« Trois enquêtes pour délits de maltraitance animale et falsification de documents pour l’envoi de chiens en Hongrie » // Europa Press // 8/05/2017

aaaa.jpg

// Trois personnes sont inculpées dans le cadre d’une enquête, comme auteurs présumés de délits de maltraitance animale et falsification de documents pour l’envoi de chiens en Hongrie.

Dans le cadre de l’OPERATION BEAGLE, durant le mois de février, la sortie d’une vingtaine de chiens de la perrera de Olivenza (Badajoz) en direction de la Hongrie a été constatée, selon les informations de la Garde Civile ainsi que des articles de presse.

Afin de procéder à l’identification des occupants de la fourgonnette, ainsi qu’à l’examen du transport des chiens, les agents de l’équipe du SEPRONA de la Garde Civile de Badajoz ont observés les « mauvaises conditions » des animaux, et l’absence de documents necéssaires imposés par « TRACES » afin de permettre ce transfert intercommunautaire.

L’existence de chiens dans un « état de dégradation extrême » et avec des plaies ouvertes sur différentes parties du corps prouvent le manque total de traitements médicaux pendant leur séjour à la perrera de OLIVENZA (Badajoz).

En outre, seul quinze chiens étaient munis de passeport d’animaux de compagnie, comprenant pleins de lacunes significatives quant à leur transfert légal. De plus, certains de ces animaux ne seraient pas restés sur place le temps légal de quarantaine, soit 20 jours.

Le compte des irrégularités, concernant le sort de ces 21 chiens dépossédés de tout droit, a été mis à la disposition des autorités judiciaires compétentes, bien avant qu’une instruction de délits pour maltraitance d’animaux domestiques et falsification de documents ne soit présentée.

L’information clinique émise par le vétérinaire confirme que les lésions des chiens n’ont pas été traîtées depuis longtemps, ainsi qu’une falsification évidente des documents de transfert.

D’après ces données, tout indique la responsabilité de l’établissement et de la personne ayant rédigé les documents en question, qui seront mis en accusation de ces faits pour y avoir participés. Plus tard,une enquête sera faite sur la personne ayant permis la sortie des chiens de la ville.

Grâce à ces déclarations, les citoyens hongrois, membres de la protection animale « SZENT FERENC », ont considérés ces informations comme très précieuses, et ne peuvent que constater le manque de responsabilité pénale dans ce cas. Lors de faits récents, ils ont permis que 21 chiens soient saisis du citoyen hongrois titulaire des passeports, grâce à une intervention expérimentée de sauvetage de ces animaux, ainsi que l’obtention de la correspondance TRACES, qui permit leur transfert en Hongrie, par un vétérinaire officiel.

Les chiens n’avaient aucune destination particulière, ni adoptants, restant au même lieu de séjour depuis leur entrée.

Une partie des chiens saisis est en famille d’accueil chez des bénévoles. Il convient de noter que ceux qui restent sont à la disposition du Juge d’Instruction de Olivenza(Badajoz), responsable de l’enquête préliminaire.

La Garde Civile a informé que le commerce de chiens dans un régime intracommunautaire est tout à fait légal, pour autant que les papiers soient en bonne et due forme, ainsi que la bonne santé de l’animal.

Il est cependant nécessaire de continuer à réfléchir et agir afin de dénoncer ces faits, ainsi que d’autres cas similaires,qui investiguent l’envoi d’animaux de compagnie, tantôt vers l’étranger mais aussi vers l’Espagne. //

 

Publicités