimité de se lâcher totalement et révèle alors son côté comique.

Les personnes qui ne connaissent pas le Galgo pensent à tort qu’il a un besoin très important d’exercice. En fait, taillé comme un sprinteur, c’est un coureur hors pair à la détente impressionnante, mais son endurance est très limitée. Il n’a donc pas forcément besoin d’un très grand espace pour évoluer à son aise. Il peut même vivre en appartement s’il est régulièrement et suffisamment promené afin d’assouvir ses besoins d’exploration. L’idéal dans ce cas, et d’avoir de temps en temps accès à un endroit clôturé et sécurisé où il peut être détaché et se défouler lors de courses folles.

5

Réputé stupide dans l’inconscient collectif, le Galgo est pourtant loin d’être bête et se révèle malin, voire même subtilement manipulateur.

Il possède d’ailleurs un riche et large langage corporel pour exprimer ses émotions et se faire comprendre. Par exemple : il claque des dents lorsqu’il est excité ou heureux.

Une facette très importante de sa personnalité est que le Galgo est une véritable éponge à émotions. Et c’est peut-être ce côté émotif qui lui vaut la réputation d’être idiot. Ultra-sensible, affectueux, gentil, le lévrier espagnol est un grand observateur qui sait parfaitement lire les émotions des humains qui l’entourent. Il aime la stabilité, le calme et la routine. Mais surtout, son humain est son repère et celui-ci devra être conscient de cette responsabilité en lui offrant cette sécurité émotionnelle dont il a besoin.

Profondément gentil, le Galgo n’est jamais agressif et normalement doux avec enfants. Avec ses congénères, il est naturellement sociable et non conflictuel. Il aime vivre en meute et dormir contre d’autres chiens. On peut même avoir des individus de même sexe au sein de la même meute.

6

 

EDUCATION

Éduquer un Galgo n’est pas difficile,mais il ne doit surtout pas être dressé. En effet, il n’entend rien à la force ou à la contrainte. Une éducation trop stricte ou violente le rendra peureux ou rebelle et brisera la confiance aveugle qu’il souhaite vous offrir.

Le Galgo n’a pas besoin d’un maître rigide ou autoritaire, mais d’un humain équilibré et sûr de lui.

Par contre si vous craquez pour un chiot, armez-vous de patience et de courage car le Galgo pubère est assez difficile. De plus, il atteint sa maturité sexuelle assez tardivement, vers l’âge de trois ans.

Pour sa sécurité, prenez également conscience que le Galgo qui a peur n’a qu’un seul réflexe : la fuite, qui peut malheureusement dégénérer en fugue si le maître n’y prend pas garde. Il est donc extrêmement recommandé de ne pas détacher un lévrier en dehors d’un espace suffisamment bien clôturé. Ce côté fugueur s’explique aussi par son tempérament curieux et surtout par son instinct de chasse très développé. Un Galgo peut très bien vivre dans la nature, sans l’aide de l’Homme, ce qui rend sa capture encore plus difficile.

7Le Galgo peut aussi être « bardudo » – à poils durs

 

SANTE

Ne vous fiez pas à son aspect fragile, le Galgo est en fait robuste et très résistant. Il n’y a pas de maladie spécifique à la race, mais il faut savoir qu’il ne se soigne pas toujours comme les autres chiens.

En effet, certains taux sanguins de lévriers (comme celui de la créatinine) sont différents de ceux d’autres chiens, ce qui peut entraîner des erreurs de diagnostique.

Ils ont également un niveau thyroïdien plus bas, et un cœur différent ce qui peut mettre sur la fausse piste d’une maladie cardiaque qui n’existe pas.

Il est important d’être vigilant en cas d’anesthésie : il ne faut pas utiliser de barbituriques, et la balance hydrique corporelle est à contrôler avant d’endormir.

La peau du Galgo est très fine et se coupe facilement, attention aux bobos.

Et pour l’anecdote : savez-vous que le lévrier n’a pas d’odeur ?

Enfin, pour sa santé, il est recommandé de lui offrir une nourriture pas trop protéinée (25%) :préférez donc les croquettes au poisson ou au poulet.

8

Il convient de rappeler que ce qui est décrit ci-dessus sont des généralités au sujet d’une race composée d’un nombre infini d’INDIVIDUS qui ont leur caractère et leur personnalité propres. Chaque Galgo est UNIQUE.

Il est important également de prendre en compte leur passé difficile, les Galgos diffusés par les associations ont tous connu la maltraitance à des niveaux divers.

Perrine// ACTION INVISIBLE

Bibliographie :« Galgo Espanol : le Lévrier espagnol » de Claudia Gaede et Thomas Ebbrecht.

