« Que se passe-t-il avec ceux qui entraînent les chiens pour tuer? » // PACMA // 22.02.17

La terrible actualité de ces derniers jours nous rappelle l’injustice et la brutalité qui se cache derrière les combats de chien.

111

// Cette semaine a une nouvelle fois relancé le débat sur ce qu’on appelle à tort les chiens potentiellement dangereux (PPP), après la mort triste et malheureuse d’un voisin d’Alicante, attaqué par cinq chiens qui s’étaient échappés d’une ferme voisine.

Le débat se focalise sur la stigmatisation de certaines races de chiens, loin du véritable point de départ de tout cela, qui est que des personnes entrainent des chiens pour tuer.

Ces animaux reçoivent des mauvais traitements tout au long de leur vie et sont entrainés de façon brutale, dans le seul but de les transformer en machines à tuer.

SOUMIS A LA PEUR DEPUIS QU’ILS SONT PETITS

En règle générale, l’entraînement commence dès qu’ils sont chiots. A environ trois mois, on commence à les inciter, avec comme objectif premier de récompenser les comportements agressifs à l’aide de ‘jeux’ où l’on récompense la perte de contrôle de l’animal. A partir de quatre mois, on commence à les battre et à leur donner des coups pour les terroriser et associer leur comportement agressif à la peur. Puis, quand ils sont détruits psychologiquement, ils sont enfermés dans des pièces obscures pendant des heures pour les désorienter.

Après tout cela, les chiens ont perdu toute notion sociale et sont incapables de se comporter sainement avec d’autres animaux ou des personnes.

L’entraînement physique commence alors. On les suspend pendant des heures pour renforcer leur machoire, et on les oblige à tirer des charges lourdes pour renforcer leur musculature. On les dope aussi pour augmenter leur poids. Ceux qui les ont maltraités finissent par obtenir des chiens prêts à tuer.

Il n’y a donc pas de Chiens Potentiellement Dangereux (PPP), ni de races particulièrement agressives, mais bien des individus qui les entraînent à tuer, sélectionnant des races avec des qualités physiques supérieures et avec une musculature et des mâchoires puissantes.

Ceux que l’on considère comme Chiens Potentiellement Dangereux ne le sont donc pas à la base, mais, sur base de leurs caractéristiques physiques supérieures, on les a complètement dénaturés, provoquant un trouble psychologique grave, et ensuite entrainés physiquement pour transformer la terrible peur dont ils souffrent en agressivité pour se défendre.

La loi sur les PPP n’a servi qu’à stigmatiser certaines races et à obliger le sacrifice de milliers d’animaux dans notre pays.

Des vies misérables confinés, souffrant de la faim avec comme finalité la mort qui différencie un chien sain et mentalement équilibré d’un autre dénaturé et en état de panique permanent qui le rend agressif.

Les combats de chiens sont illégaux dans notre pays mais ils ont lieu de manière clandestine, rapportant des millions d’euros par an dans des paris. Il existe aussi des mafias organisées dans le vol de chiens utilisés comme sparring (« appâts » pour entraîner d’autres chiens).

Lorsqu’un trafic de combats de chiens est démantelé, la peine maximale encourue est l’interdiction pour une période d’un an de développer des activités en rapport avec les animaux ou encore des amendes pouvant aller jusqu’à 54.000 euros. Des sanctions ridicules pour des personnes qui gagnent des milliers d’euros lors de chaque combat.

Les Chiens Potentiellement Dangereux (PPP) sont souvent présentés comme des bourreaux alors que dans la réalité ce sont eux les victimes, soumis à une vie infernale de violence continue.

Chez PACMA, nous regrettons profondément la mort terrible de ce voisin de Beniarbeig (Alicante), attaqué par cinq chiens, mais aussi la mort de ces cinq chiens, euthanasiés sur ordre de justice, seule solution proposée par la Justice invoquant une Loi qui condamne à mort ceux qui sont aussi et avant tout des victimes.

Il est essentiel de poursuivre ceux qui vendent ou confient sans contrôle des chiens pour les entraîner dans le but de se battre, ceux qui brassent des milliards d’euros dans des paris illégaux, ceux qui utilisent les chiens comme des armes et ne sont pas punis par la loi alors que les animaux paient de leur vie. //

Publicités