FAUT-IL MANGER LES ANIMAUX ? // de Jonathan Safran Foer

jsfJSF est un de mes romanciers préférés. Mais son troisième ouvrage n’est malheureusement pas une œuvre de fiction… « Faut-il manger les animaux ? » est à la fois un pamphlet dénonçant les pratiques aberrantes de l’élevage industriel américain, un essai philosophique sur le rapport dénaturé de l’Homme moderne envers les animaux de consommation, une réflexion sociale sur la manière dont nous choisissons notre alimentation, le tout mêlé à des anecdotes personnelles sur la propre expérience de l’auteur et son choix de ne plus manger d’animaux.

Après la naissance de son premier enfant, soucieux de prendre la bonne décision quand à son éducation alimentaire, JSF va entamer une longue enquête sur les méthodes utilisées par l’agrobusiness, qui durera trois années et l’amènera à « visiter » toutes sortes d’élevages et d’abattoirs, à rencontrer des militants des droits des animaux comme des acteurs de cette industrie, à se plonger dans un monde violent et cruel, que tous savent exister mais préfèrent ignorer. JSF explore chaque recoin de cette industrie opaque et ce qu’elle implique au niveau éthique, moral, environnemental, économique, sanitaire, sociétal et culturel.

Bien sûr, on ne sort pas indemne à la lecture de ce bouquin. L’élevage industriel est le terrifiant résultat de l’Homme qui joue à l’apprenti sorcier avec la Nature.

Cet ouvrage, extrêmement bien écrit, extrêmement bien construit, est incontournable pour quiconque refuse de faire semblant d’ignorer comment sont réellement traités les animaux que nous mangeons, refuse de se rendre complice de l’extrême violence orchestrée par l’élevage et la pêche industriels.

Je mets au défi quiconque de lire cet ouvrage et de répondre « Oui » à la question posée dans le titre. Faut-il encore être prêt à vivre en accord avec ses convictions…

// EXTRAIT:

« En silence, l’animal attire notre attention. L’animal nous observe, et que nous détournions le regard (de l’animal, de notre assiette, de nos préoccupations, de nous-mêmes) ou non, nous voilà dévoilés. Que nous changions notre vie ou que nous ne fassions rien, nous avons réagi. Ne rien faire, c’est encore faire quelque chose. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s