Pour aller plus loin, article d’ACTION INVISIBLE sur les Carreras encampo :https://www.facebook.com/notes/action-invisible-r%C3%A9seau-pour-les-oubli%C3%A9s-des-refuges-espagnols/carrera-en-campo-la-chasse-avec-les-galgos-et-ses-d%C3%A9vires/866217580094034

9Eros, el galgo favorito del Príncipe Alberto, 1841

10
Publicités

« Galgos et lévriers: sont-ils réellement des chiens? » // Orbicanos

lebreles

// Le chien a été domestiqué il y a environ 14.000 ans. Grâce à la sélection à la fois naturelle et humaine, il y a maintenant plus de 400 races morphologiquement distinctes, et ces races sont classées en différents groupes par l’American Kennel Club. Le groupe des chiens de chasse de l’AKC est composé de plus de 25 races, y compris les lévriers, ces chiens chassant leur proie en les gardant à vue.

Tous les lévriers ont un phénotype similaire: ils sont minces, leur tête est longue, ils sont agiles et rapides. Il y a plus de 15 races reconnues dans ce groupe, dont l’Afghan, l’Azawakh, le Barzoï, le Chart Polski, le Galgo Espagnol, le Greyhound, le khortaï, l’Irish Wolfhound, le lévrier italien, le Magyar Agar, le Saluki, le Scottish Fold, le Sloughi, le Whippet et le Rajapalayam. Bien que nous avons tendance à penser aux lévriers comme des « sprinters », plusieurs des courses sont en effet « des courses d’endurance» (par exemple pour le Galgo espagnol).

Il existe des documents fossiles de lévriers summériens datant de 7000-6000 avant JC. En d’autres termes, ce groupe a évolué sur plusieurs milliers d’années, en restant proche de son origine. Des études génétiques récentes suggèrent que les lévriers ont des caractéristiques génomiques uniques qui sont différentes de celles des autres races. Toute personne qui a possédé ou travaillé avec des lévriers sait à quel point ils sont différents des autres races de chiens. La plupart des lévriers partagent des caractéristiques biologiques similaires.

On estime à plus de 200.000 lévriers qui vivent comme animaux de compagnie dans les maisons aux États-Unis et au Canada, contre 35.000 qui font des compétitions. Au cours des dernières années, les adoptions privées de Greyhound se situaient entre 15.000 et 18.000 par an. Il y a aussi un effort continu pour les adoptions de Galgos en Europe.

Par conséquent, il est important de reconnaître les particularités physiologiques de cette race. Du point de vue hématologique, ces chiens athlétiques ont une valeur plus élevée de l’hématocrite (HCT), de la concentration en hémoglobine, de la numération des hérythrocytes, et de la viscosité du sang total ; que les autres races. La majorité des galgos sains ont un HTC de 50-63%, chez un chien d’une autre race, un diagnostic présomptif de polyglobulie ou polyglobulie (policitemia ou eritrocitosis) serait diagnostiqué. Les globules blancs (RL), neutrophiles et les plaquettes sont plus faibles chez les lévriers que chez les autres races. La plupart des lévriers sains ont une RL normale 3-5X10 9 / L, avec un faible nombre de neutrophiles d’environ 1,8X109 / L et une numération plaquettaire typique chez un lévrier sain est de 80-120X109 / L. En outre, les éosinophiles des lévriers ne présentent pas ou peu de granules oranges caractéristiques, observées dans toutes les autres races. Leurs granules sont décolorés, ce qui leur donne un aspect de vacuoles cytoplasmiques. Ces « PMN vacuolés avec des noyaux bilobées » peuvent souvent être confondus avec des neutrophiles en bande toxiques.

Les profils biochimiques sériques des lévriers ont également des valeurs qui sont généralement en dehors des plages de référence pour les chiens. Principalement, les taux de créatinine sérique sont élevé (1-2,2 mg / dl), et les concentrations sériques des protéines totales (6,5 g / dl) et des globulines (1,8 à 2,5 g / dL) sont plus bas que dans les autres chiens. La concentration sérique basse des protéines de phase aigue, représente une concentration de globulines inférieure. En fonction de l’instrument utilisé, il peut aussi y avoir d’autres valeurs en dehors de la plage de référence pour les chiens. Nous avons récemment démontré que le calcium sérique (total et ionisé) et le magnésium sont plus faibles que chez les chiens, qui ne sont pas des galgos. Les résultats de l’analyse des gaz du sang artériel ou veineux et cooximetie chez les lévriers donnent également des résultats en dehors de la plage de référence pour les chiens.

Les Lévriers ont aussi des groupes sanguins uniques; entre 50 et 70% des donneurs de sang galgos sont des donneurs universels (négatif pour DEA 1.1, 1.2 et 7), par rapport à <20% pour la plupart des autres races. Lorsqu’on utilise uniquement la carte de typage (Rapid Veth) pour DEA 1.1, 87% des galgos est classé comme un donneur de sang, par rapport à <40% dans les autres races de chiens.

