« Le guide indispensable pour l’adoption et l’éducation d’un galgo » // par Esteve Giralt pour La Vanguardia.es // 1.02.21

« Les chiens de cette race, utilisés pour la chasse et les courses sont très souvent maltraités. Ils ont donc besoin d’une attention toute particulière.

Chaque année, le 1er février est la journée mondiale du galgo. Elle promeut l’adoption de cette race de chien, particulièrement touchée par l’abandon

Le 1er février dernier était célébrée la Journée Mondiale du galgo. Depuis une vingtaine d’années, des entités spéciales ont été créées en Espagne afin de promouvoir l’adoption des gaglos, une race de chiens ayant historiquement souffert de nombreux cas de mauvais traitements. Depuis, les adoptions n’ont cessé d’augmenter, grâce à la sensibilisation et au travail de plusieurs associations, et le galgo est devenu un chien à la mode. Fort heureusement, cela facilite la recherche de familles d’accueil.

Mais certaines personnes envisagent l’adoption d’un galgo sans savoir qu’il s’agit d’un animal avec des nombreuses particularités à prendre en compte. Notamment à cause de leur origine, souvent liée à l’élevage pour la chasse, et à cause de leur passé, avec encore trop de cas de maltraitance et d’abandon d’animaux.

Le travail des organisations qui préparent l’arrivée du chien dans sa nouvelle famille est très important. Des entités comme Galgos 112, SOS Galgos ou ACUNR travaillent depuis plusieurs années à ce que le processus d’adoption se fasse en pleine conscience de la part de la personne désirant accueillir un chien de cette race, en donnant beaucoup d’informations préventives, et en étudiant chaque dossier au cas par cas.

Grâce à une bonne information, des connaissances, une conscience, avec une bonne adaptation de l’animal et de sa famille d’accueil, l’adoption d’un galgo dans un appartement ou une maison est souvent couronnée de succès.

Les galgos passent beaucoup de temps à se reposer et à dormir une fois à l’intérieur de la maison

Que faut-il prendre en compte ? Est-ce différent de l’adoption d’un chien d’une autre race ? Nécessitent-ils beaucoup de soins ? Est-ce un chien qui a besoin de faire beaucoup d’exercice tous les jours car il est très actif ? Le fait d’avoir souffert de mauvais traitement conditionne-t-il son caractère et son attitude sur le long terme? Son adaptation en sera-t-elle plus lente et plus complexe ? Est-il judicieux de l’accueillir dans une région de grand froid l’hiver ?

Il existe de nombreuses questions, parfois dérivées de certains mythes et idées fausses, perpétués depuis longtemps. « Les chiens de type « lévrier » en général, mais surtout les galgos et podencos sont des races très méconnues. S’il est de plus en plus répandu de voir des galgos et des podencos en ville, comme animaux de compagnie, il existe également un certain nombre de légendes autour de cette race à connaître. », explique-t-on depuis Galgos 112.

Outre les doutes initiaux, après les premières semaines, voire les premiers mois d’accueil, d’autres préoccupations peuvent arriver. Nous allons les aborder point par point

1. Cette race de chien a besoin de beaucoup d’exercice et de course ?

Pour sa grande rapidité, le galgo a été utilisé durant des décennies pour la chasse, mais aussi pour la course, avant que cette dernière pratique ne soit interdite dans une majorité de pays. Sa rapidité innée a malheureusement été à l’origine d’abandons et de mauvais traitements, car leur élevage a été encouragé sans modération dans plusieurs régions espagnoles.

Mais même si le galgo est rapide et aime profiter de grands espaces pour courir, se n’est pas pour autant une race de chien très active. « Il y a beaucoup de confusion. On pense souvent que c’est un animal qui a besoin de courir, mais il n’a pas spécialement besoin de beaucoup d’exercice. Ils courent lors des séances de chasse ou de course, mais uniquement car ils n’ont pas le choix. », souligne Alma González Zavala, vice-présidente d’ACUNR (Animales con un nuevo rumbo, animaux avec une nouvelle direction).

 « Le galgo n’a pas besoin de beaucoup d’exercice. Trois promenades de 20 minutes par jour sont suffisantes. Bien qu’ils soient les athlètes du monde canin, les lévriers ne sont pas des chiens très actifs », explique SOS Galgos. L’âge, comme pour la grande majorité des chiens, est un facteur déterminant. Il y a une grande différence entre un jeune animal, jusqu’à deux ans, et un galgo adulte ou plus âgé. Les galgos plus jeunes ont besoin de plus d’exercice et sont plus agités, comme c’est le cas pour les autres races.

