« Indignation à Calafell pour les perreras illégales avec des cadavres de chien parmi les animaux en surnombre » // Diari de Tarragona // Juin 2017

// Le Conseil municipal assure qu’il fermera les perreras et punira les responsables. Des réunions d’urgence sont prévues aujourd’hui.

aaa.jpeg

Des chiens enfermés dans des cages et certains déjà morts dans les enceintes des perreras situées à Calafell. Les images prises par un habitant de Calafell dans les zones de montagne de la localité provoquent l’indignation dans la localité.

Le Conseil Municipal assure qu’il examinera toutes les installations qu’il déclare illégales et qu’il a déjà entamé le processus pour les fermer et les démanteler.

Selon des sources municipales, il pourrait y avoir jusqu’à 10 sites avec des chenils dans lesquels on garde des chiens sans aucun type de soins et où les conditions minimales ne sont pas respectées.

Un groupe d’habitants a lancé une pétition sur le réseau collaboratif change.org pour réclamer la démolition de ces installations et sauver ces animaux. (Lien de la pétition: https://www.change.org/p/ajuntament-de-calafell-ajuntament-de-calafell-cierren-las-perreras )

Dans les images filmées par cet habitant dans les zones de montagne de Calafell, on peut remarquer la surpopulation et quelques animaux morts, en plus de la saleté qui s’accumule. Il affirme aussi que les cages ne répondent pas aux conditions minimales de bien-être.

Les interventions de la police Catalane et du Seprona de la Guardia Civil sont attendues aujourd’hui pour revoir les installations et commencer les actions administratives nécessaires.

On recherche également le propriétaire de ces cages. On pense qu’il y en a une dizaine de perreras dans la zone de montagne. Le conseiller municipal Miguel Angel Perin explique que ces chenils ne répondent pas aux normes environnementales, de salubrité et d’urbanisme. Il note aussi qu’ils causent des nuisances pour les habitants par les aboiements la nuit ainsi que l’absence de licences nécessaires pour ces activités.

Miguel Angel Perin assure que le processus pour le démantèlement devrait débuter la semaine prochaine. //

 

Publicités