« Enquête sur le vol de quatre chiens du refuge de Torredembarra pour des combats de chiens illégaux » // Diari de Tarragona // Juin 2017

// La propriété dispose de caméras de surveillance à l’entrée mais qui ne couvrent pas la zone de l’enceinte clôturée par laquelle ils se sont introduits.

imagen_torredembarra-gossos_crop1498675876569.jpg_525981578

La disparition de quatre chiens adultes de la Protectora (refuge) de Torredemberra début de ce mois a mis en alerte les différents corps de police sur le fait que le vol de ces animaux l’a peut-être été à des fins illégales comme les combats de chien.

L’enquête est ouverte et depuis le dépôt de plainte, il n’y a pas plus de nouvelles que les faits constatés : les dégâts matériels à la propriété pour y pénétrer et la disparition de quatre grands chiens déparasités, mais dépourvus de puce. Cette dernière étape (puce) a lieu lorsque l’adoption est confirmée.

Le vol a eu lieu le 4 juin dernier dans les installations de la Protectora, située au nord de Torredembarra, de l’autre côté de l’autoroute. Les auteurs ont coupé une clôture d’enceinte de la propriété, dans la partie postérieure de l’entrée principale, et ont pu accéder en milieu d’après-midi. En fait, c’est la Police Locale de Torredembarra qui a averti le responsable de la protectora, Josep M. Crespo, de ce qu’ils avaient constaté. Dans le compte-rendu des faits, Crespo mentionne la disparition de quatre chiens de grande taille qui étaient en cours d’adoption. Le responsable de la protectora ne peut préciser leurs races car il s’agit de chiens croisés et qui ont été abandonné par leurs maîtres.

En dehors du fait de vérifier si quelque chose d’autre manquait, les agents locaux ont aussi visualisé les images du jour avec le propriétaire. Mais les caméras se concentrent seulement sur l’entrée principale et couvrent une partie de l’entrée principale et une partie de la clôture d’enceinte. La visualisation des dernières heures n’a rien donné.

Josep Maria Crespo a l’intention d’acheter pour le futur plus de caméras de sécurité et de pouvoir ainsi couvrir l’ensemble des installations pour éviter un nouveau vol de ce type.

Après le dépôt de plainte au commissariat de la Police Locale, l’aide de la police scientifique a été demandée pour essayer de trouver des indices sur les auteurs.

La taille des chiens et l’absence de puce permettant de les identifier sont autant d’indices laissant à penser que les chiens ont pu être volés à des fins illégales comme les combats. L’enquête, tant au niveau policier qu’au niveau de l’unité scientifique, reste ouverte mais sans résultats.//


Tout ça n’est pas sans rappeler un fait divers qui s’est passé hier à Almeria :

Un chien volé à la Perrera d’Almeria qui a été retrouvé en très mauvais état, avec de nombreuses blessures sur la tête et avec toutes les dents du haut manquantes …

On peut facilement s’imaginer que ce chien a été utilisé comme sparring partner pour entraîner les chiens pour les combats illégaux de chiens.

Sans dents, pas moyen de se défendre …

Comme le disait une animaliste espagnole pour commenter ce fait :

« Si les municipalités se souciaient plus des animaux, si elles contrôlaient et exigeaient des adoptions responsables, il y aurait beaucoup moins d’abandons, sans abandons pas de perreras, sans perreras pas de vols et sans vols pas de combats de chiens … »

 

Publicités