« Il agresse une femme qui lui demandait de ne pas promener son lévrier attaché à son véhicule » // El Diario // 07-12-2016

tomada-denunciante-galgo-atado-vehiculo_ediima20161207_0502_19

// Le 28 novembre dernier, deux femmes qui se promenaient dans la localité de Carranque, près de Tolède en Castilla-la-mancha, ont vu un homme avec une chienne de race Galgo, attachée à une fourgonnette alors que le véhicule circulait. Les deux femmes ont essayé d’attirer l’attention de l’homme sur la dangerosité de son acte qui pouvait entraîner des dommages physiques sur l’animal, une dispute a alors éclaté entre les femmes et l’homme, aboutissant à une présomption d’agression sur l’une d’entre elles, qui souffre par ailleurs d’un handicap. Une plainte a été déposée.

Selon cette plainte, après s’être rendu compte que la victime avait réalisé des photos du lévrier attaché au véhicule, l’agresseur présumé lui a arraché son téléphone, en prenant ensuite la femme par le cou, la jetant au sol et en la frappant de coups de pied et de coups de poing, tout en menaçant les deux femmes qu’ « il allait les tuer ».

L’autre femme, témoin de la scène, affirme qu’après avoir essayé de les séparer, elle a été elle aussi saisie par le cou et jetée contre la fourgonnette.

La femme qui a porté plainte souffre de fibromyalgie et d’un handicap au genou, elle portait une béquille au moment de l’agression, et lorsque les femmes sont parties, l’homme a commencé à les suivre tout en continuant de les menacer.

L’agresseur présumé affirme dans plusieurs médias que ce sont les femmes qui l’ont agressé et qu’il les a également dénoncées. De fait, la Chaire Régionale de la Fédération de Chasse a émis un communiqué, avec l’appui d’autres associations, dans lequel ils affirment que tandis que le galguero promenait son lévrier depuis son véhicule, il a été « agressé par deux animalistes », faits qu’ils condamnent en apportant leur soutien à l’homme, dont ils soulignent la participation à la finale du dernier Championnat de l’Espagne de Lévriers.


« Nous considérons que l’entraînement des lévriers améliore leur bien-être et ne représente pas de forme de mauvais traitement animal », ajoutent-ils dans le communiqué. De la même manière, ils demandaient au Ministère d’Agriculture l’approbation du Règlement d’entraînement de Lévriers avec véhicule à un moteur pour « réguler ce type de pratiques et éviter que d’autres galgueros subissent ces agressions lamentables ». //

Publicités