« Gran Hermano 17: Alvaro au bord de l’expulsion disciplinaire » // La Voz de Galicia // 16-09-16

  • Article traduit de l’espagnol: http://novo.lavozdegalicia.es/noticia/novo/2016/09/16/gran-hermano-17-alvaro-borde-expulsion-disciplinaria/00031474043410927916484.htm

 

alvaro-gran-hermano-17-perro-galgo

// Une semaine seulement après le début de la saison 17 de Gran Hermano (le Big Brother ou Loft Story espagnol) éclate la première polémique avec pétition et demande d’expulsion à la clé. Plus de 80.000 personne ont signé la pétition pour que Alvaro, l’architecte sévillanais abandonne la maison de Guadalix pour une série de commentaires considérés comme faisant l’apologie de l’abandon et de l’omission devant un chien accidenté, en l’occurence d’un galgo. C’était le premier faux pas du candidat-polémique, mais pas l’unique.

  • Lien vidéo sur l’article.

Lors d’une conversation avec Carla, et en présence de plusieurs camarades de Gran Hermano, Alvaro lui demande si elle ressentirait plus de peine pour le galgo ou pour sa voiture si elle renversait un lévrier. Et quand la madrilène lui répond qu’elle ressentirait évidemment de la compassion pour l’animal, le hipster de l’émission lui rétorque: « Toi tu te préoccupes de cette pute de chien? (…) Si je renverse un lévrier, je descends de la voiture pour voir ce qu’il lui a fait. Qu’il aille se faire foutre, l’animal. Il peut bien crever. »

Ce n’est pas la seule barbarie que le candidat a offert à ses camarades. Seulement quelques heures après le dérapage, Alavaro revenait à la charge et démontrait une nouvelle fois le peu d’amour qu’il porte aux animaux. Assis dans le fauteuil avec son grand ami Pol, le sévillanais lâche, en gloussant, une phrase qui n’est pas passée inaperçue sur les réseaux sociaux: « Si un chien ne veut pas sortir, tu lui mets la laisse et tu finis par lui casser le cou à force de tirer. ». Puis il ajoute, toujours en plaisantant: « Si tu vis dans une chambre à l’étage et que le chien devient trop grand, tu finis par le jeter par la fenêtre… »

Son discours antianimaliste n’est pas passé inaperçu, et à travers les réseaux sociaux et la plate-forme citoyenne, son expulsion a été demandée. La demande s’est initiée ce jeudi, un jour d’émission de prime-time et seulement vingt-quatre heures après que la pétition avait déjà récolté plus de 30.000 signatures, un chiffre qui a crû d’heures en heures pour atteindre plus de 80.000 ce samedi.

Mais ses paroles envers les animaux ne sont pas les seules choses qui mettent à mal les audiences de Gran Hermano 17. Álvaro a aussi fait des commentaires machistes dans la maison, en parlant des femmes comme « des femelles ».//

Publicités