Cela fait des années que les galgos sont connus pour avoir des concentrations plus faibles de thyroxine sérique (T4) que les autres chiens. Dans un premier temps, la faible concentration de T4 a été attribuée à différents  troubles co-existants (stress, l’administration de testostérone, courses, etc). Cependant, les faibles concentrations de T4 sont déjà présentes chez les jeunes galgos qui ne sont pas encore entrainés, et persistent à l’âge adulte, qu’ils courent ou non. La plupart des galgos normaux (> 90%) ont des valeurs de T4 en dessous de la plage de référence de leur race, et sont généralement diagnostiqués « d’hypothyroïdie ». Une proportion variable de galgos (10-30%) ont également des concentrations plus faibles de T4 libre (FT4) que les non galgos. Cependant, tous ces galgos ont des concentrations normales de TSH et sont donc, non hypothyroïdiens. Une étude récente a utilisé la grammagraphie thyroidienne pour démontrer que les galgos avec un  faible taux sérique de T4 sont en fait euthyroidiens.

Du point de vue cardiovasculaire, les galgos sains ont généralement un souffle systolique 1-2 / 6 à la base du côté gauche rayonnant dans l’artère carotide (souffle carotidien). Ce souffle est plus fort quand le chien a un ton sympathique plus fort. Le souffle est dû au fait qu’ils ont un ventricule gauche très grand, nécessaire pour pomper le sang très visqueux lors de l’exercice. Cependant, le diamètre de l’anneau aortique est similaire pour les chiens de taille équivalente, générant ainsi un souffle de sténose aortique fonctionnelle dû à la haute vitesse aortique. Le ventricule gauche plus grand chez les galgos se traduit par un indice cardiaque vertébral (ICV), et un diagnostic erroné de cardiomégalie. Les images et valeurs écho-cardiographiques des galgos et de la plupart des lévriers sont également différents de ceux des autres races, et en se référant aux valeurs « normales » standard, on classifie de manière erroné une grande partie des lévriers comme anormaux (« cardiomyopathie »). Les galgos ont également des concentrations plus élevées de troponine I et proBNP sérique que d’autres chiens, ce que l’on retrouve fréquemment chez des chiens souffrant de miocardiopathie. En conséquence, on estime qu’environ 12000-15000 galgos reçoivent des médicaments cardiaques, dont ils n’ont pas besoin.

Les galgos et autres lévriers (sauf lévriers irlandais) ont aussi une pression artérielle élevée. Dans les années 60, plusieurs institutions de recherche médicale ont pris les galgos comme modèle pour l’hypertension systémique chez les personnes. Un galgo normal peut avoir une pression artérielle systolique> 160 mmHg lorsqu’il arrive dans un hôpital vétérinaire. Les galgos souffrent de «l’effet blouse blanche» sur leur pression. Les galgos normaux ont une pression systolique normale de 160 mmHg dans un hôpital, mais seulement 120 mmHg à la maison, raison pour laquelle l’hypertension est trop diagnostiquée dans cette race.

Toute personne qui utilise des médicaments chez un galgo sait que dans cette race « la vie est comme une boîte de chocolats. » En d’autres termes, que «vous ne savez jamais ce qui va arriver. » Des recherches récentes ont montré que les galgos ne métabolisent pas les médicaments comme les autres chiens. La concentration des enzymes hépatiques du cytochrome P-450 (CYP) est nettement plus faible que dans les autres races, ce qui explique le métabolisme erratique de certains médicaments lorsqu’ils sont utilisés en polymédication. Par exemple, une dose thérapeutique de propofol provoque une anesthésie de quelques minutes chez le galgo ; si le chien reçoit un « CYP de drogue», comme le chloramphénicol, la même dose de propofol se traduira par une anesthésie qui durera plusieurs heures. Dans notre expérience, un bon exemple est l’administration de l’acépromazine. Si un galgo reçoit une dose thérapeutique d’acépromazine (0,05 à 0,1 mg / kg) comme prémédication, la récupération de l’anesthésie peut durer jusqu’à 8 heures. En OSU nous utilisons une dose totale de 0,5 mg pour un galgo de 30 kg. En plus du CYP les galgos ont un taux élevé de filtration glomérulaire (TFG) et un grand volume de distribution, et peuvent avoir des différences dans l’absorption intestinale des médicaments. //

Merci à Angélique pour la traduction.

 

« Les trois phénotypes de base du Mastin espagnol » // Blog Aboriginal Mastin //

  • Article traduit de l’anglais: http://aboriginalmastin.blogspot.fr/2014/07/the-three-basic-phenotypes-of.html

// Depuis ma dernière publication sur mon blog, j’ai passé du temps sur Facebook dans un groupe sur les mastins dont presque tous les membres sont espagnols, j’ai mené l’enquête et appris de nouvelles choses. Mes opinions ont quelque peu changé…

Le Mastin traditionnel (le Mastin espagnol qui n’a pas d’ancêtre parmi les lignées du AEPME ou n’importe quelle autre race canine standardisée), même s’il a une grande variante d’apparences et de corpulences, peut être catégorisé en trois phénotypes basiques: le lupoïde, le molossoïd et le lupo-molossoïde.