2. Ils passent de nombreuses heures à dormir à la maison.

Le galgo est un animal plutôt paresseux une fois à l’intérieur de l’appartement ou de la maison, et s’il se sent bien, il peut passer une grande partie de son temps à dormir ou à se reposer en s’étirant de tout son long. Il peut rester ainsi plusieurs heures la plupart du temps.

« Même s’ils sont de véritables athlètes, ils ne sont en réalité pas hyperactifs. Ils peuvent passer plusieurs heures à se reposer et ils dépensent généralement leur énergie dans de courtes promenades », nous explique-t-on chez Galgos 112, une association œuvrant à la protection et à la sensibilisation. « En général, ils adorent rester allongés à se reposer, et gardent leur énergie pour courir lorsqu’ils en ont envie », ajoute SOS Galgos.

« À la maison, il reste très tranquille, il dort toute la journée et s’active uniquement lorsque nous nous activons nous », expliquent Marta et Pedro, qui ont adoptés un chiot galgo il y a un an et demi. « Il a beaucoup de puissance de course, il est très rapide, mais il a peu d’endurance », ajoutent-ils. Ces chiens peuvent dormir jusqu’à 18h par jour. « La plupart sont heureux de dormir toute la journée jusqu’à ce que vous les sortiez pour une promenade», corrobore l’association SOS Galgos. C’est une race de chien qui s’adapte bien à la vie en appartement, car elle n’a pas besoin de beaucoup d’espace pour vivre, ni une grande maison avec jardin.

3. Que se passe-t-il s’il a souffert d’abandon et de mauvais traitement ?

Beaucoup de galgos recueillis par les refuges et organisations dédiés à l’adoption ont souffert de mauvais traitements et d’abandon. « Un pourcentage très élevé de ces chiens arrivent avec des peurs, ils ont souvent peur des gens, surtout des hommes. », soulève González Zavala (ACUNR).

C’est une circonstance dont il faut avoir conscience lorsque l’on souhaite adopter car c’est un animal qui, dans de nombreux cas, aura besoin de soins particuliers, de plus d’attention et de patience. Il en va de même pour les autres chiens qui arrivent malheureusement, eux aussi, dans les refuges après avoir été maltraités et abandonnés.

L’association d’adoption de chiens et chats ACUNR est une entité créée à Madrid, ayant également une délégation en Catalogne, qui, au travers de son centre d’accueil, et grâce à l’aide des familles d’adoption, cherche un lieu pour les animaux abandonnés. Dans le cas des galgos, si ce sont des animaux qui arrivent traumatisés, l’association leur cherchera un adoptant ayant déjà de l’expérience avec les chiens peureux ou avec des problèmes de comportement. « L’adaptation dépend beaucoup des adoptants et de leur habilité à travailler avec les chiens. Nous essayons donc de nous assurer que ce sont des personnes expérimentées », ajoute González Zavala (ACUNR).

Il est important d’avoir des informations sur le passé du galgo. Les organisations prenant les chiens en charge sont de bonnes sources d’information. « La clé est de savoir d’où vient son galgo, quelle histoire et quelle vie il a eu auparavant, et quel était son comportement face aux gens qui l’ont recueillit. Les associations d’accueil de galgos ont généralement des critères, connaissent des professionnels et des vétérinaires, et savent comment adapter le chien en fonction de l’adoptant », explique Ibáñez, spécialiste de l’éducation et du travail sur le comportement du chien.

Dans ce cas, nous pouvons nous trouver face à un galgo effrayé, fuyant devant tout ce qui lui semblera être une menace et très sensible à tout ce qui se passe autour de lui. « À chaque fois que nous prenions un balai, il avait peur », se souvient la famille adoptive d’un galgo anciennement maltraité. L’animal avait été battu et abandonné.

Mamen Polaino a adopté un galgo il y a quelques mois, elle a donc vécu avec son chien le long processus visant à réduire ses peurs. « Je me souviens de nos premières promenades. Cela nous serrait le cœur à tous les deux. Je le voyais lutter pour surmonter ses peurs (le bruissement des feuilles d’automne le faisait sursauter), il tentait simplement de survivre à un tout nouveau monde dans lequel tout était nouveau, et terrorisant. », se souvient-elle. Dans la plupart des cas, l’évolution est très satisfaisante. « À la maison, sans menace extérieure possible, notre relation devenait de plus en plus fluide, même si cela prenait du temps. Nous avons réussi, chacun à notre manière, à respecter l’espace de l’autre dès le début, sans nous bousculer », ajoute-t-elle. Son galgo, ancien chasseur, avait également été maltraité.

