« Polémique autour du championnat de galgos espagnols célébré dimanche dernier » // Ideal Ubeda // 05.07.2016

// Le  Parti Animaliste a dénoncé « des infractions administratives et de la maltraitance animale » tandis que l’organisateur démentait ces propos parlant d’un succès.
ubeda-campeonato-galgos_xoptimizadax-kqU-U201298436055TQD-575x323@Ideal
Le PACMA (parti animaliste contre la maltraitance animale) a dénoncé de nombreuses irrégularités commises lors du premier championnat international de galgos espagnols célébré dimanche dernier dans la ville d’Ūbeda.
Le PACMA parle d’infractions administratives concernant les animaux et de non respect des normes de transport.
Selon un communiqué signé par le coordinateur provincial de Jaen Manuel Serrano Baena, le Pacma a été présent pendant l’entière durée du championnat relevant preuves à l’appui des irrégularités dénoncées comme « le non respect de l’article 6 de la loi du 11/2003 du 24 novembre de la protection des animaux de la junta d’Andalousie au sujet du transport animal.
PACMA nous a également informés que « des chiens sont arrivés dans les coffres de véhicules  de particuliers sans respecter le conditions minimales d’hygiène correspondantes aux besoins physiologiques et éthologiques propre à l’espèce transportée. »
Ces animaux n’avaient ni eau ni à manger. On a même comptabilisés jusqu’a 17 galgos dans une remorque. « Les remorques et véhicules utilisés pour le transport des chiens ont été garés toute la journée en plein soleil.
A l’intérieur de ces dits transports la température a atteint 55 degrés Celsius et à la fin du championnat on y a remis les galgos », affirme le communiqué ajoutant que la plupart des remorques servant au transport des chiens « n’avaient pas la plaque d’immatriculation de transport d’animal vivant comme le voudrait les normes de circulation générales des transports. »
PACMA a dénoncé le fait que certains galgos avaient des blessures anciennes , d’autres se sont blessés durant le championnat et également des brûlures  aux pattes sa cause des trop fortes températures du goudron de l’asphalte.

Une triste réalité

Du point de vue du parti animaliste on a fait ressortir « les terribles conditions de ces animaux qui sont abandonnés, blessés, éliminés de façon horrible dès lors qu’ils ne servent plus. PACMA redemande plus de moyens de préventions, de surveillance et plus de sanctions.
« Sans compter les milliers d’animaux tués directement par la chasse, il faut y ajouter tous ceux qui souffrent de maltraitance durant leurs servitudes », a rappelé PACMA qui exige que soit respectées les normes établies par la loi11/2003 de la protection animale.
En fin de compte, le PACMA se réserve le droit de prendre les mesures opportunes pour faire la lumière sur  ces faits et établir les responsabilités de chacun, condamnant ce type de compétition dans laquelle « le bien être de l’animal n’est pas respecté,s ervant seulement à l’ego des participants présentant leurs chiens. »

Le meilleur de tous les temps

 Pedro Delgado Saez, organisateur de l’épreuve, a déclaré ne pas comprendre les accusations concernant l’événement qu’il qualifie de « gros succès »et au sujet duquel d’après ce qu’il a déclare à « IDEAL », il n’arrête pas de recevoir des félicitations de participants  et des fédérations espagnoles, andalouse, de la fédération canine et du club national du galgo espagnol.
« Tout le monde a été d’accord pour dire que ce concours canin a été le meilleur de tous les temps », a affirmé satisfait Pedro Delgado Saez, concours qui a réuni 300 exemplaires auquel il n’a pas participé car il en était le responsable et veillait à son bon déroulement, au bien être des  gens et animaux.
Delgado Saez a expliqué que ce genre d’événement s’organise avec l’assentiment de la société royale canine espagnole et promeut le fait que les galgos ne servent pas que pour chasser mais sont aussi de magnifiques compagnons de vie, compte tenu de la noblesse de leurs caractères ils sont utilises en thérapie auprès des anciens et des enfants. Il nous a assuré avoir personnellement invité l’association de protection des animaux d’Ūbeda qui ont décliné l’invitation pour « ne pas être en  contact avec les chasseurs », chose que Degado a dit respecté même si il pense « qu’on ne peut généraliser ».
Il note en outre la présence des forces de police d’éta  qui seraient intervenues en cas d’irrégularités. Lui même se considérant comme une « personne qui aime, soigne et apprécie les galgos » a tout fait dans les règles (cages, abreuvoirs, 800m2 d’espace à l’ombre, arrosages pour rafraichir l’endroit, assistance sanitaire, etc).
Il considère que si une personne ayant constaté une infraction aurait du venir le trouver afin de remédier au problème immédiatement « si tant est que tout cela soit vrai ».
« Si j’avais vu quelque chose d’anormal j’aurais été le premier à le dénoncer comme je l’ai fait en d’autres occasions ».
Il a aussi réaffirmé sa satisfaction au sujet du déroulement de l’épreuve organisée avec « beaucoup de volonté et d’esprit de sacrifice »qui a réuni des gens de tous horizons comme Cadiz, Palencia, Guadiz, Valencia ou Zamora et même des étrangers, France, Angleterre, Pays-Bas, Etats-unis, Allemagne.
« C’était un grand honneur de les recevoir a cette occasion dans notre ville. »
Ainsi en se projetant dans le futur il espère pour l’an prochain avoir au moins le même succès que cette première édition et faire venir plus de monde a Ūbeda.
« Je le fais avant tout pour l’amour des animaux en particulier des galgos qui sont ma passion et en second lieu pour les gens de ma ville et de mon pays.a t-il conclu. //

 

Publicités