  • Le type Lupoïde

Silhouette similaire au loup (lupoïde vient du latin « lupus »: loup). Museau long, peut être grand et élancé, ce phénotype est celui qui a le moins de caractéristiques similaires au Mastiff, et peut être caractérisée par un « stop » quasi inexistant entre le museau et le reste du crâne, et un peau assez moulante. Ressemblances avec le Berger d’Anatolie ou les types de bergers du désert ou des steppes d’Asie Centrale. Connu par beaucoup sur internet sous le nom de « mastín ligero » – ligero faisant référence à sa carrure plus légère en espagnol. Vu que beaucoup d’espagnols sont de fervents chasseurs, beaucoup de chiens de cette catégorie sont croisés avec d’autres races/types dans le but de répondre aux besoins de la chasse aux sangliers ou au cerf – connus sous l’appellation de « mastín rehalero ». Même si je ne pense pas que tous les mastins de type lupoïde (ou « ligero ») en Espagne sont nécessairement des « rehaleros » car le croisement avec des chiens non protecteurs de bétail amènerait plus d’instinct de prédation, ce qui nécessiterait, j’imagine, plusieurs générations de sélection minutieuse si l’on voulait l’éliminer. Or les chiens que vous voyez sur les photos sont clairement adaptés à la protection de troupeaux.

Peut-être que ce type a ses origines dans le sud de l’Espagne, où le climat est plus chaud.

1

2

3

4

  • Le type Molossoïde

Plus « mastiff ». Sur ces images, vous pouvez apprécier le squelette et la structure plus lourds. Ils peuvent avoir un beau fanon (la peau qui pend sous le menton), et même un double fanon sur la gorge. Il est possible que les mastins de type molossoïde ont toujours existé dans la péninsule ibérique, il y a des preuves qui le suggèrent. On peut le comparer aux types plus lourds de chien de montagne, genre « ours », que l’on trouve depuis toujours en Asie Centrale ou dans le Caucase, et j’émets la supposition que ce phénotype peut avoir ses origines dans les régions montagneuses de León et des Asturies, qui sont les plus hautes et les plus froides parties de l’Espagne.

on peut le comparer aux types plus lourds de chien de montagne, genre « ours », que l’on trouve depuis toujours en Asie Centrale ou dans le Caucase.

Le phénotype molossoïde semble être le plus rare parmi les populations de mastins autochtones; toutefois, c’est sur ce type que se base le Mastin Espagnol officiel.

1

2

3

4

  • Le type Lupomolossoïde

L’intermédiaire entre le premier et le second. Généralement plus lourd que le type lupoïde et plus léger que le molossoïde, et il a des caractéristiques des deux. C’est peut-être le plus commun des phénotypes parmi la population de Mastins espagnols traditionnels. //

1

2

3

1952 Plasencia años40 Juaquin Silos

 

 

Les trois maladies méditerranéennes

La leishmaniose en Espagne

LA LEISHMANIOSE

La leishmaniose est une maladie chronique due à un parasite microscopique transmis par la piqûre d’un cousin du moustique appelé le Phlébotome.
Le parasite envahit progressivement les cellules du corps et altère le système immunitaire du sujet malade.
En Europe cette maladie sévit, de mai à septembre voir octobre, principalement dans le bassin méditerranéen. En France, le réchauffement climatique incite le phlébotome à s’aventurer de plus en plus loin : la région Méditerranéenne, la région Sud-Ouest et certains départements de la région Rhône-Alpes sont touchés.
La leishmaniose est une maladie d’évolution lente qui en l’absence de traitement peut être très grave chez le chien et même dans certains cas, mortelle.

LES SYMPTOMES

Le délai d’incubation peut être très long : de 1 à 24 mois !
La leishmaniose peut se présenter sous 3 formes, voici leurs symptômes :
  • Forme cutanée :
– lésions cutanées au niveau de la truffe, des oreilles, des coussinets,
– griffes anormalement longues,
– la peau présente souvent des cellules en grand nombre (dermatite sèche),
– amaigrissement progressif.
  • Forme muquo-cutanée : même symptômes que la forme cutanée ainsi que :
– saignements de nez,
– lésions oculaires.
  • Forme viscérale : souvent une aggravation des formes précédentes, elle est mortelle si non traitée. C’est une forme sévère dans laquelle les parasites ont migré vers les organes (reins, rate, foie…) :
– gonflement des ganglions,
– augmentation des besoins de boire et d’uriner, qui traduit une insuffisance rénale.
Certains sujets peuvent être aussi asymptomatiques, d’autres individus vivant en zone endémique développent une résistance à la maladie et sont porteurs sains, donc non malades.

LE DEPISTAGE ET LES TRAITEMENTS

Le dépistage de cette maladie se fait par des analyses sanguines. Plusieurs examens sanguins peuvent être nécessaires (sérologie, électrophorèses des protéines…) et dans certains cas complexes, des analyses de peau.
Le traitement permet de faire disparaître les symptômes et contrôler la maladie mais ne détruit pas tous les parasites présents dans l’organisme.
Ce traitement palliatif se fait par l’administration quotidienne de comprimés d’Allopurinol. Le dosage dépend du poids de l’animal et de la symptomatologie que présente le chien. Ce traitement est peu coûteux.
D’autres médicaments sont utilisés en espagne : Miltefortant, Leisguard…
Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus le traitement est effectif.
Les animaux traités correctement peuvent vivre heureux de nombreuses années et mourir vieux ! Seuls lors de cas très graves, la leishmaniose a une incidence importante sur la qualité de vie du chien.
Un chien infecté n’est pas un danger pour son entourage humain et canin : il n’y a pas de contagion directe d’animal à animal ou d’animal à homme.

