« Plaintes pour maltraitance sur 164 chiens dans 11 endroits de La Victoria » // Tenerife – Caranies // El Dia // 07/04/2016

1460005932625g

// La plateforme contre la Maltraitance Animale (PMA) est intervenue hier midi en annonçant un total de 11 plaintes contre les propriétaires de 164 chiens vivants apparemment dans des conditions sanitaires et d’hygiène déplorables et ce, en différents endroits de la Municipalité de La Victoria.

Ces cas ont été rapportés auprès de la Garde Civile et de la Mairie du nord de l’île.

La représentante de la Plateforme, Yahaira Thovar, était la responsable hier de l’introduction des plaintes pour maltraitance de chiens, pour la plupart des PODENCOS.

Au début du mois passé, cette association a fait connaître les faits aux autorités municipales: des cas isolés de maltraitance avérée tantôt sous un pont de l’Autoroute Nord, ainsi que dans la ville même  de La Victoria.

Selon la Plateforme, une avocate du Conseil de la Région aurait réalisé un écrit informatif ayant été transmis à la Police Locale. Celle-ci n’a donné aucune suite à cette plainte.

Dans une des plaintes, la PMA assure que 14 PODENCOS étaient sans eau, sans nourriture, attachés dehors, sans abri, souillés, malades et effrayés.

La même association a demandé aux autorités locales que des sanctions soient prises contre les propriétaires de ces chiens et que les animaux soient saisis.

Selon Yahaira Thovar, les ordonnances municipales, en théorie, sont «  valides et bonnes », mais non mises en application. Certaines lois prévoient que les chiens ne peuvent pas être attachés plus de 24 heures sans eau, sans nourriture, ou encore attachés par des liens trop courts au niveau du cou, dont la longueur est inférieure à 3 fois celle de leur corps .

L’objectif du PMA serait que l’Administration Municipale se mette à jour et reconnaisse les mauvaises conditions de vie de ces chiens, sans vaccination ni identification, sans contrôles sanitaires ou d’hygiène. Selon l’avis de Thovar Mediàn « si nous n’intervenons pas, les chiens risquent de disparaître des lieux où nous les avons localisés », nous obligeant à faire un travail de terrain afin de détecter d’autres irrégularités.

Yahaira Thovar prétend que depuis que la Plateforme contre la Maltraitance Animale (PMA) et d’autres associations de défense animale existent, des accords de collaborations existent à cette heure, afin de trouver un refuge adéquat pour ce si grand nombre d’animaux délaissés. Cette représentante de la PMA indique que eux seuls décident dans quel état sont les animaux, et où ils iront.

Dans les plaintes déposées d’abord à l’Institut Armado, les représentants du collectif inclueront la localisation exacte des chiens maltraités.

Soi-disant, les chiens sont libres dans la montagne, mais néanmoins limités dans leur périmètre par des clôtures illicites, sans arrêt condamnées par le Milieu Ambiant. En ce moment, le travail d’une activiste de la Plateforme contre la Maltraitance Animale a permis qu’un total de 10 chiens vivants dans d’épouvantables conditions soient transférés vers le refuge de TIERRAS BLANCAS, situé au sud de Fasnia.

D’après EL DIA, on attend de connaître la décision prise hier par le maire de La Victoria, Haroldo Martin, concernant l’inaction de la municipalité suite aux différentes plaintes. Nous restons à ce jour sans aucune décision, ni déclaration. //

 

Publicités