« La mairie de Pampelune ouvre la porte à l’éventuelle suppression des corridas de la Saint Firmin »

// Asiron (EH Bildu) prend le parti d’ouvrir le débat sur la suppression de la corrida même s’il n’envisage pas de remettre en question les lâchers de taureaux dans les rues qui constituent « l’identité même des fêtes de Saint Firmin ».

1.jpg

A un peu plus de deux semaines du « chupinazo » qui marque le début des fêtes de Saint Firmin, le maire de Pampelune Joseba Asiron (EH Bildu) a ouvert la porte à l’éventuelle suppression des corridas. Le conseiller municipal »abertzale » (parti politique de gauche .N .d.t) défend l’idée que les fêtes « sans taureaux » n’ont aucun sens, mais en revanche il désirerait dans l’avenir centrer les festivités sur le seul évènement des lâchers de taureaux. Dans ce but il est prêt à ouvrir un débat de société sur la suppression des corridas qui se déroulent normalement tous les après-midi lors des fêtes.

Suite à l’interview accordée par le maire à l’hebdomadaire de Valence « El Temps » dans laquelle il envisageait l’abolition des corridas, celui-ci a été obligé d’assurer catégoriquement qu’il n’y aurait pas de changement à court terme.

Joseba Asiron qualifie le lâcher de taureaux « d’activité culturelle » mais tient à ouvrir le débat sur la suppression des corridas.

Si le groupe EH Bildu gagne les prochaines élections municipales le maire ouvrira le débat pour l’éventuelle abolition des corridas qui attirent un nombreux public tous les après-midi.

Selon le maire le débat doit être ouvert car cette activité culturelle suscite de nombreuses controverses.

En cela Asiron, qui est un assidu des corridas lors de la Saint Firmin, va à l’encontre du courant de pensée dominant de son parti EH Bildu dans lequel de nombreuses voix réfutent un quelconque caractère culturel aux évènements taurins et réclament leurs disparitions pure et simple compte tenu de la maltraitance animale qu’ils engendrent.

En tous les cas beaucoup de maires « abertzales » continuent à maintenir encore aujourd’hui les événements taurins dans le programme de leurs fêtes .

Podemos et Izquierda Ezquerra, deux de ses alliés au pouvoir trouvent insuffisant l’abolition des corridas et exigent purement et simplement la suppression des lâchers de taureaux.

D’ailleurs à la suite du sabotage du 7 juin contre les « Corrales del Gas » ou plusieurs inconnus ont brûlé un appareil de levage et ont tentés de mettre le feu à une clôture érigée en cet endroit, les deux formations Podemos et Izquierda Ezquerra se sont refusées à faire montre de solidarité aux fêtes de San Firmin: « Nous voulons que Pampelune ne soit pas la ville des lâchers de taureaux mais plutôt la ville engagée contre le machisme» a déclaré l’édile de Igualdad Lauro Berro (Podemos).

2.jpg

Le maire, à la suite du sabotage qui a été revendiqué par l’autoproclamé Front de Libération Animale qui a justifié son action par le fait que les Corrales del Gas se transforment en couloir de la mort pour les taureaux et que la clôture devient une cage, a saisi l’occasion pour appeler tous les groupes politiques, y compris l’Union du Peuple Navarrais(UPN), à ouvrir ce débat de société.

Les manifestations hostiles aux fêtes taurines sont habituelles dans la capitale de la Navarre juste avant les fêtes de la Saint Firmin; une manifestation récente a ainsi réunie des activistes à demi nus sur la place de la mairie afin d’exiger des fêtes sans sang. Asiron rappelle que le débat sur la question de l’interdiction des corridas est « dans la rue » et qu’il est bon d’en parler tous ensemble dans un contexte consensuel. //

Publicités