« Les trois phénotypes de base du Mastin espagnol » // Blog Aboriginal Mastin //

  • Article traduit de l’anglais: http://aboriginalmastin.blogspot.fr/2014/07/the-three-basic-phenotypes-of.html

// Depuis ma dernière publication sur mon blog, j’ai passé du temps sur Facebook dans un groupe sur les mastins dont presque tous les membres sont espagnols, j’ai mené l’enquête et appris de nouvelles choses. Mes opinions ont quelque peu changé…

Le Mastin traditionnel (le Mastin espagnol qui n’a pas d’ancêtre parmi les lignées du AEPME ou n’importe quelle autre race canine standardisée), même s’il a une grande variante d’apparences et de corpulences, peut être catégorisé en trois phénotypes basiques: le lupoïde, le molossoïd et le lupo-molossoïde.

  • Le type Lupoïde

Silhouette similaire au loup (lupoïde vient du latin « lupus »: loup). Museau long, peut être grand et élancé, ce phénotype est celui qui a le moins de caractéristiques similaires au Mastiff, et peut être caractérisée par un « stop » quasi inexistant entre le museau et le reste du crâne, et un peau assez moulante. Ressemblances avec le Berger d’Anatolie ou les types de bergers du désert ou des steppes d’Asie Centrale. Connu par beaucoup sur internet sous le nom de « mastín ligero » – ligero faisant référence à sa carrure plus légère en espagnol. Vu que beaucoup d’espagnols sont de fervents chasseurs, beaucoup de chiens de cette catégorie sont croisés avec d’autres races/types dans le but de répondre aux besoins de la chasse aux sangliers ou au cerf – connus sous l’appellation de « mastín rehalero ». Même si je ne pense pas que tous les mastins de type lupoïde (ou « ligero ») en Espagne sont nécessairement des « rehaleros » car le croisement avec des chiens non protecteurs de bétail amènerait plus d’instinct de prédation, ce qui nécessiterait, j’imagine, plusieurs générations de sélection minutieuse si l’on voulait l’éliminer. Or les chiens que vous voyez sur les photos sont clairement adaptés à la protection de troupeaux.

Peut-être que ce type a ses origines dans le sud de l’Espagne, où le climat est plus chaud.

1

2

3

4

  • Le type Molossoïde

Plus « mastiff ». Sur ces images, vous pouvez apprécier le squelette et la structure plus lourds. Ils peuvent avoir un beau fanon (la peau qui pend sous le menton), et même un double fanon sur la gorge. Il est possible que les mastins de type molossoïde ont toujours existé dans la péninsule ibérique, il y a des preuves qui le suggèrent. On peut le comparer aux types plus lourds de chien de montagne, genre « ours », que l’on trouve depuis toujours en Asie Centrale ou dans le Caucase, et j’émets la supposition que ce phénotype peut avoir ses origines dans les régions montagneuses de León et des Asturies, qui sont les plus hautes et les plus froides parties de l’Espagne.

on peut le comparer aux types plus lourds de chien de montagne, genre « ours », que l’on trouve depuis toujours en Asie Centrale ou dans le Caucase.

Le phénotype molossoïde semble être le plus rare parmi les populations de mastins autochtones; toutefois, c’est sur ce type que se base le Mastin Espagnol officiel.

1

2

3

4

  • Le type Lupomolossoïde

L’intermédiaire entre le premier et le second. Généralement plus lourd que le type lupoïde et plus léger que le molossoïde, et il a des caractéristiques des deux. C’est peut-être le plus commun des phénotypes parmi la population de Mastins espagnols traditionnels. //

1

2

3

1952 Plasencia años40 Juaquin Silos

 

 

Publicités