Interview de Teresa Pecero, présidente de l’Association Ciudad Real Cats 

tereTeresa Pecero est la présidente de l’Association Ciudad Real Cats.

On peut espérer que dans un délai très court, on espère dans quelques mois, on arrivera à légaliser les colonies de chats de Ciudad Real en utilisant la méthode CES (attraper, stériliser, relâcher).

Qui êtes-vous et quel est l’objectif de votre association ?

Il existe beaucoup d’associations animalistes réparties dans toute la province de Ciudad Real. La Bienvenida est une protectora de la capitale Ciudad Real qui existe depuis de nombreuses années et qui possède un refuge pour chiens et chats. Il y a également Gatomicas qui s’est créée récemment et notre association mais il y en a beaucoup d’autres dans toute la province comme l’association de Sauvetage et de récupération d’animaux ‘Ayuda Animal’ de Valdepenas ou encore Actua Association de défense des animaux à Villanueva de los Infantes pour n’en citer que quelques-unes.

Pour commencer, comment en êtes-vous arrivée à créer cette association ?

Au début, nous travaillions de façon particulière, en les sauvant de la rue et en les donnant à l’adoption mais nous avons vite réalisé que, sans stérilisation, c’est un travail sans fin et nous avons décidé d’aller plus loin, de réaliser un projet et de le présenter sous la forme d’une Association formelle.

Vous êtes combien de bénévoles ?

Sur le terrain très peu, quatre à cinq bénévolees qui recueillons les chats dans la rue, les emmenons chez le véto, collaborons avec ceux qui soignent les colonies, etc … mais peu à peu, nous commençons à avoir des partenaires, teamers et personnes intéressées à collaborer et rejoindre le projet CES.

Au quotidien, les citoyens se préoccupent des chats de la rue ?

C’est très variable, certains oui et d’autres non, il y a des personnes qui les nourrissent et les recueillent et d’autres personnes qui, au contraire, les empoisonnent mais très peu de gens ont conscience de l’état des colonies et si un chat malade est vu dans la rue, ce sont les associations qui s’en chargent presque toujours sur la base d’un signalement reçu.

Comment s’est passé la rencontre avec le conseiller municipal de l’environnement Alberto Lillo ?

Nous avons eu plusieurs réunions, tout s’est bien passé et nous le remercions de son intérêt mais tout va très lentement et nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre car alors les colonies vont doubler en nombre avec les conséquences que l’on sait …

Comment avez-vous amené l’idée au conseiller municipal d’implanter la méthode CES à Ciudad Real ?

Nous avons présenté un projet dans lequel nous avons réalisé une étude des colonies de la ville et une proposition d’une ‘colonie-pilote’ comme exemple.

Le projet CES a été lancé en septembre 2014 et avec le changement de gouvernement, nous avons eu l’opportunité avec Lillo de présenter cette année un projet social et éducatif de sensibilisation ainsi qu’un projet de refuge pour les chats.

Il y a quelque chose qui m’intéresse beaucoup c’est que je crois que vous avez de très bonnes relations avec les deux autres associations de votre ville, Ciudad Real Félins et maintenant Gatomicas, qui a récemment fait un travail remarquable avec le chat qui a perdu la machoire suite à l’explosion d’un pétard.

L’union fait la force ?

Bien sûr. Nous sommes ravis de pouvoir collaborer avec les filles de Gatomicas et de lutter ensemble pour l’approbation de la méthode CES, et aussi pour faire pression sur Miguelturra, un village à côté de Ciudad Real qui a de nombreuses colonies et beaucoup d’abandons mais qui n’a aucun refuge.

Notre association est ouverte et prête à collaborer avec d’autres associations, comme nous le faisons aussi déjà par exemple avec quelques chats de de l’association Actua.

Quelles activités organisez-vous pour financer les coûts des accidents et des stérilisations ?

Pour le moment, des petits marchés et des collectes solidaires de nourriture dans les supermarchés. Egalement des tombolas et la vente d’objets artisanaux mais cela ne nous permet pas de payer toutes les factures vétérinaires et nous avons toujours des factures en retard.

Vous savez qu’ici à Almeria, la méthode CES n’est pas appliquée car malgré le fait que nous remplissions les formalités administratives pas à pas, le conseil municipal nous ignore. Que nous recommande votre association ? 

De ma propre expérience de la lutte pour l’approbation de la méthode CES qui en est à sa troisième année, je recommanderais la patience et la force, beaucoup d’insistance auprès de la mairie sur le fait que la prise en charge de ces animaux est de leur devoir et bien sûr d’une manière éthique pour leur bien-être.

Le combat est dur mais vous ne devez pas abandonner, vous faites un excellent travail et à la fin, vous y arriverez car les chats ont besoin de vous, vous êtes leur voix et ça donne beaucoup de force de se battre pour eux.

Insister et faire autant de réunions que nécessaire avec la ville et en parler via tous les médias de communication, faire des évènements d’information pour que les citoyens soient au courant de votre travail et de votre démarche et ainsi obtenir le plus de soutien possible.

Pour soutenir l’association de Teresa 

Lien vers la page Facebook de l’association : https://www.facebook.com/CRCATS/?fref=photo

Lien vers le teaming de l’association :

https://www.teaming.net/ciudadrealcats-proyectoc-e-s?lang=es_ES

Lien vers l’interview de Teresa du 14/01/2016 par l’asso ‘gatos de almeria’ :

http://gatosdealmeriaandalucia.blogspot.be/2016/01/asociacion-ciudad-real-cats-almeria-la.html?m=1

Publicités