« Le Galgo dans l’histoire de l’Art – Ce que signifie d’être né galgo » // par Barbara Vidal // Yo Galgo

a.jpeg

// Les lévriers n’ont pas toujours été considérés de la même manière au cours de l’histoire. Ici, quelques exemples.

Totale incertitude, à propos de tout ce qui est à venir, voici ce qui signifie naître galgo. La survie des lévriers espagnols dépend de beaucoup de choses, qui sont ses parents, ont-ils gagné quelque chose? Les premières semaines sont décisives pour décider du destin de chaque galgo. J’ai entendu beaucoup de choses à propos de galgos qui n’étaient  plus convoités, abandonnés : pour des raisons aussi simples que d’aboyer beaucoup, une queue trop courte, le chien a cessé de courir suite à une blessure, ou parce que l’éleveur a de nouveaux chiots qu’il souhaite essayer . Je suppose que la question la plus importante qu’un chasseur se pose pour l’avenir de ces chiens est : Pourquoi resterais-je avec vous?

Pourquoi te garderais-je?

Lorsque j’ai pris cette photo de Tzatziki, notre petite galga, la première chose qui me vint fut qu’elle ressemblait à un point d’interrogation. Oui, je pourrais passer beaucoup de temps avec les chiens, mais pour moi, après l’avoir trouvée à la poubelle, jetée par un chasseur, la photo fut la chance, la fortune et la résolution de la vie incertaine de cette jeune galga. Maintenant, elle fait partie du clan, elle est de la famille.

En observant comment le galgo a joué son rôle dans l’histoire de l’art, Barbara Vidal, après avoir exploré la représentation du galgo dans Don Quichotte de La Mancha, nous dépeint une image très différente des lévriers d’aujourd’hui. Ses mots et sa vision ne sont que de petites perles dans une mer de connaissance. Appréciez-les..

Le Galgo dans l’Art, plus de 5.000 ans comme symbole d’élégance

En pierre, en bronze, en devises, en huile sur toile et en bois, impression numérique … Selon Gary Tinterow, conservateur d’art contemporain au Met / Metropolitan Museum of Art à New York: « LE GALGO EST LA SEULE RACE DE CHIENS INVARIABLEMENT PRÉSENTE DANS L’HISTOIRE DE L’ART DEPUIS PLUS DE 5000 ANS ».

À propos des galgos, nous savons que c’est l’une des races de chiens les plus anciennes connues de l’homme et la première à être domestiquée par nous. Leur popularité chez les humains ne vient pas seulement du fait d’être des armes de chasse infaillibles (avec cette colonne vertébrale ultra-flexible et les poumons et le cœur plus grands que la normale, leur permettant de courir à 70 km / h), mais aussi pour leur physionomie particulière et ce corps harmonieux qui furent bientôt associés à l’élégance … ils devinrent les modèles favoris des peintres et artistes de tous âges.

Il y a des galgos (ou leurs ancêtres) sur les murs des fantastiques grottes de Tassili n’Ajjer, actuellement le Sahara algérien, Site du Patrimoine Mondial depuis 1982. Dans ces grottes, il y a plus de 15 000 exemples de peintures et de roches sculptées du Paléolithique Supérieur et de l’âge Néolithique, ils nous donnent une véritable réflexion et une perspective sur l’évolution de la faune et les coutumes humaines dans cette région depuis plus de 8 000 ans.

b.jpegDans ces peintures ajoutées au motif le plus répandu représenté sur les murs, une espèce d’antilope déjà éteinte, apparaissent des éléphants, des hippopotames et des girafes datant de près de 10 000 ans. Dans une deuxième étape des peintures, il y a environ 5 000 ans, les scènes de la vie pastorale et les espèces bovines sont représentées abondamment et ici, nous trouvons notre galgo. Dans la scène, plusieurs galgos entourent un homme, arc et flèches en mains, poursuivant ce qui semble être des chèvres.

Pour l’Egypte Ancienne (une civilisation qui selon certaines croyances, aurait émergé vers 3100 av. J.-C.), les chiens et en particulier le galgo ainsi que les autres lévriers étaient bien plus que des animaux sauvages et des chasseurs. Pour eux, le galgo représente le dieu Seth et son fils, le dieu Anubis en forme de chien sombre (une pièce maîtresse dans la religion du peuple) était aussi lézard. Anubis est représenté comme un grand canidé noir (probablement un chacal) posé sur son ventre. Il était chargé d’assurer une bonne transition vers le monde des morts.