LA PREVENTION

Mieux vaut prévenir que guérir ! Si vous vivez ou passez vos vacances en zone endémique, il est important de protéger votre animal, même s’il est déjà porteur de la leishmaniose.
Sachez que le phlébotome est surtout actif à l’aube, au crépuscule et pendant la nuit dans les régions chaudes en l’absence de vent (et d’autant plus en zone humide). Il faut éviter de sortir l’animal pendant cette période, il doit impérativement dormir à l’intérieur de la maison.
Nous conseillons d’utiliser un collier Scalibor actif contre les tiques et les phlébotomes et/des pipettes d’Advantix. Vous pouvez en plus utiliser des moustiquaires et autres pièges à moustiques. Attention, le collier Scalibor peut provoquer des effets secondaires qui peuvent être dangereux pour le chien. Le collier doit être porté sous surveillance.
Il existe désormais un vaccin préventif commercialisé par les laboratoires Virbac. Le protocole vaccinal est contraignant (3 injections à 1 mois d’intervalle puis 1 fois par an) et assez cher mais il est efficace à 90% !
Un conseil : multipliez les moyens de protection !

ADOPTER UN LEVRIER ATTEINT DE LEISHMANIOSE

Les lévriers atteints de leishmaniose doivent avoir les mêmes chances d’adoption qu’un lévrier non atteint.
Sachez qu’un lévrier testé négatif lors de son sauvetage ne le restera peut-être pas toute sa vie : n’oubliez pas que la durée d’incubation peut être très longue. Que ferez-vous si, une fois dans votre famille, votre lévrier déclare la maladie ?
Si le lévrier est testé positif avant son arrivée en france : ne paniquez pas. Dans la grande majorité des cas, avec une surveillance médicale adéquate et un traitement bien adapté, il pourra vivre tout à fait normalement sans risque pour vous, votre famille et vos animaux. Il est donc recommandé de lui faire une prise de sang annuelle.

L’ EHRLICHIOSE

L’ehrlichiose monocytaire canine est une maladie bactérienne transmise par les tiques. Cette affection n’est présente, en Europe, que dans le bassin méditerranéen.

L’erlichiose en France

Symptômes

Quelques jours après la piqûre de la tique, la maladie entre dans sa phase aiguë : le chien a de la température, il paraît abattu, apathique, ses ganglions grossissent, il peut vomir et même souffrir des douleurs articulaires. Mais attention cette phase peut également être asymptomatique.
Ces symptômes disparaissent assez rapidement et la maladie entre alors dans une phase de latence. L’animal paraît guérit et pourtant le germe est toujours présent.
Certains chiens vont vivre avec cette maladie sans jamais la re-déclarer, d’autres repasseront par des crises aiguës s’ils sont repiqués par une tique contaminante. Mais d’autres chiens développeront une forme chronique très grave au bout de quelques mois, voire quelques années.
Les symptômes de cette forme chronique sont :
  • un amaigrissement,
  • une baises de l’appétit,
  • des saignements (notamment de nez) ,
  • des douleurs articulaires.
Puis la moelle osseuse est atteinte et à ce stade, le traitement est illusoire et le pronostic vital, engagé.

Diagnostic

Les symptômes étant peu ou pas visibles dans la forme aiguë et dans la forme de latence, le diagnostic repose surtout sur l’analyse sanguine de l’animal. Ce mode de dépistage permet également de connaître la forme de cette maladie (aiguë, latente ou chronique).

Traitement et prévention

Cette maladie est tout à fait curable sous sa forme aiguë ou latente grâce à un traitement antibiotique. La prévention reste la meilleure arme contre cette maladie. Il est recommandé d’utiliser, lors de vos déplacements en zone endémique, des traitements anti parasitaires adaptés : pipette ou collier anti-tiques. N’oubliez pas d’inspecter le corps de votre chien régulièrement, surtout après des balades en foret.

LA FILARIOSE

La filariose est une maladie parasitaire causée par la filaire (nématode) et transmise par les moustiques, répandue dans les pays chauds, humides et tempérés. La filaire est un parasite mesurant 20 à 30 cm qui se loge dans le cœur et l’artère pulmonaire et se nourrit de plasma.
Cette maladie n’est pas transmissible directement du chien au chien ou du chien à l’homme.

Symptômes et conséquences

  • le chien se fatigue vite,
  • il bave,
  • il tousse,
  • sa respiration est irrégulière.
Le cœur est surmené, ce qui peut entraîner, si l’animal n’est pas soigné, une hypertrophie de la paroi cardiaque, puis à une insuffisance cardiaque, ainsi que des troubles circulatoires avec ascite, hépatomégalie, œdème pulmonaire, insuffisance rénale et la mort.

