« La « finca des horreurs » en Murcie : un des pires cas de maltraitance animale » // Cuatro.com // 12.12.18

 » Equalia dénonce un cas extrême de maltraitance animale sur une exploitation agricole près de Javalí Nuevo (Murcie), dans laquelle se trouvent de nombreux animaux déshydratés, sans eau potable, obligés de se nourrir des restes de leurs congénères décédés. Selon l’organisation, l’Administration de la Région de Murcie était au courant de cette situation, mais n’a rien fait pour y remédier. « 

Voir la vidéo en cliquant sur le lien de l’article original, en espagnol ICI.


Traduction du commentaire accompagnant le reportage vidéo :

« Chez Equalia, nous avons souhaité mener l’enquête pour comprendre comment le meilleur ami de l’homme pouvait être maltraité jusqu’à la mort, en toute impunité. Lors de notre enquête, nous avons été confronté à des chiens livrés à leur propre sort, survivant au milieu de leurs déjections, enfermés ou attachés continuellement. Beaucoup d’entre eux finissent errants dans les rues, perdus et complètement désorientés, livrés à eux mêmes, courant le risque de se faire écraser par les voitures. Ce fut le cas de ce chien, qui se trouve maintenant en état de décomposition sur le bord de la route, sans que personne ne s’arrête pour ramasser son corps. Mais entre tous ces exemples, la plus grande preuve de cruauté et d’impunité que nous avons relevé concerne la « finca » de Javalí Nuevo (région de Murcie).

C’est ici que nous avons trouvé une parcelle sur laquelle vivaient de nombreux chiens dans d’horribles conditions. Le propriétaire entasse ces chiens dans la saleté et la misère. Des cadavres en décomposition jonchent le sol. Nous avons vu un chien n’ayant pas d’autre choix que de se nourrir du cadavre d’un de ces congénères. Les carcasses d’animaux sont incinérées sur cette même parcelle, à l’air libre. Cela va à l’encontre des normes d’hygiène imposées par l’Ordonnance de protection animale de la région de Murcie. Les restes de ces animaux morts sont dispersés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’exploitation. En juin 2018, cette situation à été signalée dans les médias, et le cas fut dénoncé et sanctionné.

Pourtant, les chiens continuent de s’entasser sur cette parcelle sans que rien ne soit fait. Nous avons pu filmer cette séquence où un chien malade, sans eau ni nourriture, agonisait à même le sol sous 48°C. Ce chien est resté ainsi vingt jours. Il y a quelques semaines, nous avons également filmé ce chien enfermé dans une cage à oiseaux. C’est donc de cette manière que nous traitons notre meilleur ami. Nous avons dénoncé le cas, en demandant le retrait de l’habilitation permettant la détention d’animaux aux propriétaires de l’exploitation. 


Nous avons besoin de votre aide pour que les injustices comme celle-ci soient dévoilées au grand jour.  Soutenez notre travail : equaliaong.org/perros-murcia « 

Publicités