Les tombeaux égyptiens des grands pharaons sont pleins de gravures de galgos, fidèles compagnons de leurs maîtres qui les ont suivis jusque dans la mort. Les chiens sont principalement représentés aux pieds de leur maître ou dans des scènes de chasse et de guerre sous sa voiture ou son trône, attachés ou en laisse. Ils étaient membres de la famille et un signe de fierté parmi les nobles de l’époque, en concurrence les uns avec les autres pour la possession des plus beaux galgos.

Dans la mythologie grecque , la déesse Artemis, Maîtresse des animaux, l’une des divinités les plus anciennes et les plus vénérées, est souvent représentée comme une chasseuse portant un arc et des flèches et accompagnée d’un lévrier. Cette image fut plus tard adoptée dans l’Empire Romain pour Diana, déesse vierge de la chasse apparaissant toujours avec plusieurs lévriers et des cerfs, un arc en main. La mythologie gréco-romaine est riche en scènes de chasse et épisodes, activité nécessaire pour la vie de l’homme dans laquelle son intelligence et ses qualités physiques étaient testées, mais aussi son pouvoir et son prestige. Là, le galgo remplit son rôle de symbole de classe. Il existe même une pièce de monnaie romaine – denarii- sur laquelle apparaît un lévrier courant sur un rayon. Les Greyhounds sont également des figures largement représentées dans les mosaïques romaines.

Le galgo, de la mythologie aux palais

Au Moyen Âge, les Livres des Heures étaient un récit historique important de la vie et des coutumes des XVe et XVIe siècles et une grande source d’iconographie médiévale chrétienne. En effet, l’une de ces images les plus populaires était « Les Riches Heures du Duc de Berry », publiée en 1416 par les frères Limbourg pour le duc Jean de France (frère de Carlos V). Dans la scène, l’annonce aux bergers, sont mis en lumière deux brigands craintifs qui réagissent à la vue de trois anges, venus leur annoncer la naissance de Jésus. À leurs pieds dans la prairie, le troupeau et le galgo se reposent. Le livre appartient à la collection du Metropolitan Museum of Art à New York.

c.jpegLa chasse était également un sujet fréquent pour le Quattrocento italien et florentin, Paolo Uccello (né à Florence, 1397-1475), qui dans sa peinture a laissé un bon exemple de scènes de chasse en forêt, actuellement au musée Ashmolean, à Oxford. Uccello, nommé ainsi en référence à son goût pour le dessin des oiseaux, s’était spécialisé dans l’étude de la perspective et s’en servit pour narrer, sur un seul canevas, des histoires ou des événements différents au cours du temps. Dans ses scènes aux milieux sombres et aux cieux obscurs, les figures lumineuses, les chevaliers, les soldats, les dames, les chevaux et les galgos sont figés en pleine action et suspendus dans des positions souvent non naturelles, comme dans une étude cinétique.

D’un auteur inconnu, est la série des Tapisseries de la Licorne . D’origine néerlandaise et datée d’entre 1495 et 1505, elle est conservée au MET Museum of NY. Parmi les tissus, un nommé « La chasse de la Licorne » une scène dans laquelle un groupe de nobles chasseurs transperçant une licorne avec leurs chiens et autres lévriers.

d.jpeg

Le Galgo, un féroce chasseur, quintessence de l’élégance

En 1620, Paul de Vos , installé à Anvers et étant parvenu au niveau d’un grand maître, était l’artiste et le spécialiste le plus largement recommandés pour les scènes de chasse avec lesquelles des représentants de l’aristocratie de l’époque aimaient orner leurs meilleures salles. Ces scènes ont été illustrées avec une grande violence, la lutte des animaux et des figures y sont sanglantes, féroces. Les chiens semblent particulièrement étirés pour forcer la perspective et l’expression.

L’oeuvre « Un lévrier embusqué » (1636-1638), est maintenant au Museo del Prado. C’est l’un des nombreux chiens de chasse peints par Paul de Vos. Le chien apparaît dans un paysage ouvert sans végétation ni rocher au premier plan. Il y a peu d’arbres en arrière-plan à différents niveaux et un grand développement du ciel, mais le galgo reste le protagoniste. Il n’y a pas de systématisation dans la représentation des chiens à l’époque, recherchant différentes expressions et postures qui bien souvent ne correspondent pas à la réalité d’un galgo en pleine course. Dans ce cas, le chien est retourné vers le spectateur, plus calme que ceux de « Cerf assailli par une meute de chiens » (1637-1640) également par le maître d’Anvers.