Traitement

Le dépistage se fait par analyse de sang. La filariose est une maladie curable grâce à un produit à base d’arsenic qui permet d’éliminer les filaires adultes, et à un traitement pharmaceutique adapté, la maladie est rapidement enrayée et le chien guérit, souvent sans séquelle.

Prévention

Comme pour protéger vos animaux de la leishmaniose, il est conseillé, en zone endémique, d’utiliser des moustiquaires, de ne pas sortir le chien à l’aube ou le soir et d’utiliser des produits anti-moustiques. Il existe dans le commerce des produits microfilaricides sous forme de comprimés à administrer une fois par mois pendant la saison chaude.

Prévention contre les fugues de Lévriers

fug

La Présidente d’un refuge en Espagne est très inquiète vu le nombre de lévriers qui fuient, une fois arrivés en France.

Elle souhaite apporter son témoignage pour vous, adoptants :

– « Nous lisons avec une grande inquiétude comme, un peu trop souvent, les galgos adoptés échappent de leurs maîtres, se mettent en fuite, et les retrouver devient une mission presque impossible.

Dès le sud de l’Espagne, où nous connaissons bien les galgos, et malheureusement aussi leurs terribles vies avant d’être récupérés, nous voudrions lancer un appel aux généreux adoptants qui les prennent en charge :

Il est très difficile de gagner la confiance totale d’un galgo au point d’être certain qu’il va répondre toujours à l’appel. Même quand il semble être très à l’aise, il est aussi câlin, calme, et n’essaie plus de s’en aller, même dans cette situation, il pourra s’échapper. Cela arrive plus souvent avec les galgos craintifs, ce qui fait que les retrouver soit encore plus difficile. En plus, il s’agit d’un chien dressé d’habitude pour chasser les lièvres, et il a cet instinct. C’est presque sûr que, s’il voit un petit animal bouger dans la distance -car ils ont une vue très perçante- il sautera en vitesse pour l’attraper, restant sourd aux appels.

Ces deux aspects, le chasseur et le craintif, font un tout très délicat: il ne faut jamais relâcher l’attention avec un galgo, jamais. Du sud de l’Espagne, nous vous prions d’être très, mais très soucieux, avec vos galgos adoptés. Il est vraiment triste que, après le travail investi pour les récupérer ici – souvent il est impossible d’en prendre beaucoup, parce qu’ils fuient- après le travail des associations en France et dans les autres pays, et avec votre générosité en les adoptant, ils finissent renversés par une voiture, perdus et terrifiés dans un endroit inconnu.

Pour leur bien être, poussez à l’extrême l’attention avec vos galgos! Merci. »

Consignes de sécurité pour votre Lévrier

VOICI QUELQUES CONSEILS DE SÉCURITÉ QU’IL EST NÉCESSAIRE D’APPLIQUER AVEC PRÉCAUTION

Il est très important d’être particulièrement vigilant avec la sécurité de votre lévrier.

 

  • COLLIER, MÉDAILLE, LAISSE, HARNAIS

1Utilisez un collier en cuir spécial lévrier pour l’extérieur, celui-ci doit être bien serré de manière à ce que vous puissiez passer seulement un doigt entre son cou et le collier.

 
2Les colliers « martingales » ne doivent être utilisés que pour rester à la maison, ceux-ci ne sont pas sécurisés pour l’extérieur, au moindre bruit qui pourrait effrayer votre lévrier,  il risque de « tirer au renard » et de se dégager la tête de son collier pour s’échapper.

 
3Même dans la maison, votre lévrier doit toujours porter sa médaille avec votre n° de téléphone.

 

Ne détachez JAMAIS votre lévrier en promenade ou dans des endroits non parfaitement clos.

 

Les laisses à enrouleur sont à proscrire formellement. Si le lévrier se met à courir, il est impossible de le retenir avec ce type de laisse.

 

4

 

6Votre laisse doit être solide avec un gros mousqueton et être tenue la main enfilée dans la dragonne et entourez celle-ci autour du poignet.

 

 

7

 
8Pour un maximum de sécurité, utilisez la double sécurité : un collier bien serré + un harnais spécial lévrier + 2 laisses. Les laisses ne doivent pas être maintenues par une seule main, utiliser une main pour une laisse et entourez la seconde laisse autour de votre taille. Si votre lévrier est craintif, cette méthode est absolument nécessaire.

 

9

Ne laissez JAMAIS à votre enfant la responsabilité de tenir la laisse.

 

  • CLÔTURES

De bonnes clôtures mesurent au minimum 1m50, elles doivent être bien tendues et enterrées dans le sol. Attention au portail qui doit rester bien fermé et à clé!

