« Un an de prison pour avoir maltraité les podencas Raiz et Tierra » // Pilar Munoz pour La Tribuna de Ciudad Real // 9.12.20

Au vu des éléments de preuve présentés par le procureur délégué à l’environnement, ils ont avoué les délits et accepté la condamnation pour deux délits de mauvais traitements.

// Quatre ans et demi après que les popdencas Tierra et Raíz aient été brutalement maltraitées et abandonnées, sur le banc des accusés les deux auteurs présumés qui ont fini par admettre les crimes dont ils étaient accusés par le ministère public et ont accepté la peine d’un an d’emprisonnement, six mois pour chacun des deux délits de maltraitance animale prévus à l’article 337 du Code pénal.

Comme La Tribuna l’a appris, l’acte d’accusation et les éléments de preuve présentés par le Procureur pour l’environnement, Arancha Vinuesa, ont permis aux accusés de reconnaître expressément l’infraction. Ainsi, un accord de conformité a été conclu et la condamnation a été prononcée pour les délits formulés par le procureur. Outre la peine d’emprisonnement, ils sont expressément interdits d’exercer une profession ou un métier en rapport avec les animaux et de les détenir pendant quatre ans. Ils doivent également payer à la Protectrice des animaux les frais occasionnés par la récupération totale des podencas en raison de leur état d’abandon.

Le cas de la Terre et de la Racine est l’un des cas les plus sanglants de maltraitance animale dans la province.//

Lien de l’article original en espagnol ICI.