 « C’est une erreur de penser que les galgos sont « bêtes » parce qu’ils ne sont pas très obéissants. C’est un animal très intelligent, mais il recherche ce qui l’intéresse », explique Javier Ibáñez, PDG de Takoda Adiestramiento Natural, en lien avec Galgos 112 à Tarragone. « Nous avons beaucoup travaillé avec les galgos et podencos, ils font partie de notre école », ajoute-t-il.

Dans certains cas graves de mauvais traitements, et si l’attitude très craintive du galgo persiste et le gène dans sa vie quotidienne, il est conseillé de faire appel à un comportementaliste (éthologue) ou à un éducateur canin. Avec quelques exercices de base, les problèmes sont généralement rapidement résolus, ce qui améliore la qualité de vie du chien. Les associations de protection avertissent tout de même sur le fait que tout le monde n’est pas prêt à adopter un chien anciennement maltraité.

4. Tous les galgos sont-ils peureux ?

Le galgo est une race de chien plutôt sociable et affectueuse, qui peut tout à fait vivre avec des enfants. Cependant, chez un grand nombre de chiens maltraités et abandonnés, leur passé difficile pourra modifier leur caractère. Ils auront donc besoin d’une période d’adaptation une fois arrivés dans leur nouveau « chez eux ».

 « Il est certain que beaucoup de galgos arrivent traumatisés par l’abandon, par les mauvais traitements reçus, ou par manque de sociabilisation. Certains sont terrifiés par les humains, ils sont donc plus à l’aise dans un environnement rural où ils prennent confiance petit à petit avec leur famille adoptive, et parfois avec personne d’autre », explique-t-on chez SOS Galgos.  

Une fois la période d’adaptation passée, le galgo est un animal très sociable et affectueux. Llibert Teixido

Il n’en va pas de même dans tous les cas. Les associations ne connaissent pas avec exactitude le passé de chaque galgo. « Certains arrivent plus confiants et mieux sociabilisés que d’autres, ils sont capables de saluer tout le monde, aussi bien leurs congénères que les humains qui les entourent, ils peuvent également déjà être habitués à voyager en voiture ou à se promener en ville. » ajoutent-ils.

Dans les centres d’accueil, avec l’expérience, les bénévoles voient l’évolution de chaque chien et constatent que dans grand nombre de cas, cela est encourageant. Il existe des cas spécifiques très compliqués, avec des animaux extrêmement traumatisés, qui sont très difficiles à approcher ou à soigner lorsqu’ils nécessitent un traitement vétérinaire.

 « C’est un animal qui, une fois entré en relation avec les gens, établit des liens forts. Et pas seulement avec d’autres galgos, comme cela se passe lors de la chasse», explique Gonzalez Zavala.

5. Ce sont des chiens frileux qui ont toujours besoin d’un manteau.

Le galgo est un animal avec très peu de graisse et au poil court, il est donc vrai que ce chien a souvent plus froid que d’autres races. Il est recommandé de lui mettre un manteau pour le protéger du froid et de la pluie. Les galgos ne sont pas faits pour vivre à l’extérieur, dans un jardin par exemple.     

6. Ont-ils toujours besoin d’être en laisse ?

Les spécialistes conseillent une sécurité et un contrôle extrêmes de l’animal lors d’une adoption. « Nous mettons l’accent sur la sécurité car nous avons déjà été confrontés à des adoptants dont le galgo s’est échappé, et il est ensuite très difficile de le retrouver. », souligne-t-on à l’ACUNR. « Il y a généralement beaucoup de galgos qui s’échappent par peur », ajoute González Zavala, son vice-président. 

Il y a tout de même, et heureusement, de nombreuses adoptions de galgos. Les campagnes des associations de protection ont participé à sensibiliser l’opinion depuis près de 20 ans. Mais il y également un effet de mode, car le galgo est un animal très attrayant. « Le galgo est à la mode, certes, mais il faut toujours garder à l’esprit que l’adoption de tout chien doit être liée à son propre mode de vie », insiste l’ACUNR.

