« Les conséquences de la pandémie font monter en flèche le nombre moyen d’animaux abandonnés à Telde » // Iles Canaries // Canarias7.es // 1.8.20

Lien vers l’article original ICI // Enlace del articulo original AQUI

Parmi les animaux les plus abandonnés, on retrouve les races de chiens PPP. /

« De 9 ou 10 par semaine dans les périodes les plus difficiles, la moyenne de chiens abandonnés est maintenant passée à 15 depuis la pandémie. Les raisons : la crise économique et les portées non désirées.

La municipalité de Telde (Canaries) a informé hier de l’augmentation «alarmante» du nombre d’animaux abandonnés, en particulier de chiens, depuis que les phases de déconfinement ont commencé après le confinement décrété pour éviter les contaminations suite au Covid-19. Auri Saavedra, la conseillère en charge de la Protection animale, rapporte que la moyenne actuelle se situe à 15 abandons par semaine, alors qu’avant la pandémie, et seulement dans les phases les plus difficiles, elle atteignait 9 ou 10. Dans 95% des cas, les chiens n’ont pas de puce électronique. Ils ne sont pas identifiés. L’année dernière, 350 chiens ont été abandonnés à Telde. Si cette moyenne haussière se maintient, elle dépassera les 500 en 2020.

Photo d’une portée de chiots sauvée il y a quelques jours. /

L’administration municipale reconnaît qu’elle est dépassée et que le petit refuge municipal déborde en à peine deux jours. Il possède six cages individuelles, une réservée aux chiots et une autre pour les chats. Et il se remplit plus d’une fois sur la semaine en ce moment. C’est pourquoi Saavedra a tenu hier à lancer un appel aux citoyens et leur a rappelé que «l’abandon est une autre forme de maltraitance et qu’il s’agit d’une infraction prévue par le Code pénal, passible d’un à six mois de prison ou d’une sanction financière».

La conseillère précise qu’elle a consulté les services de protection d’autres communes et que ce schéma se répète, c’est-à-dire que cette tendance haussière dans les chiffres d’abandon n’est pas propre à Telde. Selon elle, deux facteurs ont contribué principalement à cette augmentation : la crise économique résultant de l’impact de la pandémie et les portées non désirées. Les services de protection sont déjà intervenus pour sauver des chiots jetés dans des conteneurs à déchets.


Elle explique que des familles ou des propriétaires justifient l’abandon par le fait qu’ils ont dû quitter leur logement parce qu’ils ne peuvent plus payer le loyer ou qu’ils se retrouvent sans travail et choisissent alors de se débarrasser de leur chien. Parmi les chiens abandonnés, il y a des chiens âgés ou malades. Certains d’entre eux, plus de 10, ont été recueillis par la conseillère municipale dans sa propre maison. Beaucoup de ces chiens abandonnés sont de race PPP, des races potentiellement dangereuses. «Lorsqu’ils sont petits, ils les gardent à la maison, mais dès qu’ils grandissent, comme beaucoup sont croisés, ils sont de grande taille et ils préfèrent alors s’en débarrasser », se plaint la conseillère.

Pour l’instant, la municipalité arrive à gérer la situation grâce aux refuges, qui les mettent alors à l’adoption. Mais ils ne peuvent pas toujours les récupérer par manque de place et Telde fait alors appel au refuge insulaire de Bañaderos.//