Girona // « La Guardia civile récupère 29 chiens volés durant la saison de chasse » // El Dia de Cordoba // 27.02.17

222.jpg

// La Guardia Civil, via le Service de Protection de la Nature (Seprona), a réalisé – en coincidant avec la saison de la chasse – une campagne de contrôles de chiens, spécialement ceux de races utilisées pour la chasse, qui s’est soldée par la saisie de 29 chiens de races galgo et podenco qui avaient été volés. La campagne a commencé le 9 octobre 2016 et s’est poursuivie jusqu’au 13 février 2017 dernier, date de la fermeture de la chasse.

L’Institut Armé a informé hier que le travail de la campagne s’est déroulé en deux temps . D’un côté, les procédures opérationnelles de service ont été organisées pour éviter l’activité délictueuse commise contre les chiens de chasse, surtout de races galgo et podenco. En second lieu, et une fois les contrôles effectués, les tâches consistaient à  identifier et découvrir les auteurs présumés. La Guardia Civil a expliqué qu’elle a aussi augmenté les mesures de police administrative en rapport avec les obligations légales sur la  possession de ce type d’animal de compagnie, surtout concernant l’identification individuelle et les conditions hygiéniques sanitaires, qu’ils s’agisse de chiens utilisés dans les rehalas pour la chasse au gros gibier, que pour la chasse au petit gibier appelée « a mano » et la chasse au lièvre avec des lévriers.

En parallèle, selon la même information, le contrôle administratif des conditions requises que l’actuelle loi exige aux possesseurs ce type d’animaux de compagnie s’est intensifié: l’identification individuelle par implantation de micropuce, le carnet de santé, les traitements vétérinaires et, dans le cas des animaux potentiellement dangereux, le permis administratif pour leur détention, en plus d’une assurance de responsabilité civile, ainsi que les conditions adéquates pour sa promenade dans les rues (toujours avec muselière et au moyen d’une laisse non extensible). Au total, durant la campagne, 107 contrôlés ont été réalisés sur des possesseurs des chiens. 56 infractions administratives ont été détectées concernant la loi 11/2003 de protection des animaux de l’Andalousie, parmi lesquelles le défaut d’identification par puce et la non administration des traitements vétérinaires (vaccin antirabique). //

Publicités