Ce ne sont pas des animaux qui aboient fréquemment et ils ne tirent généralement pas sur la laisse, ce qui génère un faux sentiment de sécurité lorsque nous les promenons.

Il y a des colliers spécialement conçus pour les galgos, adaptés à leur morphologie (leur tête fait souvent la même taille que leur cou). Le collier ne doit pas être lâche car ils pourraient alors l’enlever facilement.

Il faut être très prudent lorsqu’on promène un galgo à la campagne, car s’il détecte la piste d’une proie potentielle, comme un lapin par exemple, il pourrait avoir le reflexe de partir à toute vitesse à la poursuite de l’animal. Certains accidents de ce type ont déjà été enregistrés. « C’est un chasseur à l’instinct très fort. », explique Ibáñez (Takoda). Un instinct encore plus développé si le chien a été utilisé pour la chasse avant d’être accueillit dans sa nouvelle famille.

7. Les chiots galgos sont très actifs.

Qu’importe la race, un chiot sera toujours très actif, et il aura besoin d’un temps certain dédié à son éducation et de plus d’adaptation qu’un chien déjà adulte. Dans le cas des galgos, ce sont habituellement des chiens particulièrement turbulents. Lorsqu’ils commencent à être laissés seuls à la maison, ils peuvent ressentir une certaine anxiété due à la séparation, et peuvent faire des dégâts à l’intérieur, ou aboyer de manière répétée.

 « Les quatre premiers mois ont été difficiles. Un chiot demande beaucoup de temps et d’adaptation à sa nouvelle maison et à son nouvel environnement. À un an, il faisait toujours ses besoins à l’intérieur. Nous avons donc demandé de l’aide à un spécialiste », se souviennent Marta et Pedro, adoptants d’un chiot galgo. Dans ce cas, il s’agissait d’un problème d’ennui, alors que ses maîtres pensaient à un problème d’anxiété lié à la séparation. Cela a pu se régler grâce à des jeux et à des distractions qui l’occupaient lorsqu’il devait rester seul dans l’appartement.

C’est un animal qui, lorsqu’il appartenait à une meute de chasse, avait l’habitude d’être en permanence entouré d’autres chiens, ce qui peut finalement accentuer son anxiété ou son ennui lorsque ses maîtres le laissent seul à l’intérieur de l’appartement ou de la maison.

Un conseil qui peut servir pour toutes les adoptions. Il faut avoir beaucoup de patience, et ne pas penser à rendre le chien à la première difficulté, avertissent les associations. « Ça parait évident, mais cela demande beaucoup de patience, et c’est généralement ce qui fait le plus défaut. Les gens veulent adopter un chien en pensant que ce dernier se comportera bien dès les premiers instants. Avec la pandémie, de nombreux chiens ont été adoptés pour résoudre des problèmes personnels et pour tenir compagnie aux humains. Mais le galgo arrive avec ses propres difficultés, ses traumatismes, et c’est à vous de vous adapter au chien et de lui consacrer du temps, chercher ce dont il a besoin. Lors de la première vague de la pandémie, il y a eu une avalanche d’adoptions mais aussi de retours d’adoptions… Selon les adoptants, le chien ne s’adaptait pas. Mais il ne faut pas chercher la solution à ses propres problèmes dans l’adoption d’un galgo », ajoute Ibáñez.


Deux décennies de promotion de l’adoption.

La prise de conscience du problème de l’abandon et de la maltraitance des galgos a commencé dans des villes comme Barcelone à la fin des années 90. Selon les calculs, 50.000 galgos sont abandonnés chaque année en Espagne. Le problème est apparu au grand jour après avoir été occulté pendant plusieurs décennies. Traditionnellement, le galgo était utilisé pour la chasse au lièvre, une activité profondément ancrée dans des régions telles que l’Andalousie, Madrid, l’Estrémadure et Castille. Il y a plus d’un demi-million de galgos enregistrés en Espagne ; dans une région comme Madrid, il y a 80 clubs dédiés à la chasse utilisant le galgo.

La « Fédération Espagnole des Galgos » s’est toujours défendue de « tout cas d’abandon, mauvais traitement ou sacrifice ». SOS Galgos a été créée en 1999, au même moment que la fermeture à Barcelone de l’avant dernier cynodrome de Catalogne. En Angleterre, en France, en Belgique, en Allemagne et même aux Etats-Unis, des galgos sont également recueillis.