« L’abandon des chiens et des chats de nouveau en hausse en Espagne. » // Publico.es // 21.06.18

// Après une saison à la baisse, le nombre d’animaux recueillis par les associations a légèrement augmenté au cours des trois dernières années, selon le dernier rapport de la Fondation Affinity.

aaa.jpg
Deux chiens abandonnés sur la route

Public

Ce sont au total 104 834 chiens et 33 473 chats qui ont été recueillis par des associations de protection animale espagnoles l’année passée, selon la dernière étude menée par la Fondation Affinity sur l’abandon des animaux. Bien que les chiffres soient très similaires à ceux de l’année précédente (104 447 chiens et 33 335 chats) et ceux de 2015 (104 501 chiens et 33 330 chats), on observe une stagnation dans le nombre d’animaux de compagnie qui arrivent aux refuges.

“La tendance des abandons était à la baisse pendant plusieurs années, mais ce n’est plus le cas depuis les trois dernières années, et cela doit nous alerter », signale Isabel Buil, directrice de la Fondation Affinity, qui réalise depuis plus de 20 ans l’étude annuelle sur les chiffres de l’abandon.

Le rapport indique que l’abandon continue d’affecter particulièrement les animaux de compagnie. Sur la totalité des animaux recueillis en refuge sur l’année 2017, seulement 43,5% ont été adoptés par une nouvelle famille, soit moins de la moitié. 17% de ces animaux étaient perdus et ont pu être remis à leurs propriétaires grâce aux informations de leurs micro-puces, quand 16% d’entre eux sont toujours au refuge et 3% en familles d’accueil. 7,5% ont été sacrifié pour raisons médicales et 2% euthanasiés.

En comparaison des années précédentes, la tendance du taux d’adoption des chiens (44,7%) comme des chats (40,5%) reste stable, avec des niveaux similaires année après année. Les membres de la fondation Affinity rappellent que l’identification des animaux reste cruciale lorsqu’il s’agit de retrouver les propriétaires des animaux s’étant perdus.

“La majorité des animaux qui arrivent en refuge n’ont pas de micro-puce, et de ce fait, ceux qui se sont perdus ne pourront jamais être rendus à leurs propriétaires. Cela pourrait changer grâce à une prise de conscience », affirme Isabel Buil.

En 2017, seulement 33% des chiens et 3,7% des chats qui sont arrivés en refuge étaient bien équipés d’une micro-puce.

Sur tous les animaux qui se trouvent en refuge, seulement 9% y sont déposés par les personnes qui les abandonnent. Les autres ont été trouvés par les personnes du refuge, par un particulier ou encore par la police.

Des chiens adultes et sans pédigrée.

L’abandon touche les chiens et les chats de tous types, sans distinction d’âge ou de race. 80% des animaux de compagnie abandonnés en 2017 étaient des croisés, et la majorité d’entre eux sont arrivés adultes, même si des séniors et des chiots arrivent également.

L’étude montre aussi une diminution du temps de présence en refuge pour les chiots et les chatons en refuge. Les chiots mettront 3 mois à être adoptés, alors qu’un adulte attendra 9 mois. En ce qui concerne les chatons, ils resteront également 3 mois en refuge, contre 7 mois pour les adultes.

Cette année encore, l’étude dément la croyance qui veut que les abandons aient plus lieu l’été. Le niveau d’accueil des chiens en refuge est stable tout au long de l’année, et celui des chats augmente au second trimestre, en raison du cycle naturel de reproduction des chats, entre mai et septembre.

Quant aux raisons qui motivent l’abandon, les portées non désirées arrivent en premier (15,5%), suivi par la fin de la période de chasse (12%) et le facteur économique (12%). Le départ en vacances des propriétaires représente 1,3% des causes d’abandon.

“Les portées non désirées sont le premier facteur d’abandon, c’est pour cela que nous recommandons vivement la stérilisation afin d’éviter à des milliers d’animaux de se retrouver chaque année en refuge. Nous pensons donc que la stérilisation est un réel acte de responsabilité. » ajoute Isabel Buil.

En ce qui concerne les motifs d’adoption d’un animal de compagnie, la majeure partie des personnes qui franchissent le pas le font car ils ont été sensibilisés à la problématique de l’abandon (40%), car ils collaborent avec une association (20%) ou encore sur les recommandations d’amis ou de connaissances (15%). //

Publicités