« Onze personnes emprisonnées pour braconnage avec des galgos » // Castille-Et-Leon // Cadena Ser // 08.11.2017

// La Guardia Civil prolonge l’Opération Tenazón, arrête sept braconniers de plus et récupère plusieurs chiens//

1510171190_419743_1510171286_noticia_normal.jpg
La Guardia Civil poursuit sa lutte contre le braconnage et contre le vol de galgos / Guardia Civil

// La Guardia Civil a arrêté en moins d’un mois, grâce à la collaboration citoyenne, un total de onze personnes pour des faits de braconnage avec des galgos.  Ils ont en outre récupéré treize lévriers.

Le dernier épisode de la prolongation de l’opération nommée Tenazon a eu lieu les 6 et 7 novembre.  La Centrale Opérationnelle Complexe de la Guardia Civil d’Avila a eu connaissance, grâce à la collaboration de la population, que des actes de braconnage étaient exercés sur des terrains de réserve de chasse de la localité de Palacio de Gida et à proximité de l’ancienne décharge de Cabezas del Pozo.

1510171190_419743_1510171479_sumario_normal
Quelques uns des galgas récupérés par la Guardia Civil / Guardia Civil

Après avoir mis en marche le dispositif, secondé par le SEPRONA et l’Unité d’Hélicoptères, plusieurs braconniers ont été localisés: le lundi, ils ont trouvé un total de quatre galgos et le mardi un autre groupe qui était en train de chasser à la main à l’intérieur des terres avec trois autres galgos.

Ces individus possédaient de nombreux antécédents policiers en matière de chasse.
Selon leur déclaration, la Guardia Civil d’Avila a initié des démarches policières en arrêtant au total sept personnes pour des délits présumés contre la faune et la flore, après avoir braconné avec des lévriers, sur des terrains réservés desquels ils ne sont pas propriétaires et lors d’un jour non ouvrable.

En ce qui concerne les galgos, les lectures des micropuces ont révélé des irrégularités et des indices suffisants pour soupçonner qu’un des animaux utilisés pour commettre le délit pourrait avoir été préalablement volé. De plus, la plupart ne possédait par d’identification par puce, ni de carnet de santé. Ils ont été placés à la disposition de la justice dans une dépendance de la Fédération de Castilla- et-Léon d’Avila.

La Guardia Civil rappelle que le braconnage occasionne de graves dégâts sur la biodiversité, en particulier concernant la reproduction du lièvre. //

Publicités