e.jpegPeter Paul Rubens (1577-1640), l’un des peintres baroques les plus importants de l’école Flamande et caractéristique de son style luxuriant, dynamique et sensuel, a produit une série de scènes de chasse monumentales en 1620, avec l’aide de ses étudiants . Parmi celles-ci, nous trouvons l’intitulée « Loup et chasse au Renard » . Les érudits étant en désaccord quant à la participation réelle de Rubens à ces travaux, certains lui ont attribué la paternité des animaux au premier plan, les arbres et les chefs des chasseurs au centre, tandis que d’autres nient toute intervention sur la toile par le maître M. Rubens.

f.jpegVeronese a peint « Un garçon avec un Lévrier » en 1570, probablement commandé par un noble qui voulait représenter son fils passant d’enfant à homme. Sa progéniture montre l’âge adulte par la compagnie d’une épée et de son chien préféré, un galgo, un jeune mais puissant chasseur capable de prendre des décisions.

a.jpegLe peintre flamand Anthony Van Dyck (1599-1641) est l’auteur du portrait de James Stuart, du Duc de Richmond et de Lennox. Sur la toile, apparaît un majestueux Duc, nouveau membre de l’Ordre de la Jarretière portant l’étoile d’argent, le ruban vert et la ligue, emblèmes de cette fraternité et de ce pouvoir. Le galgo représente ici un symbole de noblesse (faisant allusion à ses privilèges en tant que chasseur) et la vertu de fidélité. On dit que le chien a sauvé la vie de son maître lors d’une chasse au sanglier et qu’il voulut être peint auprès de l’animal.

S’il est une collection d’une éblouissante beauté, représentant l’élégance et le pouvoir de l’aristocratie, c’est la collection royale de la Couronne britannique, propriété d’Elizabeth II. Parmi les œuvres d’art qui se trouvent dans cette collection , nous trouvons une oeuvre de Sir Edwin Landseer, intitulée  » Eos, lévrier favori du prince Albert  » . Il semble que ce soit en fait une galga, qui appartenait au prince Albert d’Angleterre. On dit que la reine Victoria lui était si dévouée qu’elle commanda cette peinture à Landeer, qui avait une sensibilité particulière pour représenter les animaux. La peinture était son cadeau de Noël pour le Prince Albert.

b.jpeg

L’italien Giovanni Boldini (1842-1931) reçut également des commandes pour les dames de la haute société, princesses de l’époque, pour peindre les portraits de leurs animaux. À propos de lui, le critique Bernard Berenson a déclaré:

 » Il était un artiste ultra-chic et à sa façon particulière, surtout lorsqu’il représentait les grandes dames de la haute société internationale, sous un verre translucide. Il jouait très bien des plus hauts cercles de l’élégance féminine à cette époque, alors que les femmes étaient trop revêtues par les architectes des tailleurs et leurs couturières. Elles semblaient se refléter dans une pose ambiguë, entre les salles des palais et le théâtre. C’est ce qui se passe avec la peinture  »

Luisa Casati, la marquise elle-même, fut celle qui dit à l’artiste:

« Je veux être une œuvre d’art vivante »

Et c’est ce qu’elle fut. La marquise posant avec son galgo noir, sûre de sa position et de sa beauté, était de l’art pur. La peinture de Boldini appartient à une collection privée d’art contemporain.

c.jpeg

A une époque où les images semblent avoir répandu le symbolisme et étaient consommées de manière compulsive, produits vide de sens et sans signification, vivait un artiste de naissance écossaise , Whyn Lewis , qui choisit de rétablir le Galgo (et d’autres animaux) comme la plus haute expression de l’élégance.

Une race pour laquelle il ressentait un intérêt particulier, le whippet, un petit galgo. Il peint continuellement ses lignes épurées, dans des peintures simples, soignées, dépouillées d’artifices et sans paysage, presque sans ombres. «Dès le début, mes peintures ont trait à l’expression d’émotions à travers les formes et les positions. Je suppose que le langage corporel de mon whippet est le même langage silencieux de la plupart d’entre nous qui comprenons intuitivement quand nous communiquons avec nos animaux de compagnie», décrit l’artiste lui-même.

« J’ai toujours senti que les animaux parlent silencieusement tout comme les peintures. Je pense que c’est le lien entre la nature et l’art. Il faut du temps pour ouvrir les yeux, regarder, sentir et comprendre sans mots, avec empathie et compréhension, le monde qui nous entoure . « 

Publicités