10

Même dans votre jardin, le lévrier ne reste pas en sécurité, il peut être effrayé par un simple bruit de tondeuse. Le lévrier est capable de sauter une clôture de 2 m pour fuir. Ne le laissez jamais seul et sans surveillance. A son arrivée, faite lui faire le tour du jardin en longe et observez-le si il cherche à s’enfuir.

 

  • MAISON

11Dans la maison, soyez vigilants avec les fenêtres et les portes, ne laissez jamais votre lévrier sans surveillance si vous aérez une pièce. Le lévrier est capable de fuir même par une fenêtre oscillant battant entrouverte.

 

Attention certains lévriers savent ouvrir les portes, il est recommandé de les fermer à clé.

 

  • VOITURE

12

Dans la voiture, veillez à ce que le lévrier soit bien attaché avant d’ouvrir la portière ou le coffre. Une attache-ceinture est un outil très pratique.

 

Une cage de transport est idéale pour vos déplacements, le lévrier s’y sent en sécurité, attention en ouvrant la porte de la cage.

13

 

  • LES LÉVRIERS ET LES CHATS

Des tests aux  chats sont pratiqués dans les refuges espagnols. Cependant, les conditions de stress pour l’animal quittant son box et se retrouvant face aux chats ne prouvent pas à 100% la compatibilité.

Soyez très vigilent lors des premiers contacts avec les chats de la maison surtout au début de la cohabitation.

Ne laissez jamais votre lévrier avec vos chats lors de vos absences, il est vivement recommandé de les séparer.

N’oubliez pas, les lévriers sont des chasseurs entraînés et conditionnés à chasser le lièvre.

14
15

 

Par Perrine // Action Invisible & Christine // Terre des Lévriers

Qui sont les Podencos ?

1

ORIGINES

2

Le Podenco est un lévrier du type africain classé dans le groupe 5 des races canines : chiens de type Primitif, injustement déclassé de la catégorie 10 des lévriers dans la cynophilie française.

Descendant direct du Tesem, canidé sauvage vivant au néolithique dans la savane nord africaine, le Podenco est une des races, si ce n’est la race canine la plus ancienne au monde. Il est représenté sur des tombes de pharaons et des pièces de musée datant de 3400 ans avant JC, mais certaines peintures tribales feraient remonter son origine à 6000 ans avant JC.

Ce lévrier africain fut importé parles Phéniciens dans les Îles Baléares pour donner naissance auPodenco Ibicenco puis à d’autres races : le Podenco Canario, le Podenco Andalou, le Podenco Portugais…

De part son origine ancienne et sa nature rustique et primitive, le Podenco est une véritable passerelle vers la nature sauvage.

 

CARACTERE

3

Comme la plupart des lévriers, le Podenco est un grand chat dans un corps de chien : libre et indépendant, il a la particularité d’être actif et très vivant à l’extérieur, calme et posé à l’intérieur.

A la maison, le Podenco apprécie le confort de son coussin et est friand de longues siestes.

Au jardin ou en promenade, il a besoin d’exprimer ses instincts et son énergie.

Mentalement vif et éveillé, il doit être diverti, stimulé. Le Podenco est très intelligent, il aime réfléchir et observer ses maîtres et son environnement. Les propriétaires de Podencos apprécient son caractère doux et sensible. Il est très fidèle et affectueux vis à vis de son« humain » et particulièrement tendre avec les enfants.Il est cependant méfiant et réservé envers les étrangers.

 

4

Mais il serait une erreur d’oublier que le Podenco est un chasseur redoutable. Rapide et persévérant, on l’utilise en espagne pour la chasse au petit et grand gibier, seul ou en meute, de jour comme de nuit. Déterminé, il peut passer plusieurs heures à attendre patiemment sa proie. Cet instinct inné en fait parfois un animal fugueur, d’autant plus qu’il n’a pas beaucoup de rappel. Bien souvent, il revient vers son maître quand il a fini d’apprécier sa liberté ou quand il a enfin son trophée de chasse qu’il ramène volontiers au pied de son maître comme ferait le chat.

Doté d’une extraordinaire agilité, il est capable de sauter très haut. Le Podenco ne peut donc être lâché que dans des endroits parfaitement clôturés (au moins 1m50). Il est aussi doté d’un odorat et d’une vue aiguisée.

5

Avec ses congénères, comme d’ailleurs avec ses maîtres, il demeure peu bagarreur et préfère s’éloigner plutôt que d’entrer dans un conflit.

 

6
Podencos portugais

Le Podenco communique beaucoup (sans être particulièrement aboyeur) et a conservé un langage sonore et corporel primitif assez particulier. En effet, il est fréquent quele Podenco parle, grogne, mais ce qui peut être perçu comme un signe agressif n’est en fait qu’un appel au jeu ou l’expression de son contentement ! De même lors de séances de jeu intense, son côté « brut de décoffrage » manque souvent de délicatesse.

Une autre qualité du Podenco :tel le Tesem, grand gardien du temple du pharaon, il est très protecteur envers ses maîtres et sa maison.

 

EDUCATION

7
Podencos andalous

Comme la plupart des lévriers, le Podenco s’éduque mais ne se dresse pas : il n’entend rien aux ordres trop stricts, et les « assis-couché-donne la patte » n’ont aucun intérêt pour lui. Un peu comme un chat, il fait ce qu’il lui plaît quand cela lui plaît. Pour autant, son maître ne doit pas lui laisser faire tout ce qu’il désire ! Son éducation est simple : il suffit de poser dès son arrivée les règles de la maison et de ne jamais céder.

Le Podenco peut se révéler très têtu, voire même comédien. Il rusera ou jouera de son charme pour arriver à ses fins. A l’adoptant donc de ne pas céder.

8
Podenco maneto

Le Podenco est un lévrier facile à vivre, même pour des maîtres débutants à partir du moment où ils développent avec lui un rapport de complicité plutôt que de domination. Tout rapport de force physique est à bannir car le Podenco n’entend rien à la violence et se braquera ou fuira si l’on ne respecte pas sa nature sensible. Dans le cas contraire, s’il est confiant et respecté, le Podenco suivra et aimera son maître aveuglément et lui offrira une complicité et une fidélité sans limite.

Le Podenco doit être davantage considéré comme un « pote » que comme un chien docile, soumis et obéissant.

 

9
Podenco ibicenco à poils durs

 

LE CHIOT PODENCO

Malgré sa nature facile à l’âge adulte, le chiot Podenco est un bébé particulièrement dynamique et têtu. La bonne attitude à adopter est « une main de fer dans un gant de velours » mais il demandera beaucoup de patience et des nerfs solides : il est difficile de canaliser son énergie débordante et ce petit pirate peut se révéler très joueur version destructeur.

Le Podenco quitte l’adolescence pourl’âge adulte entre 3 et 5 ans.

 

LES DIFFERENTS PODENCOS

10
Podenco canario

Il existe de nombreuses races de Podencos, de tailles différentes, et de poils différents (poils ras, poils durs…) :

  • Le Podenco Ibicenco que l’on vous a décrit ci-dessus,
  • Le Podenco Canario est beaucoup plus vif et nerveux que son cousin, il convient aux maîtres dynamiques, c’est un Podenco très courageux.
  • Le Podenco Portugais (il en existe 3 tailles différentes) est très rustique et peu exigeant, indépendant et plus réservé, très timide avec les étrangers, il s’attache très fort à son maître,
  • Le Podenco Andalou (il en existe également plusieurs tailles), plus compact physiquement, il est très vivant et toujours vigilant.
  • Le Podenco Maneto est court sur patte. C’est le plus petit des Podencos. Il entre aisément dans les terriers de lapins pour les débusquer pour qu’ensuite les autres Podencos les prennent en chasse.
  • Le Podenco Orito est de couleur chocolat et feu. Sa robe est de plus en plus rare.
  • Le Podenco Campanero a une prédominance blanche avec des poils longs et durs.
11
Podenco campanero

Il convient de rappeler que ce qui est décrit ci-dessus sont des généralités au sujet d’une race composée d’un nombre infini d’INDIVIDUS qui ont leur caractère et leur personnalité propres. Chaque Podenco, chaque lévrier est UNIQUE.

Il est important également de prendreen compte leur passé difficile, les Podencos que nous diffusons etfaisons adopter ont tous connu la maltraitance à des niveaux divers.

12
Podenco orito

Pourquoi Action Invisible ?

Action Invisible est né d’un constat observé lors de mes différents voyages dans les refuges espagnols : grâce à l’efficace travail des associations européennes ainsi qu’aux médias, les Galgos sont de plus en plus rapidement adoptés à l’étranger. A condition bien sûr qu’ils soient de la bonne couleur, qu’ils aient l’âge idéal, que leur santé soit bonne et qu’ils soient de « pure race » …

Mais à leurs côtés, dans ces refuges surpeuplés, les Podencos croupissent par dizaines, par centaines, attendant leur tour. Méconnus des adoptants, boudés par les médias, ces Lévriers primitifs restent bien souvent de longues années au refuge avant de décrocher leur ticket pour la liberté. Le calvaire qu’ils subissent dans leur pays est pourtant tout aussi atroce que celui de leurs cousins Galgos ; et malgré l’injuste mauvaise réputation dont ils sont victimes en France et ailleurs, les Podencos se révèlent des compagnons extraordinaires une fois adoptés.

Les Mâtins espagnols, présents également en grand nombre dans les refuges, sont encore très peu mis en valeur et sont généralement condamnés à perpétuité dans leur geôle.

Action Invisible a été créé pour mettre en lumière ces innombrables Podencos, ces Mâtins géants au cœur tendre, ces Galgos noirs, vieux, handicapés, « leishmaniens » ou croisés, tous ces laissés pour compte boudés par le Bonheur et trahis par la Chance, afin qu’ils puissent eux aussi connaître le privilège mérité de vivre en famille.

Action Invisible n’est pas une association mais un réseau destiné à créer un lien entre refuges espagnols, associations francophones et familles adoptantes.

Contact: perrinemallet46@gmail.com